Test : Dead or Alive 6, le retour d’un des pilliers du jeu de baston !

c-c-c-c-combo breaker ! Euh... Je me trompe de jeu là non ?
c-c-c-c-combo breaker ! Euh... Je me trompe de jeu là non ?
Test de : Dead or Alive 6
Développeur :
Tecmo Koei
Version :
Xbox One X
Prix :
69€99

Testé par :
Note :
4/5
Le 12 mars 2019
Modifié le :12 mars 2019

Résumé :


Tiens, encore un test pour nous dire que Dead or Alive 6, c’est Dead or Alive 5.5 en fait… Sauf que ce serait oublier que je vous un culte tout particulier aux jeux de combat ! Et… Dead or Alive 2 sur Dreamcast fut une de mes expériences les plus marquantes dans le domaine, donc forcément, cette série a une aura tout particulière pour moi…

C’était il y a déjà 20 ans. Et 7 ans pour le dernier épisode…

Mine de rien, il n’y a pas eu tant d’épisodes que cela de la série Dead or Alive. Le premier épisode est sorti sur Playstation, en 1998 pour être précis, époque où moi je découvrais la Nintendo 64 (et que je sacralisais Bloody Roar, l’un des rares jeux de combat en 3D disponible sur la console de Big N). J’avoue être totalement passé à côté de la hype Playstation, il faut dire qu’à l’époque, la 3D de la Playstation me paraissait totalement dépassée, avec ses pixels trop visibles (pas de filtrage bilinéaire), et son Z-Buffer défaillant qui donnait des effets de profondeur parfois assez étrange, sachant que mon père, lui, disposait d’une carte graphique compatible 3DFX qui était une des meilleure norme 3D disponible à l’époque !

J'te casse le bras si t'arrête pas.
J’te casse le bras si t’arrête pas.

Bref, tout cela pour dire que le jour où mon père m’a acheté une SEGA Dreamcast, en promotion d’ailleurs, et que j’ai découvert les jeux Soul Calibur et Dead or Alive 2, c’est toute ma vision des jeux de combat qui avait changé ! 60 fps, graphismes ultra réalistes en haute résolution avec un excellent anti-aliasing (la Dreamcast permettait du 640×480, soit la résolution VGA de mon cher écran PC), ces 2 jeux furent, pour moi, une véritable révolution qui m’a réellement ouvert aux jeux de combat.

Oui, j'adore ce jeu car il y a une belle collection de waifus.
Oui, j’adore ce jeu car il y a une belle collection de waifus.

J’ai d’ailleurs passé des heures à baver sur Dead or Alive 3, sorti en 2001 en exclusivité sur la Xbox première du nom. Il faut dire qu’à l’époque, j’avais acheté un Nintendo Gamecube (j’étais étudiant et déjà vadrouilleur, la Xbox était à la fois lourde et chère comme console), alors forcément, à part squatter la boutique de jeu vidéo pour y jouer… Je n’ai jamais vraiment pu en profiter (ni de Panzer Dragon Orta, par contre j’ai pu jouer à Halo sur PC. Nah). Un chagrin vite corrigé sur ma Xbox 360, avec Dead or Alive 4, en 2006, mais surtout Dead or Alive 5 (2012), ressorti d’ailleurs plus tard sur console « Next Gen » sous l’appellation Last Round ! Alors même si la politique de DLC fut à gerber (Des centaines de costumes à acheter, et quasiment aucun personnage en DLC… J’en cherche encore l’intérêt), je dois avouer que niveau gameplay et graphisme, ce Dead or Alive 5 fut l’apothéose de la série ! Du coup, j’attendais avec impatience cette nouvelle version du jeu !

Cette magnificence…

L’esthétisme des Dead or Alive m’a toujours énormément plus. Il faut dire que le charadesign est très recherché, avec un style à la fois ecchi (je ne vais pas m’en cacher) et manga. Les personnages féminins sont particulièrements réussi, et c’est toujours un plaisir de retrouver nos waifus préférées modélisées en 4K, avec d’ailleurs une sexuation moins prononcée rendant les héroïnes un poil plus réaliste, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Niveau performances, la série a toujours présenté un 60fps extrêmement fluide aidant à la lisibilité du combat et des timing, très rigoureux pour effectuer des contres. Et à ce niveau, c’est un sans faute ! Enfin presque : Jouer en mode « Performances » vous permettra de jouer uniquement en 1080p (certes supersamplé) sur Xbox One X. Mais jouer en mode « Graphismes » vous donnera accès au Saint-Graal de la 4K avec un niveau de détail des modèles 3D totalement fou.

