Test : Dead or Alive 6, le retour d'un des pilliers du jeu de baston !

Share
Test de : Dead or Alive 6
Développeur :
Tecmo Koei
Version :
Xbox One X
Prix :
69€99

Testé par :
Note :
4/5
Le 12 mars 2019
Modifié le :12 mars 2019

Résumé :


Tiens, encore un test pour nous dire que Dead or Alive 6, c'est Dead or Alive 5.5 en fait… Sauf que ce serait oublier que je vous un culte tout par­ti­cu­lier aux jeux de com­bat ! Et… Dead or Alive 2 sur Dreamcast fut une de mes expé­riences les plus mar­quantes dans le domaine, donc for­cé­ment, cette série a une aura tout par­ti­cu­lière pour moi…

C'était il y a déjà 20 ans. Et 7 ans pour le dernier épisode…

Mine de rien, il n'y a pas eu tant d'épisodes que cela de la série Dead or Alive. Le pre­mier épi­sode est sor­ti sur Playstation, en 1998 pour être pré­cis, époque où moi je décou­vrais la Nintendo 64 (et que je sacra­li­sais Bloody Roar, l'un des rares jeux de com­bat en 3D dis­po­nible sur la console de Big N). J'avoue être tota­le­ment pas­sé à côté de la hype Playstation, il faut dire qu'à l'époque, la 3D de la Playstation me parais­sait tota­le­ment dépas­sée, avec ses pixels trop visibles (pas de fil­trage bili­néaire), et son Z-Buffer défaillant qui don­nait des effets de pro­fon­deur par­fois assez étrange, sachant que mon père, lui, dis­po­sait d'une carte gra­phique com­pa­tible 3DFX qui était une des meilleure norme 3D dis­po­nible à l'époque !

J'te casse le bras si t'arrête pas.
J'te casse le bras si t'arrête pas.

Bref, tout cela pour dire que le jour où mon père m'a ache­té une SEGA Dreamcast, en pro­mo­tion d'ailleurs, et que j'ai décou­vert les jeux Soul Calibur et Dead or Alive 2, c'est toute ma vision des jeux de com­bat qui avait chan­gé ! 60 fps, gra­phismes ultra réa­listes en haute réso­lu­tion avec un excellent anti-alia­sing (la Dreamcast per­met­tait du 640×480, soit la réso­lu­tion VGA de mon cher écran PC), ces 2 jeux furent, pour moi, une véri­table révo­lu­tion qui m'a réel­le­ment ouvert aux jeux de com­bat.

Oui, j'adore ce jeu car il y a une belle collection de waifus.
Oui, j'adore ce jeu car il y a une belle col­lec­tion de wai­fus.

J'ai d'ailleurs pas­sé des heures à baver sur Dead or Alive 3, sor­ti en 2001 en exclu­si­vi­té sur la Xbox pre­mière du nom. Il faut dire qu'à l'époque, j'avais ache­té un Nintendo Gamecube (j'étais étu­diant et déjà vadrouilleur, la Xbox était à la fois lourde et chère comme console), alors for­cé­ment, à part squat­ter la bou­tique de jeu vidéo pour y jouer… Je n'ai jamais vrai­ment pu en pro­fi­ter (ni de Panzer Dragon Orta, par contre j'ai pu jouer à Halo sur PC. Nah). Un cha­grin vite cor­ri­gé sur ma Xbox 360, avec Dead or Alive 4, en 2006, mais sur­tout Dead or Alive 5 (2012), res­sor­ti d'ailleurs plus tard sur console "Next Gen" sous l'appellation Last Round ! Alors même si la poli­tique de DLC fut à ger­ber (Des cen­taines de cos­tumes à ache­ter, et qua­si­ment aucun per­son­nage en DLC… J'en cherche encore l'intérêt), je dois avouer que niveau game­play et gra­phisme, ce Dead or Alive 5 fut l'apothéose de la série ! Du coup, j'attendais avec impa­tience cette nou­velle ver­sion du jeu !

Cette magnificence…

L'esthétisme des Dead or Alive m'a tou­jours énor­mé­ment plus. Il faut dire que le cha­ra­de­si­gn est très recher­ché, avec un style à la fois ecchi (je ne vais pas m'en cacher) et man­ga. Les per­son­nages fémi­nins sont par­ti­cu­liè­re­ments réus­si, et c'est tou­jours un plai­sir de retrou­ver nos wai­fus pré­fé­rées modé­li­sées en 4K, avec d'ailleurs une sexua­tion moins pro­non­cée ren­dant les héroïnes un poil plus réa­liste, ce qui n'est pas pour nous déplaire. Niveau per­for­mances, la série a tou­jours pré­sen­té un 60fps extrê­me­ment fluide aidant à la lisi­bi­li­té du com­bat et des timing, très rigou­reux pour effec­tuer des contres. Et à ce niveau, c'est un sans faute ! Enfin presque : Jouer en mode "Performances" vous per­met­tra de jouer uni­que­ment en 1080p (certes super­sam­plé) sur Xbox One X. Mais jouer en mode "Graphismes" vous don­ne­ra accès au Saint-Graal de la 4K avec un niveau de détail des modèles 3D tota­le­ment fou.

