Test : Uncharted 4, le blockbuster ultime qui déboîte ?

Share
Test de : Uncharted 4
Ecrit par :
Liquidashi
Prix :
59€

Testé par :
Note :
5/5
Le 29 mai 2016
Modifié le :15 mai 2018

Résumé :


Test effec­tué à par­tir d’une ver­sion com­mer­ciale. Captures d’écran mai­son.

Le pre­mier épi­sode sor­ti en 2007, mal­gré une tech­nique assez solide, n'était pas des­ti­né à intro­duire cette série qui est deve­nue un poids lourd du TPS/cover shoo­ter, et ça, juste en deux jeux. Le fos­sé qui sépare les deux pre­miers opus (UC2 est sor­ti en 2009) est tel que ND a impo­sé à la face du monde sa maî­trise du hard­ware et démon­tré avec fra­cas qu'avec une opti­mi­sa­tion aux oignons, la PS3 était effec­ti­ve­ment supé­rieure à la Xbox360. J'ai fait tous les épi­sodes, même celui sur PS Vita (qui n'a pas été fait Naughty Dog) et la qua­li­té tech­nique est un des maîtres-mots de la série. Mais le talent des créa­tifs du stu­dio ne se limite pas à l'aspect visuel. L'écriture, les dia­logues, le rythme, tous ces élé­ment sont habi­le­ment mélan­gés pour don­ner un cock­tail déton­nant qui entraîne ceux qui se lancent dans l'aventure. Ils ont su créer un héros atta­chant, impar­fait (quoique supé­rieu­re­ment intel­li­gent), mais suf­fi­sam­ment tenace et ingé­nieux pour se sor­tir de situa­tions plus que périlleuses. Une sorte d'Indiana Jones moderne mêlé à du John MacLane donc les répliques tout au long du jeu ne peuvent lais­ser indif­fé­rent. Nathan Drake est deve­nu une icône et son évo­lu­tion montre toute l'implication et la pas­sion qui animent la team des Dogs. Le 3ème opus (sor­ti en 2011) est una­ni­me­ment consi­dé­ré comme moins bon que le pré­cé­dent mais il reste quand même très solide à bien des égards. Uncharted 4 est donc enfin là, sur notre plan phy­sique, sur une nou­velle géné­ra­tion de console… L'attente est immense et ce n'est pas peu dire que depuis le triomphe de The Last of Us, l'aura de ND a encore gran­di. Censé clore la série, que vaut cet ultime épi­sode ?

Tu vois le jeu, tu transpires des yeux

Pour com­men­cer, comme pour The Order l'an der­nier, on va com­men­cer par l'évidence même : c'est le plus beau jeu de tous les temps. Ni plus ni moins. Pour être plus pré­cis, c'est l'équilibre trou­vé entre tech­nique et artis­tique qui fait que je sois de cet avis. Les mode­leurs, les ani­ma­teurs et tous les autres ont réus­sis à subli­mer de fort belle façon le tra­vail des artistes (l'artbook sera bien­tôt mien). Un tel niveau de détails, de fini­tion, c'est juste insen­sé. Tout est par­fai­te­ment modé­li­sé, tex­tu­ré, éclai­ré, affi­ché en 1080p et en 30fps d'une constance décon­cer­tante. C'est au-délà  du simple tour de force. L'optimisation qui fait tel­le­ment défaut à des jeux AAA du même calibre fait des mer­veilles ici. Les mecs de chez ND pour­raient don­ner des cours à pas mal de stu­dios sur ce qu'on appelle le contrôle qua­li­té. Le moindre meuble, le moindre caillou, le moindre bout de bois, tout est tra­vaillé avec une appli­ca­tion qui force le res­pect, même les endroits les plus ano­dins. J'ai pas­sé faci­le­ment  10min à explo­rer la baraque de Drake tel­le­ment j'en reve­nais pas.

Cela étant dit, il est urgent de savoir si der­rière tout ça il y a un jeu valable der­rière, car de base, Uncharted est un jeu d'action et de pla­te­forme, mâti­né d'un peu de conduite et d'énigmes, le tout "ambian­cé" par des per­son­nages hauts en cou­leurs.

Ça raconte quoi déjà ?

Nathan est fina­le­ment ren­tré dans le rang. Finies les esca­pades autour du monde, les explo­sions, les cor­niches qui s'effondrent, les mer­ce­naires sur­ar­més et les sanc­tuaires oubliés truf­fés de pièges. Il est marié et vit (trop pai­si­ble­ment) avec Helena (ren­con­trée dans le pre­mier épi­sode. Mais la mise en scène et les dia­logues nous montrent clai­re­ment qu'il pour­rit sur place et que cette vie pai­sible et tré­pi­dante lui manque même s'il s'en défend. Tout ça sera cham­bou­lé par le retour de son frère aîné, dis­pa­ru depuis 15 ans et pré­su­mé mort. On va être clair, le début de l'aventure, c'est quitte ou double. Le jeu enchaîne les séquences de fla­sh­backs et de retours au pré­sent pour pré­sen­ter tout ça et même si c'est réus­si dans l'ensemble, vu qu'on sait qu'on va repar­tir à l'aventure, on finit par n'attendre que ça. Une fois les enjeux posés, on part autour du monde et tout s'enchaîne de façon très (trop?) clas­sique.

