Test : Senran Kagura Reflexions, la “simulation” de réflexologie sur Nintendo Switch

J'ai passé du temps à trouver l'image qui illustrera ce jeu... Et j'ai choisi l'écran d'accueil alternatif de celui-ci :p !

Ah… La série des Senran Kagura. A la base, ce sont des beat’em’all mettant en scène des ninjas féminins dont leurs vêtements représentent leur jauge de vie, allant jusqu’à se retrouver en petite culotte. Evidemment, le design de celles-ci est kawaii et sexy à souhait, et c’est ce qui a fait la renommée de la série, déclinée en un réussi jeu musical avec Senran Kagura Bon Appétit!, mais également en Splatoon like avec Senran Kagura Peach Beach Splash, assez intriguant…

Et vous êtes… Masseur ?

Cet épisode de Senran Kagura se veut avant tout expérimental. Marvelous a voulu ici expérimenter ce que l’on peut faire avec les vibrations HD de la Nintendo Switch. Et n’y allons pas par 4 chemins, à ce niveau, c’est plutôt réussi ! Il est toujours aussi étonnant de voir le système de vibration reproduire les “rebonds” lorsque l’on tape sur les cuisses de la demoiselle, les vibrations du masseur vibrant (ce n’est pas ce que vous croyez) jusqu’à son clic d’allumage, ou bien encore de sentir les grains du rouleau à masser lorsqu’on l’utilise sur les cuisses d’Asuka, l’unique héroïne du jeu actuellement (d’autres héroïnes de l’univers Senran Kagura arriveront en DLC un peu plus tard). On peut également noter que graphiquement, le jeu est très agréable à regarder, même si au niveau technique, il n’y a rien de transcendant puisque les arrières plans sont en 2D et seule Asuka est modélisée en 3D… Mais l’illusion est parfaite.

Senran Kagura Reflexions est entièrement traduit en français ^^ !

Senran Kagura Reflexions est entièrement traduit en français ^^ !

Du coup, j’étais assez confiant en les qualités de ce titre lors de mes premières parties, avec l’envie de débloquer de nouveaux accessoires pour séduire Asuka. Et puis, les parties se sont enchaînées, et l’ennuie a rapidement pointé le bout de son nez. Je me suis rendu très rapidement compte de la “supercherie” : On effectue toujours les trois même phases de jeu. En boucle. Basé sur la réflexologie – Une technique de massages de points réflexes situés sur les pieds ou les mains – le jeu vous proposera toujours de :

  • Masser les mains d’Asuka pour lui faire ressortir une de ses 5 émotions
  • Elle se met alors à rêver d’une de ses 5 fantasmes érotiques
    • Durant son rêve, vous devez la mettre à l’aise (hem) afin qu’elle ait envie de se faire masser
    • On termine par le massage lui même, qui mettra d’ailleurs fin au rêve.
  • Retour en classe où vous devrez à nouveau masser les mains d’Asuka…
J'avoue que les phases avec le rouleau à masser restent mes préférées :) !

J’avoue que les phases avec le rouleau à masser restent mes préférées 🙂 !

Ouais, je sais, dis comme ça, ça à l’air génial ! Sauf que non. Car avec ce scénario ultra prévisible, on sait toujours à quoi s’attendre. Et ce n’est pas Asuka qui va nous aider. Si au début, son petit caractère niais peut plaire, cela tourne rapidement au ridicule, avec des “j’ai le coeur qui bat si vite quand je regarde ton visage, je n’ai jamais ressenti cela auparavant, je ne sais pas ce que c’est, j’ai besoin d’aide” et autres niaiseries du genre. Pire encore, son manque de résistance rend la partie “séduction” totalement inintéressante… puisque inexistante !

Mais tu n’es pas là pour séduire mais pour masser !

Ok, ok, partons du principe que le massage n’est qu’une excuse à la séduction. Même dans ce cas là, on se retrouve dans des fantasmes sexuels assez… perturbants. Je pense notamment à l’un des scénario où Asuka est votre petite soeur. Et pourtant elle tient des propos pour le moins… incestueux. Vous pouvez même lui frapper les seins sans que ça ne semble la gêner plus que ça… Difficile de faire plus malaisant… Et même en supposant que c’est une différence de culture (puisque au Japon, les histoires à base d’amour secret entre frere et soeur pleuvent), il n’en reste pas moins que le jeu n’a, au final, pas grand chose à proposer…

Attention : Asuka joue un rôle dans chacun des rêves, qui ne sont pas interdépendants !

Attention : Asuka joue un rôle dans chacun des rêves, qui ne sont pas interdépendants !