Le niveau de détail sur les visages est stupéfiant !
Le niveau de détail sur les visages est stupéfiant !

Cheveux, transpiration, reflets dans les yeux, le jeu est un véritable bonheur pour tout fan de la série dans ce mode. Mais malheureusement, la fête est gâchée par un élément crucial : Le jeu ne tourne alors pas à 60fps, mais aux alentours (à vu d’oeil) des 45fps ! Autant vous dire que pour jouer sérieusement, c’est en mode performance (1080p) que cela se passera, y compris sur Xbox One X. Et dans ce cas là, évidemment, les 60fps sont tenues en toutes circonstances. La version PC corrige ce soucis, pour peu que vous aillez le PC qui va avec 😉 !

Et qui sont ces nouveaux qui sifflent sur vos têtes ?

Et je vous disais un peu plus haut que c’est toujours un plaisir de découvrir de nouvelles tête dans la série Dead or Alive. Et bien… C’est la grosse douche froide. Un peu à l’image de SoulCalibur VI, l’éditeur semble être resté sur ses acquis en ne faisant aucune prise de risque. On a comme nouveau personnage NiCO, Diego et… c’est tout. En plus, Diego dispose d’un charadesign tellement générique qu’honnêtement je l’aurais bien troqué contre Nyotengu (3€99). Ouais. La fille disponible dans DOA5LR qu’il faut racheter day one en DLC à 4€. Mais peut-être que vous souhaitez jouer avec Mai Shiranui, de la série King of Fighter ? C’est possible – si vous avez souscrit au season Pass « Saison 1 » facturé à 90€. Si si, je parle bien de Mai qui était déjà disponible en DLC dans Dead or Alive 5 Last Round. Plus mesquin tu meurs…

Hé ! Mais c'est miss 3€99 non ?
Hé ! Mais c’est miss 3€99 non ?

Et y’a quoi de neuf ?

Outre le moteur graphique que je trouve appréciable au niveau de la modélisation des personnages, mais détestable au niveau des décors loins d’être mémorables (j’y reviendrai plus tard), le jeu fait la part belle aux esquives et aux contre attaques, activable en appuyant sur le bouton « protection » + direction arrière. Si l’adversaire vous touche au même moment, bingo, c’est la contre attaque, qui fait très mal ! Les combos sont toujours aussi agréable à porter, et le système « binaire » avec des chopes qui cassent les protections, et des gardes qui permettent de parer les coups, est toujours aussi efficace. Du grand classique jusque là.

Pour les nouveautés côté gameplay, on a droit à :

  • La « Ruée fatale », un combo de 4 coups spéciaux prédéfinis sur la touche RB
  • Le « Coup briseur », une attaque spéciale qui se déclenche lorsque notre jauge de spéciale est à son maximum et qu’on reste appuyé sur RB.

Si ces nouveautés sont les bienvenues, on notera que l’attaque « ultime » ressemble pas mal à ce que l’on retrouve dans SoulCalibur V et VI notamment (ou, dans une moindre mesure, l’attaque smash de Smash Bros). Cela dit, étant donné que c’est un excellent emprunt, je ne vais pas m’en plaindre, au contraire !

Boom.
Boom.

Le mode histoire est lui semblable à ce qui avait été fait sur Dead or Alive 5. Il nous permettra de se délecter de nos personnages préféré à travers une nouvelle intrigue, mais également de découvrir les nouvelles arènes du jeu ! Et en parlant d’arènes : Elles ont toutes un air de déjà vu, avec un level design peu inspiré, et sont loin d’être impressionnantes visuellement (putain, j’avais tellement kiffé le casino dans Dead or Alive 4, avec sa rue passante dans laquelle on pouvait propulser son adversaire). Cela dit, j’ai adoré les interactions dans les arènes, avec par ici des spectateurs chinois qui vous repoussent dans l’arène, par là un Kraken qui vous attrape sur votre navire ou bien encore un Tyrannosaure à deux doigts de vous dévorer… Ca donne envie de pousser son adversaire dans les décors tout ça, et ça donne vie aux décors ^^ !

