Test : Blossom Tales The Sleeping King sur Switch, l’action RPG 2D qui sent bon le rétro !

Voici Lily, l'héroine qui ne paye pas de mine de Blossom Tales !
Voici Lily, l'héroine qui ne paye pas de mine de Blossom Tales !

Test réalisé à partir d’une version commerciale australienne fournie par FDG Entertainment. Captures d’écran éditeur, vidéo maison

Ah… Je me revois en décembre 2013, en train de découvrir pour la première The Legend of Zelda : A Link To The Past… Mais que dites vous ? Ce Zelda est sorti sur SNES en 1991 ?! Ah… Oui, c’est vrai, mais je n’ai jamais eu la Super Nintendo à la maison (enfin mis à part ma SNES mini acquise récemment) et du coup, je n’avais à l’époque pas pu jouer à ce chef d’oeuvre. Oeuvre que je n’ai d’ailleurs jamais terminé faute de temps, et dont j’avais programmé une session sur SNES mini pour cette année justement…Ce Blossom Tales, qui se veut être un hommage à la série The Legend of Zelda, arrivera-t’il à me distraire de mon objectif ?

Père Castor. Raconte nous une histoire !

Je ne rigolais pas quand je disais que c'est un papi qui raconte une histoire à deux enfants...

Je ne rigolais pas quand je disais que c’est un papi qui raconte une histoire à deux enfants…

Petit détail amusant de ce jeu, on commence l’aventure aux côté de deux enfants et de leur papi (et je ne sais pas pourquoi, chaque fois que je lis les phrases du papi, j’entends Papi Grenier dans ma tête) qui leur raconte l’histoire de Blossom Tales ! C’est cette histoire qui servira de trames principale à l’histoire, et c’est plutôt bien trouvé même si on a, pour le coup, un peu du mal à s’immerger dans l’aventure puisque le héro qu’on incarne n’est qu’autre que la matérialisation de l’histoire conté par le grand-père… Il n’est pas rare que les enfants arrêtent la narration pour poser des questions tels que « Mais Papi, c’était qui le boss ? » et c’est alors à vous de choisir la réponse (par exemple, qui est le boss du niveau) ce qui influe directement sur le jeu ! Cette trame narrative à l’avantage de donner un sens à l’aventure (car elle n’a ni queue, ni tête, on se retrouve à devoir chercher une potion pour réveiller celui que je surnomme désormais « la belle aux bois dormant » : le roi !), que vous commencez dans votre lit (comme dans tout bon Zelda) !

Techniquement… Ca va.

Les donjons vous rappelleront forcément ceux de Zelda.

Les donjons vous rappelleront forcément ceux de Zelda.

Evidemment, ce n’est pas un jeu que l’on va juger sur la technique, mais de mon côté, je trouve dommage de perdre le côté « dessin crayonné » de Zelda (je pense à A Link To The Past) pour avoir quelquechose proche du pixel art. J’ai d’ailleurs plus eu la sensation de jouer à un Zelda sur Gameboy Advance que sur SNES, notamment à cause de la taille de ces pixels ! Mais là-dessus, je vous laisse juger, car il s’agit plus d’une histoire de goût qu’autre chose, et c’est bien une volonté artistique des développeurs et non une contrainte technique 🙂 ! Je précise tout de même que je trouve le rendu bien plus agréable sur l’écran de la Switch, avec ses couleurs pétantes et sa résolution inférieur à celle d’un écran de 32″ par exemple ! Ca n’empêche pas le jeu d’avoir des effets sublimes (je pense aux rayons de soleils qui filtre sur la carte, ou bien encre au rendu de l’herbe, bien meilleur que celui de Zelda 2D) Je note tout de même des effets de lumières (notamment du soleil qui filtre). Là où c’est un sans faute, c’est au niveau de la maniabilité. Elle est simple et efficace, et bien entendu très similaire à celle des Zelda 2D, à savoir un bouton pour donner des coups d’épées (et le maintenir permet de faire la fameuse attaque circulaire), un pour courir, un autre pour se protéger un un dernier bouton pour les accessoires (comme les bombes, boomerang, l’arc etc…). Les déplacements ont une bonne inertie et c’est un bonheur de se balader au royaume de Blossom ^^ !

Blossom Tales sur Switch

Ce passage vous donnera du fil à retordre :p !

J’aimerais donner une mention spéciale aux vibrations, qui pour le coup sont d’une finesse que je n’ai ressenti de façon majoritaire que sur des titres Nintendo jusque là ! C’est super agréable de frapper sur les ennemis, couper l’herbe ou simplement descendre d’un rebord et de ressentir des vibrations « HD » agréables, qui ne donne pas la sensation d’avoir un vibromasseur entre les mains, mais plutôt que les vibrations sont issues du jeu lui même, donnant la sensation que le petit monde que l’on voit à l’écran est vivant est réellement dans notre petite Switch chérie ^^ ! Je termine avec un petit mot sur la partie sonore, avec des musiques à la mode 8 bit (bien entendu) mais de qualité, et des petits bruitages d’environnement qui s’intègrent bien au jeu… Rien de particulier à vous signaler à ce niveau, si ce n’est qu’il y a déjà quelques musiques du jeu que je fredonne et que c’est un très bon signe 😀 !

Et c’est long ?

Blossom Tales sur Switch

Je suis sûr que vous êtes curieux de savoir ce que c’est…

Autant vous le dire tout de suite, Blossom Tales est bien plus court qu’un Zelda, et ne comporte que 5 donjons ! Ils ont tout de même l’avantage d’être très variés (Monde de la forêt, de la lave, de la glace etc…), et si l’on aurait aimé en avoir un peu plus, on ne peut que mettre cela en parallèle avec le petit prix de vente du jeu, qui est seulement de 15€. Sachant que l’on peut refaire l’histoire en demandant des boss différents (vous savez, par rapport à la narration), on peut tabler sur une durée de vie entre 10 et 20 heures selon que vous aimiez (ou pas) faire un second run, selon que vous fassiez (ou non) les quêtes secondaires, ce qui est plutôt correct au final.

Verdict

Vendu 15€ sur l’eShop, Blossom Tales est une véritable lettre d’amour aux anciens épisode de Zelda ! Dans ce contexte, c’est bien sur Nintendo Switch et sur aucune autre plateforme que j’avais envie de me lancer sur ce jeu ! Bien que je trouve le rendu assez grossier en mode télé, il reste super agréable en mode portable, et, quelque part, il est très bien adapté pour être joué sous cette forme. Bref, vous l’aurez compris, même si la technique ne m’a pas bluffé, le jeu se rattrape par son ambiance, son humour et sa maniabilité sans faille. Pour un hommage, c’est réussi 😉 !

Classe A

Un excellent jeu, vous devez au moins l’essayer !

Points positifs

Points négatifs

La maniabilité qui sublime celle de Zelda ALTTP (SNES) Le rendu est moins bon que la gen « 16bit » mais meilleur que la gen « 8bit »
Les musiques, à la fois inédite et empreinte de nostalgie Un peu court.
La direction artistique générale, très colorée
Pas de temps de chargement, et super rapide à se lancer !
Le prix de vente abordable (15€).

SuzuKube

Gamer depuis 1984, je suis un grand passionné de jeux vidéos. Adepte de la team Nintendo Switch et fier fondateur d'Otakugame.fr !

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'inscrire  
Notification de