Test : Titanfall 2 sur PC, le mecha nique tout ?

Share
Test de : Titanfall 2
Ecrit par :
Liquidashi

Testé par :
Note :
4/5
Le 8 décembre 2016
Modifié le :18 mai 2019

Résumé :


Test effec­tué à par­tir d’une ver­sion com­mer­ciale PC ache­tée sur instant-gaming.com. Captures d'écran mai­son.

Sorti sur Xbox 360, Xbox One et PC le 13 mars 2014, le pre­mier jeu de Respawn Entertainment avait l'ambition de mettre un grand coup de latte dans le milieu du FPS com­pé­ti­tif en ligne. Il faut dire que même si c'était leur pre­mier titre, le CV des diri­geants de ce stu­dio fon­dé en 2010 force le res­pect. Jason West et Vince Zampella sont en effet les fon­da­teurs d'Infinity Ward, stu­dio à l'origine de la fran­chise poids lourd du FPS, Call of Duty. Après avoir four­ni à Activision les épi­sodes les plus lucra­tifs de la série, la dis­corde a com­men­cé suite à moult sou­cis après la sor­tie de Modern Warfare 2. Après des longs mois, ils sont ren­voyés et fonde Respawn Entertainment dont le pre­mier jeu sera édi­té par EA. Le pre­mier trai­ler met­tait une claque et annon­çait du lourd. Un uni­vers SF vrai­ment sym­pa­thique avec en prime un double game­play. En effet, le champ de bataille voit s'affronter des androïdes, des sol­dats et des pilotes. Ces pilotes sont lit­té­ra­le­ment des nin­jas, capables de cou­rir sur les murs, de sau­ter d'un bâti­ment à l'autre en un clin d’œil. Mais la cerise sur le gâteau, le truc qui fait toute la dif­fé­rence, ce sont les titans qui peuvent être appe­lés par les pilotes. Ces géants de fer d'une quin­zaine de mètres de haut sont certes moins souples que les pilotes mais leur pou­voir de des­truc­tion est incom­pa­rable. Cette recette a hypé bon nombre de joueurs (dont votre ser­vi­teur) et c'est avec une exci­ta­tion cer­taine que j'ai lan­cé le jeu la pre­mière fois. Bien que très fun, le jeu a du faire face à pas mal de cri­tiques : manque de conte­nu, absence de cam­pagne solo, exclu­sion de la PS4. EA et Respawn ont enten­du ces cri­tiques et cette suite revient avec la ferme inten­tion de gom­mer toutes les imper­fec­tions du pre­mier opus. Alors, pari réus­si ?

On lève le camp en pagne…

titanfall2-2016-10-28-20-13-27-03La grosse nou­velle fea­ture de cette épi­sode est bien-sûr l'ajout d'une cam­pagne solo sur laquelle EA a beau­coup com­mu­ni­qué avec un trai­ler "CODesque" met­tant en avant la rela­tion pilote-titan, élé­ment très impor­tant comme nous le ver­rons par la suite. L'histoire se déroule quelques temps après la grande bataille sur Déméter à l'issue de laquelle la Milice avait rem­por­té une grande vic­toire sur l'IMC. Cette der­nière n'a évi­dem­ment pas dit son der­nier mot et redouble d'efforts afin d'éradiquer les forces mili­ciennes. On nage dans du très clas­sique et niveau per­son­nages et scé­na­rio, il ne faut pas s'attendre à être ébou­rif­fé. On incarne Cooper un appren­ti pilote de la Milice qui va devoir endos­ser un rôle capi­tal dans la lutte contre l'IMC suite à la mort de son for­ma­teur. Derrière ce pos­tu­lat qui donne envie de bâiller et après un long tuto­riel, Titanfall 2 trouve son rythme et son style. L'alternance des niveaux en titan et à pied sont vrai­ment bien gérées. On sent qu'un gros effort a été fait sur le game desi­gn et par­cou­rir les niveaux, plu­tôt jolis en plus, est plai­sant. Fait amu­sant, le titre de Respawn par­tage un point com­mun avec Infinite Warfare : la pré­sence d'une IA, le titan BT qui donne lieu à des dia­logues inté­res­sants, comme ceux d'Ethan dans le titre d'Infinity Ward. Alors certes, c'est clas­sique, on le voit venir à des lieues qu'il va se créer des liens entre Cooper et son titan mais on se laisse prendre au jeu sans pro­blème.

