4

Metroid Prime : L’histoire de la saga légendaire et pourquoi le nouvel opus 3DS déçoit…

Share

Article d’origine écrit par Raeglin

Voila l’E3 est fini et je pense personnellement qu’on vient d’assister à un salon qui restera gravé dans les mémoires pour quelques temps. Entre un Sony qui a clairement su assurer le spectacle, un Microsoft qui a étalé une pléthore de jeux de qualité, un Square Enix qui a fait probablement sa meilleure conférence depuis au bas mot 10 ans, un Ubisoft qui a étalé quelques nouvelles licences prometteuses, un EA qui a fait aussi une bonne conf’ et pour finir un Bethesda qui a été absolument magistral, on peut dire que cet E3 était monumental et a su satisfaire bon nombre de gamers.

Mais comme dans tout salon il faut qu’il y ait quelqu’un qui chie et sur cet E3, c’est clairement le nom de Nintendo qui revient le plus souvent. Malgré un Starfox qui s’annonce assez intéressant et des dates pour certains jeux qui était attendu, comme Xenoblade X et Project Zero 5, la prestation du géant japonnais ne fera clairement pas le poids.

Parmi les annonces plus ou moins anecdotiques du direct E3 de Nintendo, une en particulier a déclenché une levée de boucliers comme rarement vu sur le net, allant même jusqu’a enclencher la mise en place d’une pétition pour demander l’annulation du dit jeu, je parle bien sûr, et vous l’aurez tous compris, de Metroid Prime : Federation Force un spin-off de la saga Metroid Prime prévu en 2016 sur la 3DS

Pourquoi tant de haine, pourquoi tant de déception dans l’annonce d’un jeu ?

Les raisons elles sont nombreuses et c’est donc après avoir mûrement réfléchi sur ce sujet que je vous fais part de mon point de vue sur ce fiasco total. Il s’agira ici d’établir plus ou moins ce que représente la saga Metroid aux yeux des fans sur les consoles Nintendo, quelles était leurs attentes réelles en la matière et pourquoi Nintendo s’est complètement plantés en mettant en route ce spin-off.

Retour vers le passé

A l’époque 32 et 64 bits, les consoles ont encore des hardwares bien spécifiques dont plus de 90% du catalogue leur est exclusif à elles et elles seules. A cette époque, les FPS sont un genre encore balbutiant sur le marché, hormis sur PC ou une pelleté de clones de Doom voient le jour. […]

Les consoles Nintendo ne dérogent pas à la règle et ne sont pas très gâtés en la matière d’ailleurs, malgré à l’époque un bon portage de Doom sur la SNES. Mais fidèle au principe de « l’exception qui confirme la règle« , la N64 sort en 1997 avec THE game qui va devenir l’exception, Goldeneye 007, la nouvelle production de RARE, les mecs derrière un bon paquet de hits comme Battletoads ou encore Donkey Kong Country.

Goldeneye sur N64

Goldeneye sur N64

Le jeu devient immédiatement un très gros succès, se vendant à 8 millions d’exemplaires, dont pas loin de 6 millions rien qu’au USA, qui devient le pays number one bouffeur de FPS, ce que l’histoire confirmera plus que largement par la suite.

Beau, Nerveux, Fluide, proposant un multi local à 4 qui met bien en avant les quatre ports manettes de la N64, une des nouveautés de la console de Nintendo, le jeu reste, aujourd’hui encore, reconnu comme un des plus gros hits de la N64 et est d’ailleurs dans le top 3 des jeux les plus vendus de la console, devant Ocarina of Time et derrière Mario Kart et Super Mario 64 qui, eux, étaient également vendus en bundle !

Electronic Arts, quand à lui essayera bien de contrer le succès de ce jeu en ayant plus tard les deux premiers volets de Medal of Honor sur Playstation, mais le mal est déjà fait et la suprématie de RARE est sans équivoque dans le style FPS sur console. Suprématie qui sera enfoncé encore plus quand Perfect Dark sortira. Les Medal of Honor reste de très bons jeux mais ne font clairement pas le poids face à un Goldeneye et un Perfect Dark qui sont les rois du multis local à 4.