Le niveau de détail sur les visages est stupéfiant !
Le niveau de détail sur les visages est stu­pé­fiant !

Cheveux, trans­pi­ra­tion, reflets dans les yeux, le jeu est un véri­table bon­heur pour tout fan de la série dans ce mode. Mais mal­heu­reu­se­ment, la fête est gâchée par un élé­ment cru­cial : Le jeu ne tourne alors pas à 60fps, mais aux alen­tours (à vu d'oeil) des 45fps ! Autant vous dire que pour jouer sérieu­se­ment, c'est en mode per­for­mance (1080p) que cela se pas­se­ra, y com­pris sur Xbox One X. Et dans ce cas là, évi­dem­ment, les 60fps sont tenues en toutes cir­cons­tances. La ver­sion PC cor­rige ce sou­cis, pour peu que vous aillez le PC qui va avec 😉 !

Et qui sont ces nouveaux qui sifflent sur vos têtes ?

Et je vous disais un peu plus haut que c'est tou­jours un plai­sir de décou­vrir de nou­velles tête dans la série Dead or Alive. Et bien… C'est la grosse douche froide. Un peu à l'image de SoulCalibur VI, l'éditeur semble être res­té sur ses acquis en ne fai­sant aucune prise de risque. On a comme nou­veau per­son­nage NiCO, Diego et… c'est tout. En plus, Diego dis­pose d'un cha­ra­de­si­gn tel­le­ment géné­rique qu'honnêtement je l'aurais bien tro­qué contre Nyotengu (3€99). Ouais. La fille dis­po­nible dans DOA5LR qu'il faut rache­ter day one en DLC à 4€. Mais peut-être que vous sou­hai­tez jouer avec Mai Shiranui, de la série King of Fighter ? C'est pos­sible – si vous avez sous­crit au sea­son Pass "Saison 1" fac­tu­ré à 90€. Si si, je parle bien de Mai qui était déjà dis­po­nible en DLC dans Dead or Alive 5 Last Round. Plus mes­quin tu meurs…

Hé ! Mais c'est miss 3€99 non ?
Hé ! Mais c'est miss 3€99 non ?

Et y'a quoi de neuf ?

Outre le moteur gra­phique que je trouve appré­ciable au niveau de la modé­li­sa­tion des per­son­nages, mais détes­table au niveau des décors loins d'être mémo­rables (j'y revien­drai plus tard), le jeu fait la part belle aux esquives et aux contre attaques, acti­vable en appuyant sur le bou­ton "pro­tec­tion" + direc­tion arrière. Si l'adversaire vous touche au même moment, bin­go, c'est la contre attaque, qui fait très mal ! Les com­bos sont tou­jours aus­si agréable à por­ter, et le sys­tème "binaire" avec des chopes qui cassent les pro­tec­tions, et des gardes qui per­mettent de parer les coups, est tou­jours aus­si effi­cace. Du grand clas­sique jusque là.

Pour les nou­veau­tés côté game­play, on a droit à :

  • La "Ruée fatale", un com­bo de 4 coups spé­ciaux pré­dé­fi­nis sur la touche RB
  • Le "Coup bri­seur", une attaque spé­ciale qui se déclenche lorsque notre jauge de spé­ciale est à son maxi­mum et qu'on reste appuyé sur RB.

Si ces nou­veau­tés sont les bien­ve­nues, on note­ra que l'attaque "ultime" res­semble pas mal à ce que l'on retrouve dans SoulCalibur V et VI notam­ment (ou, dans une moindre mesure, l'attaque smash de Smash Bros). Cela dit, étant don­né que c'est un excellent emprunt, je ne vais pas m'en plaindre, au contraire !

Boom.
Boom.

Le mode his­toire est lui sem­blable à ce qui avait été fait sur Dead or Alive 5. Il nous per­met­tra de se délec­ter de nos per­son­nages pré­fé­ré à tra­vers une nou­velle intrigue, mais éga­le­ment de décou­vrir les nou­velles arènes du jeu ! Et en par­lant d'arènes : Elles ont toutes un air de déjà vu, avec un level desi­gn peu ins­pi­ré, et sont loin d'être impres­sion­nantes visuel­le­ment (putain, j'avais tel­le­ment kif­fé le casi­no dans Dead or Alive 4, avec sa rue pas­sante dans laquelle on pou­vait pro­pul­ser son adver­saire). Cela dit, j'ai ado­ré les inter­ac­tions dans les arènes, avec par ici des spec­ta­teurs chi­nois qui vous repoussent dans l'arène, par là un Kraken qui vous attrape sur votre navire ou bien encore un Tyrannosaure à deux doigts de vous dévo­rer… Ca donne envie de pous­ser son adver­saire dans les décors tout ça, et ça donne vie aux décors ^^ !