Je par­lais pré­cé­dem­ment du level desi­gn très bien pen­sé. Le niveau qui cris­tal­lise le plus cela pour moi, c'est celui du centre de recherches aban­don­né par l'IMC et qu'il faut par­cou­rir à la recherche d'indices capi­taux pour l'avenir de la Milice. Ce centre est sous le coup de per­tur­ba­tions tem­po­relles qui font le joueur voya­ger dans le temps. On subit ces failles au début, puis un outil per­met de les déclen­cher à notre guise et c'est là que ça devient génial. Le centre est endom­ma­gé au moment où on l'explore et cer­tains accès sont blo­qués. Un push sur un bou­ton et on se retrouve au même endroit mais dans le pas­sé, quand le centre était fonc­tion­nel et flam­bant neuf. Et du coup, la porte blo­quée dans le pré­sent fonc­tionne et on peut accé­der à la pièce sui­vante. Ce n'est qu'un exemple par­mi d'autre et vous pen­sez bien qu'au fur et à mesure, il fau­dra être de plus en plus habile et rapide pour pas­ser d'une époque à l'autre afin de fran­chir des obs­tacles de plus en plus dif­fi­ciles. Rien d'insurmontable, mais j'ai beau­coup appré­cié ce niveau et cet élé­ment de game­play. 

Le manque de titans dif­fé­rents avait été for­te­ment cri­ti­qué car il n'y en avait que 3 : Atlas le poly­va­lent, Ogre le mas­to­donte blin­dé mais lent et Stryder le fili­forme super rapide. Cette fois, on en a 6 et on peut pas­ser de l'un à autre par un simple menu. Chacun dis­pose d'armes et de carac­té­ris­tiques bien dis­tinctes et cha­cun pour­ra trou­ver titan à son pied.

Techniquement, c'est bien huilé tout ça

Après quelques tâton­ne­ments niveau réglages, le jeu tourne au poil avec ma GTX 760, avec un fra­me­rate qui oscille entre 50 et 60 fps. On a les clas­siques décors d'usines, d'entrepôts et autres tun­nels qui sur­prennent pas mais qui sont subli­més par la mobi­li­té extra­or­di­naire du pilote et c'est avec un grand plai­sir qu'on sème la panique et la mort dans les rangs enne­mis. On a aus­si droit à des scènes en exté­rieur qui offrent des jolis pano­ra­mas. Éclairages, effets de par­ti­cules, ombres, tout ça est vrai­ment maî­tri­sé mal­gré un bud­get qu'on devine bien infé­rieur à un Battlefield 1 tou­jours chez EA. J'ai eu quelques sou­cis avec ma manette Xbox One qui avait ten­dance par­fois à perdre en réac­ti­vi­té, sans expli­ca­tion. Qu'à cela ne tienne, la DualShock 4 fonc­tionne par­fai­te­ment éga­le­ment et je l'utilisais quand l'autre me cau­sait des tra­cas.

Les dou­blages fran­çais assurent le taf, en par­ti­cu­lier celle de BT, grave et posée en toute cir­cons­tance alors que Cooper panique quand ça tourne au vinaigre. Petite sur­prise, un des mer­ce­naires de l'IMC est dou­blé par le rap­peur fran­çais JoeyStarr. Sa car­rière d'acteur est loin d'être ano­dine et il campe son per­son­nage de façon très cré­dible.

La bande ori­gi­nale est éga­le­ment très réus­sie et elle accom­pagne par­fai­te­ment les moments calmes et ceux plus mou­ve­men­tés. Charger les lignes enne­mies à bord de son titan avec une musique épique pro­cure des petits fris­sons de plai­sir. Le thème prin­ci­pal est très joli et invite à l'aventure dans la Bordure.

