Lepoint.fr a pu visiter les locaux du réseau Xbox Live, et c’est impressionnant !

Salle de contrôle du Xbox Live à Seattle
Salle de contrôle du Xbox Live à Seattle

Pour une raison qui m’échappe, lepoint.fr a été invité par Microsoft pour visiter les locaux du Xbox Live, qui se trouvent près Seattle ! On y apprend pas mal d’informations, comme le fait que le taux de uptime (fonctionnement) du Xbox Live est de 99.925%, ce qui est excellent pour un service web ! Le centre de contrôle se trouve tout simplement sur le “campus” de Microsoft, à Redmond, où se trouve la maison mère. D’ailleurs, pas de photos pouvant contenir des données sensibles, toutes celles utilisées par le journal sont fournies… Par Microsoft !

Il y a actuellement 55 millions de joueurs qui se connectent au Xbox Live Gold. Sachant qu’il y a 35 millions de Xbox One vendues dans le monde, ce n’est pas incohérent, entre les consoles disposant de deux comptes, et les Xbox 360 restant en circulation, le chiffre ne semble pas avoir été “gonflé”.

Pour finir, on apprend que Microsoft possède un algorithme qui regroupe ensemble les joueurs avec des pings “élevé”. Dans l’article, on donne l’exemple d’un joueur qui joue avec une connexion satellite, avec un ping pire que celui que l’on a en Martinique : 800ms ! Les Matchmaking devrait le faire affronter des joueurs au ping similaire, et cela est géré par les serveurs du Xbox Live.

Enfin voilà ! Si vous voulez en savoir plus, lisez directement ce bel article offert par lepoint.fr !

Gamer depuis 1984, je suis un grand passionné de jeux vidéos. Adepte de la team Nintendo Switch et fier fondateur d’Otakugame.fr !

You may also like...

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Lepoint.fr a pu visiter les locaux du réseau Xbox Live, et c’est impressionnant !"

avatar
  Subscribe  
Notification de
killmeplease
Invité
killmeplease

59 millions de personnes à payer tous les mois.
A 5 euros par mois moins la TVA ça fait quand même près de 240 millions d’euros/dollars tous les mois dans la poche de Microsoft. Et pour quelle raison? On se demande bien.