Tenez, par exemple sur la reconnaissance de mouvement : vous déplacez vos mains avec les sticks analogiques, et une fois qu’ils sont placé au même endroit vous devez appuyer sur R pour “frotter” à cet endroit (toujours en utilisant le stick analogique d’ailleurs, une aberration)… L’utilisation du détecteur de mouvement ne sert dans ce cas là qu’à donner des petits coups en secouant le JoyCon ! Adieu la finesse de la détection gyroscopique de la Nintendo Switch, que l’on a pu découvrir dans 1 – 2 Switch, et bonjour le bourrinage qui casse complètement l’immersion en phase de “pré-massage”. La phase de massage à proprement dit est un peu mieux, sans que ce ne soit l’extase, puisque là encore, il n’y a qu’une détection de mouvement sommaire, par exemple seul le mouvement de haut en bas (c’est pas ce que vous croyez bande de pervers) est le seul reconnu, sans aucune possibilité de déplacer ce rouleau à un autre endroit du corps (ou même de la cuisse) d’Asuka… Même si, comme dit en début d’article, les vibrations, elles, sont super bien travaillées, avec des effets de texture surprenants ^^ !

Mais ? Il n’y a rien de bien dans ce jeu ?

S’il y a une chose que je peux reconnaître, c’est que si les modes de jeux sont très limités (le mode Reflexologie que je vous ai décrit ci-dessus, le mode Mini-Reflexologie qui est une phase de pré-massage mais directement dans la salle de cours pour ceux qui ne veulent pas écouter Asuka et juste la tripoter sans perdre de temps, et le mode Diorama, dont je vais justement vous parler), les développeurs se sont lâchés sur le mode photo, appelé ici Diorama !

J'ai conçu cette photo pour faire ma miniature Youtube avant de la trouver trop sage...

J’ai conçu cette photo pour faire ma miniature Youtube avant de la trouver trop sage…

Quoiqu’un poil moins complet que celui de SNK Heroines, les possibilités sont juste énormes, avec des options pour donner différentes expressions aux yeux et à la bouche d’Asuka, mais également de lui donner toutes sortes de positions (oui, même les plus perverses) avant de la prendre en photo dans des univers variés (mais qui reste de simple fonds d’écran en 2D). Bref, vous l’aurez compris : le mode photo est réussi, et au final, il reste la seule motivation de persévérer dans le mode Reflexologie, puisque c’est la seule façon de gagner de nouveaux costumes !

Verdict

Evidemment, je pourrais vous parler de la VOSTFR du titre, qui est un effort louable de l’éditeur. Je pourrais également vous parler des musiques, très agréable, du doublage japonais de qualité, mais soyons franc : Ce Senran Kagura Reflexions a tout de la démo jouable. Les premières minutes, les vibrations HD font leur effets, mais le manque de précision de la détection de mouvement casse totalement l’immersion. Déplacer ses mains avec deux sticks analogiques, dans un monde où j’ai déjà goûté à Summer Lesson sur le PS VR donne un goût amer à cette “simulation” de massage qui se voulait très sucrée. Même en temps qu’Otaku, cela reste trop peu subtile et très éloigné de ce à quoi la série des Senran Kagura m’avait habitué. Au final, pour 9€99, cela reste une expérience amusante 5 minutes, mais on aurait clairement aimé que le jeu aille beaucoup, beaucoup plus loin que la simple expérience sur Nintendo Switch…

J’ai adoré : J’ai détesté :
  • Enfin un jeu (tier) qui utilise convenablement les vibrations HD !
  • Graphiquement, c’est très agréable à regarder.
  • Le mode Diorama, très complet.
  • Mine de rien, un jeu qui met en avant le monde du massage, c’est pas courant…
  • Le prix, raisonnable, à 9€99
  • Extrêmement répétitif, avec ses 3 phases qui se répètent en boucle.
  • La détection de mouvements beaucoup trop limitée.
  • Une seule fille présente dans le jeu, les autres arrivant en… DLC. Payant, on suppose.
  • Asuka n’oppose aucune résistance, rendant même la séduction ennuyante…
  • Certaines situations VRAIMENT gênante (avec un petit côté incestueux…)
  • Trop peu de modes de jeu et aucun mini-jeux…
  • Les arrière-plans en 2D dont on voit les limites en bougeant la caméra…
  • Les interactions très limitées (et je ne parle pas de trucs pervers)

SuzuKube

Gamer depuis 1984, je suis un grand passionné de jeux vidéos. Adepte de la team Nintendo Switch et fier fondateur d'Otakugame.fr !

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'inscrire  
Notification de