Test : Battle Princess Madelyn, l’âme de Ghosts’n Goblins dans un jeu Nintendo Switch !

Le premier boss que j'ai croisé dans Battle Princess Madelyn !
Le premier boss que j'ai croisé dans Battle Princess Madelyn !
Développeur :
Causal Bit Games
Prix :
19€99

Testé par :
Note :
3/5
Le 5 février 2019
Modifié le :5 février 2019

Résumé :


Test réalisé sur Nintendo Switch sur une version commerciale, fournie par PRhound. Vidéo maison, captures d’écran éditeur.

Ah, Battle Princess Madelyn… Un jeu qui aura eu un développement « Rock’n’Roll », mais qu’on retrouvera finalement chez nous,  sur Nintendo Switch, depuis le début de cette année 2019 ! Attendu par les amateurs de jeux rétro, en particulier par les fans de Ghosts & Goblings, le jeu nous promet une aventure assez ardu teintée de références old school ! Qu’en est-il concrètement ?

Un jeu plein de dédicaces

L’originalité de ce jeu, c’est qu’il a été imaginé pour une fillette de 9 ans, la fille du développeur : Christopher Obritsch. Fan de Ghost’n’Goblins, elle voulait qu’Arthur apparaisse dans le jeu, et c’est finalement elle qui a été sélectionnée comme héroïne ! D’ailleurs, ce n’est pas la seule référence au « réel » du jeu, puisque Fritzy, le chien que l’on peut voir dans le jeu, était tout simplement le chien de Christophe, disparu quand il avait 9 ans...  Une belle façon de rendre hommage à son fidèle compagnon ! Après Fox n Forests et Insanity’s Blade, le studio nous propose donc encore une fois un jeu de « plateforme » en 2D à la sauce 16 bits, comme il sait si bien les faire !

Vous reconnaissez l'âme de Ghosts'n Goblins ?

Vous reconnaissez l’âme de Ghosts’n Goblins ?

Si de mon côté, je ne suis pas fan des vidéos en basses résolution (mais genre vraiment, pire que le 144p de Youtube) ni de l’écran titre à la mode « énoooormes pixel », je dois avouer que cela nous met immédiatement dans une ambiance rétro. Le jeu en lui même est plutôt joli avec ses animations, ses effets de lumières et son charadesign fouillé. De même, les musiques sont vraiment travaillée, avec la possibilité de les écouter à la mode orchestral ou Chiptunes. C’est vous qui choisissez !

C’est l’gameplay qui est important m’sieur !

Vous aimez jouer ? Ca tombe bien, car le gameplay est au centre de ce Battle Princess Madelyn ! On découvre un titre dont la maniabilité vous rappellera grandement Ghosts’n Goblins  de Capcom !  La gestion des vies est identique : le premier coup nous retire notre amure, et le second nous tue. Mais à la différence du jeu de Capcom, on peut ici réapparaitre sur la carte grâce à Fritzy le chien fantôme, qui vous ressuscitera si sa jaune est suffisamment pleine (elle se remplit lorsque vous tuez des ennemis).

Fritzy vous accompagnera partout !

Fritzy vous accompagnera partout !

Que ce soit en mode histoire ou en mode arcade, on retrouve certaines tares des jeux des années 1990, et comme dans Shinobi sur 3DS que je déteste tant. La gestion des dégâts est très (trop ?) punitive, vous pouvez par exemple chuter de plusieurs mètres après vous êtes pris un projectile d’un ennemi qui était à peine visible à l’écran, avec aucune possibilité de contrôler votre chute ! C’est frustrant, d’autant plus que la caméra ne peut être manipulée pour anticiper ce genre de situation, et qu’elle oblige même à sauter « à l’aveugle », lorsque vous devez descendre de votre plateforme. Un aspect « Die & Retry » involontaire dont le jeu se serait bien passé. Ajoutez à cela qu’en cas de décès sans « jauge Fritzy », c’est retour au début de la zone !

Le jeu sait être également très coloré.

Le jeu sait être également très coloré.

Autre curiosité, en mode histoire, lorsque vous parlez aux (nombreux) PNJ dans les villes du jeu, il est impossible de leur faire répéter leurs indices pour les quêtes qu’ils nous donnent. On se retrouve avec un « T’as retrouvé mon livre » sans avoir d’indices de l’endroit où le trouver, si on ne l’a pas noté au préalable… Rageant. Le jeu se veut être, dans ce mode, un Metroidvania vous obligeant à trouver des pouvoirs pour évoluer dans les différents niveaux du jeu, le soucis étant que même si l’on a bien une main nous indiquant l’endroit où se trouve les objets magiques proches, il n’y a pas de réelle logique et la sensation de tomber au hasard sur des boss et des pouvoirs magiques est assez désagréable. Chose corrigée d’ailleurs par le mode arcade, proposant 7 niveaux répartis sur les 10 zones du jeu, mais avec un level design plus travaillé, sans la nécessité de devoir trouver des items pour avancer. Dans ce mode, le jeu est très proche d’un Ghosts’n Goblins, même si de mon côté, je trouve la difficulté un poil élevée et l’absence de sauvegarde injuste, nous sommes en 2019 tout de même…

Verdict

S’adressant aux amateurs de jeux rétro pure et dur, Battle Princess Madelyn en reprend les qualités, mais malheureusement également les défauts. Avec son mode histoire maladroit et son mode arcade très punitif, ce titre ne s’adresse pas à tous les joueurs, et j’ai eu, de mon côté, beaucoup de mal à avoir du plaisir à y jouer passé les premiers niveaux. Si l’on peut applaudir la direction artistique du jeu, le gamedesign mérite vraiment d’être revu pour améliorer le confort global de jeu. Dommage, car on aurait pu tenir là une nouvelle petite perle des jeux indé Pixel Art !

Classe C

Un jeu honnête, sans plus.

SuzuKube

Gamer depuis 1984, je suis un grand passionné de jeux vidéos. Adepte de la team Nintendo Switch et fier fondateur d'Otakugame.fr !

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'inscrire  
Notification de