Test : SUPERHOT. It’s the most innovating shooter I’ve played in years.

Super. Hot. Super. Hot.
Super. Hot. Super. Hot.
Review of: Superhot
Auteur:
SuzuKube
Price:
23€

Reviewed by:
Rating:
5
On 29 février 2016
Last modified:29 février 2016

Summary:

Si vous avez terminé le jeu Superhot, vous comprendrez instantanément les références qui sont dans ce test. Car oui, j’ai été lobotomisé par ce jeu. D’ailleurs, j’ai quelque chose à vous dire… Impérativement. Je ne sais pas si ma vie en dépend, ou non, je suis complètement perdu…. Voici ces mots :

SUPERHOT IS THE MOST INNOVATIVE SHOOTER I’VE PLAYED IN YEARS!

Use this discount and join me now : http://superhotgame.com/discount/#B45EF0106C27

Vous êtes toujours là ? Très bien. Commençons ce test… Déjà, je vais vous dire une chose très importante : NE REGARDEZ PAS DE VIDEOS DE GAMEPLAY DU JEU. Idéalement, commencez le jeu sans regarder aucune vidéo, sinon, je vous propose mon let’s play qui dévoile les 20 premières minutes de jeu, sachant que la durée de l’histoire est de 2h environ… Et bien entendu, ce test est Spoil-Proof ! Si vous ne voulez aucun détail sur le scénario, mais vraiment aucun, ne lisez pas le premier paragraphe 😉 !

C’est pas le spoil qui prend la mer, c’est la mer qui prend le spoil !

En effet, le problème lorsque l’on parle de SUPERHOT se situe au niveau de sa narration. Le jeu il utilise une façon très originale de vous conter son histoire. Et du coup, en dire trop sur le jeu, c’est vous gâcher le plaisir de découvrir tout cela… Et c’est 50% du charme du jeu ! D’ailleurs, les développeurs vous demandent eux même de ne pas dévoiler l’intrigue à vos amis…

Super. Hot. Super. Hot.

Super. Hot. Super. Hot.

Grossièrement, on est face à une « console » ou un « terminal » selon les termes que vous préférez, bien connu des administrateurs systèmes comme @SuzuKube, ou bien encore des hackers et autres bidouilleurs du dimanche… Et c’est là que ce jeu fait fort : Si vous avez une âme de programmeur ou de hacker, ce jeu vous parlera énormément.

Pendant 6h, le jeu m’a parlé d’addiction, m’a demandé d’arrêter de jouer, et c’est ce qui est fort : Le héro du jeu, c’est MOI ! Mais c’est vraiment moi de moi ! Y’a même des moments où je me demandais, pendant quelques secondes, si le jeu n’avais pas raison, si je ne devenais pas complètement dingue… Et je me suis retrouvé à continuer mes parties jusqu’au bout de la nuit, à 3h du matin sur mon PC… Je n’arrivais pas à voir là où la narration voulait en venir jusqu’au dénouement… Vraiment génial.

Super. Hot. Super. Hot.

Super. Hot. Super. Hot.

Je ne peux vraiment pas vous en dire plus, mais sachez que j’ai adoré le scénario et la mise en scène. D’autant plus que le jeu n’utilise que du texte, et aucune musique pour arriver à ce résultat : C’est une approche vraiment prodigieuse du jeu vidéo, et rien que pour ça, le jeu vaut sa classe S… Mais pas que !

Gameplay et Gamefeel sont les maîtres mots !

Commençons par les graphismes : S’il est évident que le style graphique a été conditionné par le budget du jeu, l’enrobage et son intégration au sein de la narration du jeu font qu’il est tout à fait adapté au jeu ! En fait, il s’inspire des anciens jeux en réalité virtuel et cette touche rétro n’est pas un mal pour moi. Il n’y a certes pas de musiques, mais c’est amplement compensé par les bruitages du jeu, qui sont travaillés et évoluent au rythme du temps…

Super. Hot. Super. Hot.

Super. Hot. Super. Hot.