Medal of Honor la réponse de la Play 1 à Goldeneye et Perfect Dark

Medal of Honor la réponse de la Play 1 à Goldeneye et Perfect Dark

L’histoire se complique d’autant plus par la suite que sur PC c’est durant cette génération de consoles que la souris commence à être pris en compte dans la majorité des FPS. Dès lors les manettes apparaissent comme complètement obsolètes et dérisoires pour jouer à des FPS, mais c’est sans compter sur la génération 128 bits, qui va commencer à lourdement inverser cette tendance.

La Gen 128 bits ou l’avènement des FPS sur console

En effet la gen 128 bits voit arriver la généralisation des manettes à double stick analogiques, ce qui simplifie clairement la tâche de porter un FPS sur console tout en préservant la précision de sa jouabilité.

Le bal est ouvert avec la Dreamcast, qui malgré un manque de second stick sur sa manette, possède malgré tout la possibilité d’avoir le combo clavier/souris. Sega lance effectivement son service online Dream Arena en Europe accompagné d’un très bon portage de Quake 3 Arena, un des FPS phare du PC de l’époque. C’est beau c’est fluide c’est nerveux, ça coûte un bras pour jouer sur le net à l’époque mais tout le monde s’en fout complètement.

Le légendaire Quake 3 Arena

Le légendaire Quake 3 Arena

Le second à dégainer c’est Free Radical, qui au lancement européen de la PS2 (ndlr : ce jeu sortira également sur GameCube), exhibe un FPS crée par d’anciens de chez RARE, les développeurs du hit Goldeneye. Ce jeu c’est TimeSplitters et bien que le jeu soit limité par son multi local à 2, il permet de jouer en co-op toutes les missions du jeu. Beau, proposant des univers variés (on incarne un perso qui voyage dans le temps) et nerveux, le jeu n’aura jamais le succès que connaîtra sa suite et son multi à 4 joueurs.

TimeSplitters, un jeu désormais culte pour certains !

Ensuite vient Microsoft. Microsoft, qui est nouveau sur le marché console, a vu l’impact qu’a eu Goldeneye 007 sur le marché et en particulier le marché US, qu’ils comptent bien conquérir pour imposer leur XBox. De plus il leur apparait que le FPS est un genre sous représenté sur console et qu’il y a ici une brèche à combler. Ils savent parfaitement que pour conquerir ce marché il leur faudra un FPS emblématique, un jeu qui fera vendre des consoles à la pelle. Ce FPS emblématique c’est Halo, un jeu à la base développé pour le Mac. Thème SF ambitieux, musique magistral, maps énormes, gunfight jouissif et nerveux, multi local à 4, possibilité de conduire divers véhicules, le jeu impressionne tellement MS qu’il rachète carrément le développeur Bungie. La suite on la connait, Halo sort en même temps que la console et s’impose directement comme LA raison d’acheter une Xbox, malgré un line-up qui était bourré d’excellents jeux comme Jet Set Radio Future.

Le premier Halo, révolutionnaire à son époque !

Le premier Halo, révolutionnaire à son époque !

Mais c’était sans compter sur la réponse de Nintendo, dont la sortie de la Gamecube approche à grand pas.

La réponse du dernier arrivé

En effet Nintendo est le dernier à dégainer sur cette génération 128 bits avec sa GameCube, dont je ne vais pas refaire l’historique ici, mais qui est considéré de nos jours comme une excellente console blindé de hits.

Fidèle à sa manière de ne rien faire comme les autres et se rendant bien compte que la concurrence à depuis longtemps analysé et reproduit les facteurs qui ont permis le succès de Goldeneye, notamment Sony et Microsoft, Nintendo décide dès lors de prendre une tout autre voie.

Voie qui devient limpide lors de la visite par Miyamoto en 2000 dans les locaux de Retro Studios, un dev qui est à ce moment là sur 4 projets bien distincts pour la GameCube de Nintendo. Impressionné par leur moteur graphique pour le jeu d’action-aventure qu’il préparait à l’époque, Miyamoto leur donne la licence Metroid pour qu’il la fasse revivre, sous l’œil néanmoins observateur de Nintendo Japon.