Un multi hautement frénétique

J'ai pas­sé près de 130h sur le pre­mier épi­sode que j'ai fina­le­ment lâché parce que les dev l'ont lais­sé dans un état déplo­rable. Je me suis replon­gé dans le mul­ti de celui-ci avec le rédac'chef et le moins qu'on puisse dire, c'est que j'ai roté du sang (de l'huile de moteur). Il me fau­dra du temps pour retrou­ver les réflexes de l'époque. Le réap­pren­tis­sage se fera dans la dou­leur j'en ai bien peur, avant de pou­voir faire des actions aus­si sty­lées que dans le trai­ler. Mais je ne déses­père pas… Différents modes de jeux ont fait leur appa­ri­tion dont un que j'ai pas encore bien sai­si, "chas­seurs de prime". Il s'agit de se battre contre des vagues suc­ces­sives d'ennemis et de dépo­ser l'argent que ça rap­porte dans des banques qui ne sont actives qu'à cer­tains moments de la par­tie. Le mode Attrition est tou­jours pré­sent ain­si que le mode Capture the Flag. Espérons que les ser­veurs ne seront pas déser­tés trop rapi­de­ment…

Verdict

La pré­sence de la cam­pagne solo en avait effrayé plus d'un, moi y com­pris. Cependant, le tra­vail abat­tu par Respawn impres­sionne. Des idées solides pour la cam­pagne, des nou­veaux titans en pagaille, des nou­velles pos­si­bi­li­tés de dépla­ce­ments. Ceux qui ont aimé le pre­mier épi­sode peuvent fon­cer sans sou­ci et les nou­veau venus auront bien besoin de la cam­pagne pour les pré­pa­rer à ce qui les attend en mul­ti. Le choix fait par EA de le sor­tir qua­si­ment en même temps que Battlefield 1  est incom­pré­hen­sible et j'espère que cela ne condam­ne­ra pas la licence et son stu­dio par la même occa­sion.

Classe B

Un bon jeu, sans être excep­tion­nel.

 

Points positifs

Points négatifs

Une cam­pagne solo solide (lol), mal­gré un début un peu mou.Pourquoi l'avoir sor­ti en même temps que BF1 ?
Techniquement réus­si.Un ATH sur­char­gé en mul­ti­joueur.
Du level desi­gn de qua­li­té.Quelques bugs par ci par là.
BT est vrai­ment cool.Scénario conve­nu.
Assez bien opti­mi­sé pour tour­ner sans trop de heurts sur ma GTX 760 2Go.

Liquidashi

J’ai commencé avec l’Amstrad 6128+, puis je suis passé sur la NES, puis la SuperNES, puis la PS1, puis la Saturn, puis la Dreamcast, puis la Xbox, suivie par la Xbox360, puis la PS3 et la PSVita. Depuis 2012, je suis revenu dans le monde de la masterrace et aussi sur PS4 et One depuis peu. De la wallayebillayerie à foison

Vous aimerez aussi...

9
Poster un Commentaire

avatar
1 Fil des commentaires
8 Réponse à la discussion
0 Followers
 
Les commentaires avec le plus de réactions
Le commentaire le plus populaire
4 Commentaires de l'auteur
LiquidashiAeonsViolacrimosumSuzuKube Commentaires récents de l'auteur

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'inscrire  
Notification de
SuzuKube
Admin

J'ai quand même l'impression que les joueurs foca­lisent beau­coup sur les défauts d'un titre… Je veux dire tech­ni­que­ment, que manque-t'il au jeu pour qu'il soit excellent ? De mon côté, la tech­nique est bonne, la bande son kif­fante, le scé­na­rio est clas­sique, mais c'est pas non plus une hor­reur et le solo reste agréable, et le mul­ti joueur reste agréable, même si j'avoue y tirer moins de fun qu'un Overwatch, ça reste au des­sus d'un Call of Duty (point de vue per­son­nel). Le fait qu'il soit sor­ti en même temps que Battlefield 1 ne le rend pas mau­vais (et puis ça per­met­tra à ceux qui tem­po­risent de l'acheter moins cher, il est à 26€ en ce moment sur Instant-Gaming) et pour l'ATH sur­char­gée en mul­ti­joueur, j'avoue, c'est per­tur­bant au début, mais avec le temps, on y fait plus atten­tion (faut dire que y'a beau­coup d'informations pas tou­jours utiles, mais je n'ai pas cher­ché à les désac­ti­ver) ^^ !

