Aperçu : Death Stranding, le nouveau chef d’oeuvre d’Hideo Kojima ?

Death Stranding.
Death Stranding.
Aperçu réalisé à partir d'une version commerciale, fournie par Sony Playstation. Vidéo maison, captures d'écran éditeur.

PS : Ne regardez pas le « Let’s play » si vous ne voulez pas vous spoiler, mais si vous hésitez à vous lancer dans l’aventure, je vous recommande de regarder le prologue, qui contient peu de gameplay au final, et qui vous donnera une idée de l’ambiance du jeu pour savoir si oui ou non ce concept vous plaira… Bonne lecture ou bonne vidéo !

Bon… Après avoir ENFIN passé 2 heures sur le jeu le plus secret de la planète (même en salon, impossible d’y jouer, pire que Cyberpunk 2077 d’une certaine façon), j’entrevois enfin ce qu’est Death Stranding, la nouvelle oeuvre de Hideo Kojima ! On rappellera qu’il s’agit ni plus ni moins qu’un des créateurs de jeu vidéo les plus connus et respectés de la planète, qui a notamment créé la série des Metal Gear (Solid), la démo PT dans l’univers de Silent Hill, ou, pour ceux qui connaissent, Zone of The Ender (qu’il faut vraiment que j’achète sur PS4 pour y jouer en VR) ! Il a également été le concepteur de Boktai, un jeu où il fallait utiliser le soleil sur sa Game Boy pour gagner de l’énergie… Un concept original, vous en conviendrez !

Death Stranding
Death Stranding

Bref, à maintenant 56 ans, Hideo Kojima, quitte Konami, pour se lancer dans son plus grand projet : Death Stranding, qui sera le véritable fer de lance de son studio indépendant qu’il crée dans la foulée : Kojima Production ! Et je dois avouer que de mon côté, si j’ai remarqué Death Stranding, c’est surtout pour son ambiance particulière et le mystère qui planait autour de ce titre…

Et j’ai désormais les idées un peu plus claires ! Death Stranding est est principalement un jeu narratif. Un peu comme un Detroit ou un Beyond 2 Souls, mais dans un monde bien plus ouvert. Les décors sont sublimes, mais également vide. Ce qui sert en réalité la trame narrative, où l’humanité ne fait que survivre. Et bien que ce monde soit vide, il arrive que l’on retrouve des petites constructions humaines faites… Par d’autres joueurs. Car dans Death Stranding, vous êtes seul face à l’immensité de la nature. Vous devrez trouver votre chemin par vous même arriver à votre destination… Et de là, tout est possible, vous êtes libre d’atteindre votre but de la façon dont vous voulez ! Et même en étant seul, il arrive que les constructions d’autres joueurs apparaissent dans votre monde, comme pur vous rappeler que vous n’êtes pas seul à jouer à Dead Stranding. C’est comme… Briser le 4ème mur.

Death Stranding
Death Stranding

Alors je vous vois venir les trolls avec les « C’est cool d’incarner un livreur de Chronopost ? » et bien… Oui. Je veux dire, si les livreurs de Chronopost s’amusaient à tenter de se frayer un chemin à travers la montagne tout en esquivant des échoués, alors oui, ça me plairait pas mal une simulation de facteur :-D !

Aussi… Je comprends mieux les controverses que connait actuellement le jeu, et le peu d’enthousiasme de la presse américaine. Death Stranding, malgré sa plastique, est plus un « walking simulator » qu’un jeu d’action où l’on s’attend à se battre contre son ennemi. Au contraire : moins on le voit, mieux on se porte – surtout qu’il est surpuissant. Du coup, Death Stranding est un jeu plutôt calme, posé, avec une ambiance lourde, pesante, alternant le malaise et la poésie à travers une bande son très réussie. Et… Ça me plait !

Car la véritable force de Death Stranding, c’est sa putain d’ambiance. Je veux dire, je me suis arrêté pour écrire ces quelques lignes… mais bordel ! Niveau mise en scène, y’a pas à dire, Hideo Kojima est un génie ! C’est le genre de jeu où je peux regarder quelqu’un y jouer pendant des heures tellement il me prend au tripe, mélange de cinématographie et de jeux vidéo. On a vu pire comme mélange, non ?

Bref, j’y retourne, mais pour l’instant, je prends une petite baffe qui fait grave plaisir ! J’espère que ça continuera sur cette lancée… Même si, au fond de moi, je n’ai aucun doute à ce niveau ;) !

En tant que Partenaire Amazon, nous réalisons un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises.

SuzuKube

Gamer depuis 1984, je suis un grand passionné de jeux vidéos. J'adore particulièrement les jeux japonais et je suis le fier fondateur d'Otakugame.fr !

Publicité

Vous aimerez aussi...

Quoi de neuf à l'import ?

2 Réponses

  1. Killmeplease dit :

    Content que le jeu te plaise. J’espère ça restera le cas sur la longueur. Car je crois pour ce jeu tu n’as pas de demi-mesure : soit tu trouves c’est un chef d’oeuvre soit tu le trouves ennuyeux à mourir. Pas encore testé pour ma part.
    Juste pour dire qu’à part pour démo P.T. je ne pense pas que Kojima ait déjà bossé sur un Silent Hill. C’est Keiichiro Toyama le créateur du 1er Silent Hill il me semble.

    • SuzuKube dit :

      On verra, j’arrive au chapitre 3 ! Je ne savais pas pour les Silent Hill, je pensais que c’était lui, je corrigerais plus tard.

      Effectivement, ça dépend de ta sensibilité artistique. Soit tu es très terre à terre, et c’est jeu c’est mission Fedex simulator, soit tu es un peu plus imagé, et tu y vois une satire de la société ou les humains sont tous isolés et que les facteurs sont la seule chose que les lient, au point que l’humanité arrive à son extinction :) !

      Après, je ne vais pas te mentir, je vois déjà des défauts (répétitivité surtout mais aussi des choix de gamedesign bizarre, comme le fait que maintenir R2+L2 empêche les marchandisent de se balancer et enlève toute cette partie à gérer au joueur ?).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.