Metroid Prime sort le 21 mars 2003 en Europe et c’est un gros coup de pied dans les couilles de la concurrence. Plus qu’un revival de la saga Metroid, on a ici affaire à un jeu qui cumule un bon paquet de qualités, que je vais essayer de détailler ci-dessous :

  • Graphismes qui crache les tripes de la GameCube
  • OST magistrale
  • Boss énormes
  • Un fort accent sur l’exploration, ce que ne fait AUCUN FPS de l’époque
  • Durée de vie et construction du titre supérieur à la normale
  • Le meilleur revival d’une licence dans une industrie qui a vu paquet de studios et de licences crever avec les débuts chaotiques de la 3D
Metroid Prime sur Gamecube. Magistral !

Metroid Prime sur Gamecube. Magistral !

Le jeu est un succès critique et commercial quasi immédiat, avec 3 millions de ventes dans le monde, dont 2 millions rien qu’au USA, ce qui prouve encore une fois que les ricains sont de gros bouffeurs de FPS.

La saga devient dès lors la saga de FPS emblématiques des consoles Nintendo, l’exception qui confirme la règle, le nouveau Goldeneye, bref vous avez capté le concept. Règle qui sera encore une fois confirmé par la sortie du 2ème volet de cette saga, Echoes qui bien au delà de tout ça, sortira en novembre 2004 en Europe, dans une période qui le verra mis en concurrence avec deux gros FPS phares de la concurrence, j’ai nommé Halo 2, qui sort le 4 novembre 2004 mais également Killzone, qui deviendra par la suite THE série de FPS des consoles Sony, principalement sur PS3, et qui sort le 4 décembre 2004.

Killzone, premier volet de la saga de Guerrilla games

Killzone, premier volet de la saga de Guerrilla games

Halo 2 le volet de la saga qui introduira le multi online

Halo 2 le volet de la saga qui introduira le multi online

Après lequel est le meilleur chacun est juge mais Halo 2 reste mon volet préféré de la saga de Bungie et Echoes mon préféré de la Trilogie Prime.

Metroid Prime est donc la série emblématique de FPS sur consoles Nintendo et la sortie de ce deuxième volet le confirme clairement, ce que ne cessera de faire la suite de l’histoire.

En effet la DS, nouvelle console portable de Nintendo, qui bénéficie d’un hardware très proche de la N64, est dévoilée avec la démo d’un nouvel épisode de la saga Prime, Hunters qui met principalement l’accent sur le Multi jouable à quatre en Ad Hoc ou sur internet. Suite à des problèmes dans le développement, le jeu n’accompagne malheureusement pas la sortie de la console. Il sort le 5 mai 2006 et encore une fois c’est un succès critique et commercial, la presse mettant en avant la qualité du multi, fun et nerveux, rappellant beaucoup les cadors du genre que sont Quake et Tribes par exemple.

Le légendaire Metroid Hunters sur Nintendo DS

Mais la saga ne s’arrête pas là, étant emblématique et quasi les seuls FPS sur consoles Nintendo, le reste étant clairement un level en dessous, Nintendo profite de sa nouvelle console, La Wii et sa détection de mouvements vendus comme révolutionnaires à l’époque de sa sortie, pour mettre Retro Studios au travail sur un nouveau volet de la Saga.

Metroïd Prime 3 : Corruption sort dans la première année de commercialisation de la console, le 26 octobre 2007 pour être précis et montre à tous que la console c’est pas qu’une merde avec une manette pour mimer des gestes de golf, de bowling ou de frisbee. Utilisant très bien la Wiimote et le Nunchuk, graphiquement supérieur aux anciens volet, avec une immersion encore plus travaillé, le jeu apporte un final grandiose à ce qui reste encore aujourd’hui la meilleure saga de FPS à avoir vu le jour sur consoles Nintendo. Après chacun est juge de la qualité de ce volet mais je le trouve excellent personnellement et il remplit parfaitement son cahier des charges. Aucun FPS n’est plus beau, plus long plus intéressant ou n’utilise aussi bien le combo de manettes que lui sur le support. Les Metroid Prime sont des jeux hors normes et celui-ci ne déroge clairement pas à la règle.

Le cas Other M

Bien que cet article soit centré sur la saga Prime et les attentes la concernant, il est un point décisif qu’il faut absolument aborder, c’est celui d’Other M, car de lui dépend la perception qu’a aujourd’hui Nintendo de la saga Metroid et comment on en est arriver au fiasco de cet E3.