Au final, pour moi, ce Titanfall 2 est bien plus abou­ti que le pre­mier épi­sode et est une alter­na­tive cré­dible à COD : Infinite Warfare. Surtout en mode mul­ti­joueur ^^ ! Après pour le moteur gra­phique, certes ce n'est pas le plus beau au monde, mais il a l'avantage de per­mettre une action lisible – et puis faut dire que j'aime bien la direc­tion artis­tique aus­si.

Bref, de mon côté, c'est un FPS sur lequel je vais m'attarder un peu plus tard (The Last Guardian et Final Fantasy XV oblige) et qui a la mal­chance, comme bien d'autres excel­lents jeux (Forza Horizon 3, Battlefield 1, Gears of War 4, Watch Dogs 2) de tom­ber dans une période où énor­mé­ment de jeux sortent et que tous n'auront pas une place au soleil… J'ai même la grosse impres­sion que l'industrie se dirige vers une crise, comme celle d'Atari en 1983. Et la cause de cette crise était une course à la puis­sance, avec des jeux clo­nés se res­sem­blant tous… Ça ne vous rap­pelle rien ?

Violacrimosum
Habitué

Les édi­teurs et déve­lop­peurs se sont tirés une balle dans le pied en cette fin d'année. Trop de jeux sor­tis juste avant le Black Friday et qui se sont court-cir­cui­tés. Dishonored 2 et Titanfall ne mérite pas leur vente médiocre. Watch Dogs 2 et Gears of War 4 non plus d'ailleurs mais le pre­mier se prend un bashing anti-Ubisoft et le second en plus des pro­blèmes pré­ci­tés, ne sort que sur PC et Xbox One.

D'aileurs, FFXV aus­si a un départ bien plus faible qu'attendu au japon. Les seuls qu'on retrouve dans les meilleurs ventes de l'année et qui sont sor­tis en fin d'année sont Call of Duty : Infinite Warfare et Battlefield 1. Le pre­mier jeu "ori­gi­nal" (n'appartenant pas à une IP exis­tante), c'est Overwatch. On ne peut pas vendre n'importe quand dans l'année n'importe quel genre depuis que le Black Friday s'est mon­dia­li­sé. La qua­li­té ne fait, mal­heu­reu­se­ment, pas les ventes.

SuzuKube
Admin

D'ailleurs à noter que Call of Duty Infinite Warfare s'est moins bien ven­du que le Black Ops III, en fait seul le Battlefield 1 s'en sort vrai­ment bien, avec de meilleurs ventes que le Hardline.

Et je ne pense pas que la pose d'Assassin's Creed double ses ventes pour le pro­chain épi­sode.

Quand aux jeux qui sortent en jan­vier… Je ne suis pas sur que ce soit une période pro­pice aux ventes. Et pour­tant j'aimerais que Gravity Rush 2 et Nier Automata soient des suc­cès !

Aeons
Habitué

Janvier a sou­vent été une période morte, je pense pas que cela soit un hasard.

BF hard­line n'avait pas atti­ré les foules, encore heu­reux pour EA et dice que BF1 ait pas sui­vi le meme chemin,k cela aurait été plus que mau­vais pour eux sinon 🙁

IW se vend moins que Bo3 mais les quan­ti­tés semblent res­ter assez ouf et hor­mis fifa, je doute qu'un autre jeux lui mette une pile niveau vente.
per­so, je trouve IW bien au des­sus de BO3 en terme de mul­ti, et la cam­pagne chie sur tous les cod new­gen.

SuzuKube
Admin

Perso, ce que je n'en joué m'a bien plu ^^ ! Je regar­dais juste que glo­ba­le­ment, les jeux se sont mal ven­dus cette année, et qu'hormis BF1, y'a pas grand monde qui est ren­tré dans ses objec­tifs…

Enfin, y'en a un qui car­tonne tou­jours autant : C'est OVERWATCH xD ! Bravo Blizzard sur ce coup, un long­sel­ler qu'on ne trouve pas à 15€ dans les backs 3 mois après sa sor­tie. Hem.