Puisque je te dis qu'on est pas dans Jurassic Park !
Puisque je te dis qu'on est pas dans Jurassic Park !

Je ter­mi­ne­rais sur la bande son, avec ses musiques très "Dead or Alive" qui res­tent fidèle à la série, et un dou­blage japo­nais d'excellente qua­li­té, avec la pos­si­bi­li­té de mettre les voix en anglais. A ce niveau, c'est du sans faute ^^ ! Les brui­tages sont à la fois dis­cret et réus­si, et le tout est par­fai­te­ment équi­li­bré. Du bon bou­lot de la part de Team Ninja !

Wait. Une minute. On est en 2019, quid du Online ?

Ouais, tu as rai­son. En 2019, plus per­sonne ne joue en 1 contre 1 avec ses potes à la mai­son. Désormais, tout se passe en ligne ! Et à ce niveau, c'est assez simple : Il n'y a qu'un mode de jeu clas­sé (quelque part, c'est pas trop mal, on est avec des adver­saires de notre niveau du coup), mais le menu pour y accé­der force à attendre un adver­saire sans pou­voir tou­cher à la manette… Cela peut être aisé­ment contour­né, en lan­çant le mode "Entraînement libre" qui per­met d'au moins pou­voir tou­cher à la manette pen­dant l'attente ! Pour cela, vous devez cocher l'option "Accepter les défis" et vous pour­rez enchaî­ner votre après-midi sur des par­ties effré­nées…

C'est tel­le­ment un kiffe de jouer en ligne <3 !

Félicitation aux déve­lop­peurs pour l'optimisation en ligne ! A l'image de Street Fighter V, SoulCalibur VI ou bien encore Killer Instinct, le jeu tente de vous mettre en rela­tion directe avec des joueurs proches de vous. Résultat ? Sur une île comme la Martinique, on joue sou­vent contre des Martiniquais, et les pings sont accep­tables ! Je fais par­ti des joueurs peu exi­geants jouant en wifi, et je n'ai pas trou­vé d'option per­met­tant de jouer uni­que­ment contre les joueurs en filaire, ce qui va frois­ser quelques puristes je pense. Le mode Online est donc sim­pli­fié au maxi­mum, mais je pense que cela per­met éga­le­ment de trou­ver beau­coup plus faci­le­ment des adver­saires en ligne.

Verdict

J'aurais tel­le­ment aimé pou­voir don­ner la note maxi­male à ce Dead or Alive 6. Pourtant, il n'aurait pas fal­lu de grand chose. Un mode 4K opti­mi­sé en 60fps, une dizaine de nou­veaux per­son­nage, ou, à la rigueur, une poli­tique de sui­vi "gra­tuit" des nou­veaux per­son­nages, quitte à lais­ser les nom­breux cos­tumes en DLC ! Mais non. Ce Dead or Alive 6, aus­si excellent qu'il soit, reste sur son immo­bi­lisme depuis quelques années. Et rien que la pré­sence en DLC avant même la sor­tie du jeu de Nyotengu (3€99) et de Phase 4 en dit long sur la men­ta­li­té de l'éditeur… Avec un sea­son Pass "Saison 1" fac­tu­ré 90€, je tiens à le signa­ler ! Vraiment dom­mage de gâcher le poten­tiel d'un jeu avec ce côté mer­can­tile… Mais il n'en reste pas moins un excellent jeu, que je vous conseille para­doxa­le­ment sans hési­ter. Fan un jour, fan tou­jours…

SuzuKube
Classe A
Un excellent jeu, vous devez au moins l'essayer !

J'ai aimé

  • Graphiquement, c'est quand même vache­ment réus­si !
  • Extrêmement fluide en mode per­for­mance sur Xbox One X.
  • Le game­play de la série n'a pas vieilli d'un poil !
  • La bande son, fidèle aux anciens épi­sodes.

J'ai détes­té

  • Un effort aurait pu être fait sur les décors…
  • Cette poli­tique de DLC à foi­son est une honte.
  • Pourquoi le mode "gra­phismes" ne tourne pas en 60fps ?!

En tant que Partenaire Amazon, nous réa­li­sons un béné­fice sur les achats rem­plis­sant les condi­tions requises.

SuzuKube

Gamer depuis 1984, je suis un grand passionné de jeux vidéos. Adepte de la team Nintendo Switch et fier fondateur d'Otakugame.fr !

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'inscrire  
Notification de