Test : The Swords of Ditto, le jeu pour les amoureux de Zelda ET de Don't Starve ?

Share
Ecrit par :
SuzuKube
Prix :
19€99

Testé par :
Note :
4/5
Le 3 mai 2018
Modifié le :15 mai 2018

Résumé :


Test réa­li­sé à par­tir d'une ver­sion com­mer­ciale, four­nie par Devolver. Captures d'écran édi­teur et mai­son, vidéo mai­son.

J'ai joué de nom­breuses heures à Don't Starve. Non pas parce que j'étais un fan abso­lu du jeu, mais parce qu'une per­sonne qui m'est chère l'étais, et qu'elle m'a entraî­né dans ce monde… étrange et cap­ti­vant. Je me sou­viens encore du jour où est sor­ti Don't Starve Together, per­met­tant de jouer en réseau au jeu… Ce fut l'hécatombe au niveau de ma vie sociale :p ! Mais pour­quoi suis-je en train de par­ler d'un jeu de sur­vie, alors que ce test est cen­sé par­ler d'un jeu à la Zelda ?

C'est bizarre… Je ne trouve pas de soluce sur ce jeu.

En fait, j'ai débu­té le jeu sans vrai­ment avoir lu le com­mu­ni­qué de presse qui l'accompagnait (pas bien SuzuKube). Du coup, j'ai débu­té l'aventure en pen­sant jouer à un énième clone de A Link To The Past, un Zelda que je n'ai d'ailleurs jamais ter­mi­né… Même si j'ai ado­ré ses héri­tiers, tels que A Link Between Worlds sur 3DS !

[Spoil]On se retrouve donc sur une plage, échoué, et on est réveillé par… Un bou­sier géant (non je ne rigole pas). Rapidement, on se rend au vil­lage, on attrape l'épée de légende, on va au Donjon final et… On se fait dézin­guer par Mormo, la sor­cière qui a déci­dé de rava­ger cette île ! 100 ans après, on contrôle un autre héro, qui doit récu­pé­rer cette épée et par­tir pour­suivre la quête de son pré­dé­ces­seurs… [/Spoil]

C'est mar­rant, ça res­semble à la plage où j'ai échoué !

Je découvre alors avec mon nou­veau héro un monde assez res­treint, avec un level desi­gn pas déplai­sant, mais d'une bana­li­té affli­geante. Rapidement, je me retrouve dans le pre­mier don­jon du jeu. Les pièges et puzzles sont basiques (des bou­tons qui déclenchent des flèches, des portes qui s'ouvrent lorsque l'on tue tous les enne­mis d'une pièce), si bien que je me dis que je vais rapi­de­ment faire le tour du jeu… On a en effet 4 jours pour ter­ras­ser la sor­cière, ce qui repré­sente une tren­taine de minutes de jeu en temps réel. Sauf que je suis mort – bête­ment d'ailleurs, car on doit gérer notre éner­gie nous même en man­geant des gâteaux, chose à laquelle je n'avais pas fait atten­tion. Et non, ce n'est pas à cause de la ges­tion de la nour­ri­ture que je vous ai par­lé de Don't Starve…

100 ans plus tard…

Ce chat ! Je l'ai vu dans sa boutique plus tôt non ?

Ce chat ! Je l'ai vu dans sa bou­tique plus tôt non ?

Après ma mort, le jeu me pro­pose alors de jouer avec un autre héro, mais 100 ans plus tard. Et là, c'est le choc : Tout l'environnement à chan­gé ! Tous les élé­ments du jeux ont chan­gé de places, les per­son­nages ont chan­gés, et même mon héro est dif­fé­rent ! En fait, je me suis alors ren­du compte que l'ensemble du jeu est géné­ré de façon pro­cé­du­rale ! A la façon… D'un Don't Starve (ou d'un Binding of Isaac) ! Et ce qui est dingue, c'est que cela donne des uni­vers cohé­rents et plu­tôt inté­res­sant… D'autant plus que le jeu se déroule en exté­rieur, ce qui lui per­met de s'exprimer dans des décors plu­tôt variés pour un Rogue-like. Car oui, dans ce jeu, vous l'aurez com­pris : Chaque mort est défi­ni­tive ! Ce qui me pousse d'ailleurs à gar­der mes sous, car les amé­lio­ra­tions sont per­dues d'une par­tie à l'autre.… Sauf si vous avez des (rares) cris­taux pour en récu­pé­rer quelques unes 😉 !

Parfois, il y a beaucoup d'ennemis à l'écran O_o !

Parfois, il y a beau­coup d'ennemis à l'écran O_o !

Du coup, en pre­nant en compte le fait que les niveaux sont géné­rés aléa­toi­re­ment, je me suis mis à explo­rer beau­coup plus le jeu, et c'est à par­tir de ce moment là que l'on y prend goût. Car le jeu dis­pose d'une ambiance sonore et visuelle très réus­sie, avec des sprites des­si­nés avec un magni­fique coup de crayon. Ce Swords of Ditto est colo­ré et le cha­ra­de­si­gn est sublime, alors même que les per­son­nages sont géné­rés de façon aléa­toire ^^ ! Un bon point sur la lon­gueur…

Vers l'infini et au-delà ?

Hum... Mais qu'est-ce que c'est ?

Hum… Mais qu'est-ce que c'est ?