Puisque je te dis qu'on est pas dans Jurassic Park !
Puisque je te dis qu’on est pas dans Jurassic Park !

Je terminerais sur la bande son, avec ses musiques très « Dead or Alive » qui restent fidèle à la série, et un doublage japonais d’excellente qualité, avec la possibilité de mettre les voix en anglais. A ce niveau, c’est du sans faute ^^ ! Les bruitages sont à la fois discret et réussi, et le tout est parfaitement équilibré. Du bon boulot de la part de Team Ninja !

Wait. Une minute. On est en 2019, quid du Online ?

Ouais, tu as raison. En 2019, plus personne ne joue en 1 contre 1 avec ses potes à la maison. Désormais, tout se passe en ligne ! Et à ce niveau, c’est assez simple : Il n’y a qu’un mode de jeu classé (quelque part, c’est pas trop mal, on est avec des adversaires de notre niveau du coup), mais le menu pour y accéder force à attendre un adversaire sans pouvoir toucher à la manette… Cela peut être aisément contourné, en lançant le mode « Entraînement libre » qui permet d’au moins pouvoir toucher à la manette pendant l’attente ! Pour cela, vous devez cocher l’option « Accepter les défis » et vous pourrez enchaîner votre après-midi sur des parties effrénées…

C’est tellement un kiffe de jouer en ligne <3 !

Félicitation aux développeurs pour l’optimisation en ligne ! A l’image de Street Fighter V, SoulCalibur VI ou bien encore Killer Instinct, le jeu tente de vous mettre en relation directe avec des joueurs proches de vous. Résultat ? Sur une île comme la Martinique, on joue souvent contre des Martiniquais, et les pings sont acceptables ! Je fais parti des joueurs peu exigeants jouant en wifi, et je n’ai pas trouvé d’option permettant de jouer uniquement contre les joueurs en filaire, ce qui va froisser quelques puristes je pense. Le mode Online est donc simplifié au maximum, mais je pense que cela permet également de trouver beaucoup plus facilement des adversaires en ligne.

Verdict

J’aurais tellement aimé pouvoir donner la note maximale à ce Dead or Alive 6. Pourtant, il n’aurait pas fallu de grand chose. Un mode 4K optimisé en 60fps, une dizaine de nouveaux personnage, ou, à la rigueur, une politique de suivi « gratuit » des nouveaux personnages, quitte à laisser les nombreux costumes en DLC ! Mais non. Ce Dead or Alive 6, aussi excellent qu’il soit, reste sur son immobilisme depuis quelques années. Et rien que la présence en DLC avant même la sortie du jeu de Nyotengu (3€99) et de Phase 4 en dit long sur la mentalité de l’éditeur… Avec un season Pass « Saison 1 » facturé 90€, je tiens à le signaler ! Vraiment dommage de gâcher le potentiel d’un jeu avec ce côté mercantile… Mais il n’en reste pas moins un excellent jeu, que je vous conseille paradoxalement sans hésiter. Fan un jour, fan toujours…

SuzuKube
Classe A
Un excellent jeu, vous devez au moins l’essayer !

J’ai aimé

  • Graphiquement, c’est quand même vachement réussi !
  • Extrêmement fluide en mode performance sur Xbox One X.
  • Le gameplay de la série n’a pas vieilli d’un poil !
  • La bande son, fidèle aux anciens épisodes.

J’ai détesté

  • Un effort aurait pu être fait sur les décors…
  • Cette politique de DLC à foison est une honte.
  • Pourquoi le mode « graphismes » ne tourne pas en 60fps ?!

SuzuKube

Gamer depuis 1984, je suis un grand passionné de jeux vidéos. Adepte de la team Nintendo Switch et fier fondateur d'Otakugame.fr !

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'inscrire  
Notification de