Car oui, SUPERHOT est donc un FPS où le temps se déroule au ralenti – il est quasiment à l’arrêt tant que vous ne bougez pas. Dès que vous bougez, le temps s’accélère proportionnellement à votre vitesse de déplacement, jusqu’à se dérouler en temps réel. Difficile à expliquer, mais avec ce concept, vous pourrez vous prendre pour Néo dans Matrix à esquiver les balles, récupérer le pistolet d’un ennemi au vol pour lui tirer dessus, et bien d’autres péripéties que les développeurs ont soigneusement répartis à travers 34 niveaux.

Si au début, j’ai failli enlever un point au jeu car je n’avais pas trouvé de façon de sélectionner un niveau, j’ai compris que les développeurs ont fait cela exprès pour l’immersion dans le jeu. Sachez qu’en terminant le jeu, d’autres modes sont disponibles (un mode survie, un mode challenge, et bien entendu la sélection de niveau), donc même à ce niveau, je ne pénaliserais pas le jeu ! Et niveau maniabilité, c’est juste parfait, tout se contrôle au doigt et à l’œil, et ce en 60 fps constant (heureusement vu le nombre de polygones) !

Super. Hot. Super. Hot.

Super. Hot. Super. Hot.

Pas de défaut ? T’es sûr SuzuKube ?

Ok, le jeu est un peu court pour 20€. Je l’ai terminé en 6h, mais beaucoup l’ont terminé en 2h. Il faut dire qu’en temps que féru d’informatique, j’ai fouillé dans tous les fichiers de la console… Et lu tous les dialogues, en anglais (simple à comprendre). Passé la surprise, la rejouabilité est plutôt mauvaise, le jeu n’est pas encore traduit en français, il est impossible de changer le mapping clavier qui est en Qwerty et pause des soucis pour se déplacer (sinon, il vous faut passer votre clavier en Qwerty avant de lacer le jeu), mais non, aucun de ces défaut ne m’a gâché mon expérience… Donc je les pardonne tous ! D’autant plus que le mode challenge, où l’on doit refaire les niveaux avec des contraintes, comme n’utiliser qu’un seul type d’arme, est plutôt intéressant, ainsi que le mode survie qui peut occuper quelques heures de plus…. Mais sans le côté narratif / découverte, j’avoue que le jeu perds de sa saveur…

Super. Hot. Super. Hot.

Super. Hot. Super. Hot.

Verdict (même si on le connait tous)

Classe S ! Si vous êtes un développeur, un administrateur système, que vous adorez bidouiller vos machines virtuelles, que vous avez connu Quake, REZ, que vous avez envie de vous évader dans un nouveau monde, ce jeu est FAIT pour vous. Vous passerez 2 à 6 heures immergé dans un univers qui sent à 200% la Science Fiction. Si vous adorez TRON (et TRON L’héritage), encore une fois foncez ! A l’image de Portal il y a quelques année, ou de Hotline Miami, on se retrouve avec un concept de jeu novateur et frais, qui ressemble à un petit oasis dans notre monde plein de titre AAA lissé au pixel près… Bref, s’il est évident que ce jeu ne parlera pas à tout le monde, il ne laissera personne indifférent. Soit on l’aime, soit on le déteste. Et moi j’en suis complètement amoureux…

Classe S

Incontournable ! Vous devez avoir ce jeu dans votre bibliothèque !

Points positifs

Points négatifs

Une ambiance et une narration parfaitement maîtriséeOn aimerait que ça dure plus longtemps !
Le concept du jeu, parfaitement maîtrisé.Impossibilité de remapper les touches du clavier en AZERTY. Vraiment ?!
Les références aux années 80, plaisantes.
La dynamique des combats, malgré le ralentissement du temps.
Le prix, raisonnable.
Photo du profil de SuzuKube

SuzuKube

Gamer depuis 1984, je suis quasiment un expert en jeux vidéo, jouant notamment sur Wii U, PS Vita, 3DS, PS4 et Xbox One. Je suis aussi le chef incontesté d'Otakugame.fr !

Vous aimerez peut-être aussi

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Test : SUPERHOT. It’s the most innovating shooter I’ve played in years."

Notification de
avatar

wpDiscuz