En fait, The Swords of Ditto aurait pu être le jeu par­fait pour tout ama­teur d'aventure s'il ne se col­ti­nait pas quelques défaut notoire. Je vais pas­ser outre l'histoire, de toutes les manières, on ne joue à pas un Rogue-Like pour celle-ci… En fait, c'est plu­tôt en terme de rythme que le jeu est par­fois assez fade. En effet, notre per­son­nage ne peut curieu­se­ment pas cou­rir, ce qui nous donne par­fois la désa­gréable impres­sion de nous traî­ner… Et évi­dem­ment, comme le jeu est pro­cé­du­ral, il arrive par­fois que le porte soit de l'autre côté de la map, qui est conçue comme un petit laby­rinth.

J'avoue, cette grotte était très étrange, mais marrante :) !

J'avoue, cette grotte était très étrange, mais mar­rante 🙂 !

En outre, à par­tir de la 3 ème ou 4 ème run, le jeu peine à se renou­ve­ler. Là ou un Don't Starve dis­pose à la fois de son sys­tème de Crafting, et d'une flore et faune très diver­si­fiée, les uni­vers géné­rés dans The Swords of Ditto sont très simi­laires. Cela dit, dans le jeu, l'action est cen­sée repré­sen­ter 100 ans d'évolution, ce qui pour­rait expli­quer ces res­sem­blances, mais on a plu­tôt l'impression que tous les élé­ments de la carte ont tout sim­ple­ment chan­gé de place plu­tôt que d'y voir une réelle évo­lu­tion… Heureusement, on trouve bien quelques grottes conte­nant des sur­prises, sans tou­te­fois réus­sir à renou­ve­ler l'expérience du joueur. Notons tout de même que cer­taines grottes pro­posent des chal­lenges, comme le fait d'avoir les armes 2 fois plus fort, ou encore des enne­mis qui explosent lors de leur mort (et qui m'ont tué. J'ai pas du tout ri). Pour vaincre Mormo (la sor­cière), le sché­ma est tou­jours le même : Il y a 4 don­jons. Le mieux étant d'en faire un par jour (plus tard dans le jeu, vous pou­vez allon­ger le temps ^^) puis de défaire le don­jon final. 2 don­jons per­mettent de rendre le don­jon final plus simple, les 2 autres vous don­ne­ront des objets utiles (comme un arc). Redondant… Mais au moins, les règles sont posées !

Oui, mais on peut y jouer à 2 !

The Swords of Ditto

The Swords of Ditto est entiè­re­ment jouable à deux en local !

Alors certes, le jeu est assez répé­ti­tif, et la mort défi­ni­tive est par­fois (sou­vent ?) frus­trante (notez que vous pou­vez récu­pé­rer vos sti­ckers, qui amé­liorent vos sta­tis­tiques, à l'aide de cris­taux dans le jeu), mais il y a une chose que j'ai oublié de vous dire… C'est que l'on peut jouer à 2 ce jeu ! Ce qui en ferait d'ailleurs le can­di­dat par­fait pour être le nou­veau jeu indé en vogue sur la Nintendo Switch… En tous cas, le mode 2 joueurs reste clair, jouable sur un seul écran, et per­met de pas­ser un peu de temps en coopé­ra­tif pour far­mer un peu son per­son­nage et ten­ter de vaincre Mormo ensemble. On peut d'ailleurs res­sus­ci­ter son cama­rade décé­dé en lui don­nant la moi­tié de sa vie, sachant que la nour­ri­ture, elle, est par­ta­gée entre vous 🙂 ! Cela rend le jeu un peu plus simple, et vous don­ne­ra une excuse pour jouer et rejouer à plu­sieurs au jeu, et c'est utile, car pour décou­vrir la vraie fin du jeu, il va vous fal­loir récu­pé­rer 5 cris­taux, que vous gagnez en bat­tant le boss de fin ^^ !

Verdict

Très réus­si en mul­ti­joueur, The Swords of Ditto a su nous sur­prendre par son ambiance sonore à la fois moderne et nos­tal­gique, et ses gra­phismes digne d'un des­sin ani­mé de Cartoon Network. Son moteur pro­cé­du­ral se veut être plu­tôt réus­si en terme d'environnements géné­rés – lors de mon pre­mier Run, je ne savais pas du tout que c'était des cartes géné­rées par l'ordinateur que je par­cou­rais – ils sont éga­le­ment moins variés que ceux d'autres titres, je pense à Don't Starve en exté­rieur, ou Binding of Isaac en inté­rieur. Cela dit, cela n'empêche pas à The Swords of Ditto d'être un titre très amu­sant, sur­tout à deux joueurs. En tous cas, je vous encou­rage gran­de­ment à vous y inté­res­ser, il pour­rait être une très belle sur­prise si le genre vous inté­resse !

Classe A

Un excellent jeu, vous devez au moins l'essayer !

Points positifs

Points négatifs

Un rogue-like avec une grande part d'action !Peut vite deve­nir répé­ti­tif.
Plutôt fun en mode 2 joueurs 🙂 !Le rythme plu­tôt lent (on veut pou­voir cou­rir !).
Les ani­ma­tions et les gra­phismes, vrai­ment top.La durée de vie, au final pas si longue.
L'ambiance sonore, par­faite.
La cohé­rence des mondes géné­rés, assez bluf­fante.

SuzuKube

Gamer depuis 1984, je suis un grand passionné de jeux vidéos. Adepte de la team Nintendo Switch et fier fondateur d'Otakugame.fr !

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'inscrire  
Notification de