Other M, comme son nom l’indique, est un volet bien différent des Prime. Développé conjointement par Nintendo, Tecmo Koei et la Team Ninja, les devs qui ont ressuscité Ninja Gaiden avec Brio quelques années auparavant sur la Xbox, le jeu sort le 3 septembre 2010 sur la Wii et il est encensé par la critique, qui lui attribue de très bonnes notes, pas au niveau de celle du premier Metroid Prime mais qu’importe.

Metroid Other M, l’épisode méconnu des fans.

Néanmoins les fans sont ultra-divisés sur ce jeu. Si ceux qui n’avait pas vraiment appréciés les Prime l’encense, les fans des Prime, qui eux attendait clairement un Prime 4, lui chie à la gueule, allant carrément jusqu’a le boycotter.

Le jeu sera un fail complet et total au niveau des ventes, faisant à peine les ventes d’Echoes, même pas 1,5 million et ce alors que le parc de consoles mis en place est de pas loin de 80 millions de consoles lors de la sortie. Bien que le piratage atteint des proportions jamais vues sur le support jusque là, les ventes ne sont clairement pas top et Nintendo prend la mouche et considère alors à mettre plus ou moins la saga en stand-by, ou alors à la reléguer au rang de saga sans ambition aucune.

Pour Other M et ses qualités chacun est juge mais je considère personnellement que ce volet est carrément excellent et ce, malgré les phases en FPS ultra-chiantes insérés dedans pour plaire aux fans des Prime.

Retour sur le présent

On arrive plus ou moins à notre période maintenant. Nintendo lance sa Wii U en 2012 avec un survival-horror développé par Ubisoft, Zombi U, chose qui requiert d’avoir des « cojones » de la taille de celles d’un éléphant qui fait de l’aérophagie, car JAMAIS un survival-horror n’a fait vendre massivement de consoles.

Bref à la sortie de la console et la volonté affiché de Nintendo de se réconcilier avec le public gamer, les fans endurcis de la marque ont, globalement, 3 demandes bien distinctes:

  • Un nouveau Starfox, ça c’est fait.
  • Un nouveau F-Zero, ça c’est mort mais Fast Racing Neo comblera un peu le vide…
  • Un nouveau Metroid

Et sur ce dernier point les fans sont divisés. Certains veulent une suite à Other M, qui reste malgré tout un excellent volet de la saga et d’autres veulent un Prime 4.

Personnellement même si ma préférence va à Other M 2, je ne suis pas dupe. La Wii U à alors énormément de mal à décoller au niveau ventes et il lui faut donc un truc clinquant, qui tape graphiquement, de préférence en vue FPS pour garantir un max de ventes outre-atlantique car rappelez-vous que les USA sont de gros bouffeurs de FPS. De plus les expériences multi online complètes et novatrices se faisant rare sur le support et Hunters restant une référence sur DS même après toutes ces années, un Prime s’impose clairement.

Un Prime qui regrouperait une aventure solo longue, des graphs qui ferait cracher les tripes de la Wii U comme Prime l’a fait pour la GC à l’époque, une ost magistrale mais aussi et surtout un mode multi complet et novateur comme avait su l’être Hunters en son temps. La Wii U a clairement besoin d’un jeu pareil c’est une certitude.

Voila en quoi Nintendo s’est planté de manière magistrale

Ils ont sous estimé l’importance de la saga Metroid aux yeux de leurs fans les plus endurcis et voilà le résultat, un Spin-off dont je ne jugerai pas des qualités sur une simple vidéo mais qui va clairement se faire lyncher par une communauté des fans qui en a marre d’attendre un nouveau volet, qui voit bien que la Wii U méritait plus que largement son volet, que c’en était limite un besoin vital.

Mais les fans n’ont clairement pas joué le jeu non plus. Certains dans leur stupidité ont complètement boycotté Other M car chialant pour avoir un nouveau Prime et absolument rien d’autre. Cette attitude est méprisable au plus haut point et s’apparente à un bébé qui hurle pour avoir son hochet.

AU FINAL TOUT LE MONDE A PERDU, FELICITATIONS.

La Wii U a perdu ce qui aurait pu être un jeu majeur de sa vie, La 3DS n’a rien gagné car déjà blindé de hits, elle n’avait clairement pas besoin de ce spin-off à la con. Les fans de Prime ont relegué la série principale aux oubliettes avec leur acharnement à ne voir que les Prime et rien d’autre et les fans de Other M ne verront jamais de suite à ce qui est pourtant un très bon volet de la saga…