Un peu d'exploration dans des niveaux semi-ouverts, quelques gun­fights, puis une très looooongue séquence de pla­te­forme, puis quelques énigmes, puis fuite effré­née et direc­tion l'étape sui­vante. Autant au début, on se plie doci­le­ment au jeu, autant après quelques heures on se rend compte que ce sché­ma ne chan­ge­ra plus. Le niveau à Madagascar est le point d'orgue de tout ça. Il a lar­ge­ment été mis en avant durant la pro­mo­tion et à rai­son. C'est le plus gran­diose et le plus épous­tou­flant. Son final révé­lé dans une longue vidéo de game­play le conclut de façon magis­trale. C'est tout sim­ple­ment la plus grande course pour­suite de l'histoire du jeu vidéo, qui n'est pas sans rap­pe­ler celle du Tintin de Spielberg.

A tel point qu'on se demande ce que le jeu aura à offrir de mieux ensuite et il s'avère que rien ne sur­pas­se­ra le niveau Madagascar (quoique celui de la cité pirate est de haut niveau quand même). On sait que ce sont les codes du film d'aventures qui veulent ça, mais j'avoue que je m'attendais à ce que ND par­vienne à les dépas­ser ne serait-ce qu'un peu. Ils le font un peu dans les dia­logues mais c'est très léger. On conti­nue ad nau­séam avec le sché­ma de la nou­velle des­ti­na­tion décou­verte in extre­mis avec un indice impro­bable avec la troupe de méchants mer­ce­naires qui arrive tou­jours au moment cru­cial pour tout faire péter et déclen­cher des gun­fights et la tra­di­tion­nelle course-pour­suite finale. Il faut noter que 2 d'autres elles se ver­ront agré­men­tées de la pré­sence de Nadine dans des affron­te­ments mano a mano super­be­ment mises en scène.

Du classique parsemé de quelques nouveautés

Il a sou­vent été repro­ché à la série la mol­lesse de ses gun­fights et il faut admettre que c'est tou­jours le cas. Néanmoins, Nate se voit affu­blé de quelques nou­velles capa­ci­tés bien­ve­nues qui s'intègrent bien avec le game desi­gn : de l'infiltration très simple qui est certes sym­pa­thique, mais qui met en exergue l'IA anor­ma­le­ment attar­dée des enne­mis. Une fois que l'un d'entre eux vous a repé­ré, c'est tout le bataillon qui vous tombe des­sus ins­tan­ta­né­ment. Même ceux qui sont à l'autre bout du champ de bataille ne voient plus que vous. Et il est aus­si à noter que le syn­drome Last of Us est pré­sent ici éga­le­ment. C'est-à-dire que vos alliés sont la plu­part du temps invi­sible pour vos enne­mis. Ils peuvent leur pas­ser sous le nez oklm. C'est le sou­ci des super­pro­duc­tions. le moindre défaut est ampli­fié sur­tout que dans ce cas pré­cis, ça jure tota­le­ment avec le reste qui semble tra­vaillé à l'extrême. Cependant, on peut aisé­ment devi­ner qu'atteindre un tel niveau visuel a du se faire au prix de quelques sacri­fices. Et dans un jeu d'action, l'IA est tou­jours la pre­mière sacri­fiée sur l'autel des gra­phismes cise­lés. Le grap­pin est un excellent atout qui per­met des mou­ve­ments très sty­lés comme tra­ver­ser un par­tie du niveau très rapi­de­ment pour prendre à revers des enne­mis très agres­sifs et très sou­vent anor­ma­le­ment résis­tants. Le must reste bien-sûr le plon­geon avec atter­ris­sage sur la face d'un sol­dat esseu­lé.

Le but de ce périple, le tré­sor des plus grands pirates de tous les temps n'est fina­le­ment qu'un pré­texte. Mais c'est pré­sen­té avec tel­le­ment d'emphase au début qu'on était por­té à croire à un dénoue­ment de haute volée… Mais non, tout cela est expé­dié par diverses lettres (plus nom­breuses que jamais dans cet épi­sode) et autres dia­logues entre les pro­ta­go­nistes. Des ciné­ma­tiques relatent les divers évé­ne­ments auraient été très inté­res­santes. C'est arti­cu­lé autour d'énigmes sim­plistes qui ne néces­site que très peu de réflexion et qui mal­gré tout peuvent être car­ré­ment pas­sées pour ceux qui galè­re­raient trop, grand public oblige. Il en est ain­si pour ne pas décou­ra­ger le joueur impa­tient qui veut sa dose d'adrénaline qui est sys­té­ma­ti­que­ment dis­tri­buée après une phase d'énigme. Il en va de même pour les séquences fla­sh­back des frères Drake qui sont tou­chante, mais assez avares en infos. On peut lire des lettres ça et là, mais on sau­ra jamais vrai­ment qui sont leurs parents, juste que leur mère était une grande his­to­rienne et qu'elle est morte de mala­die. J'aurais aus­si aimé savoir com­ment ils ont vécu de la fuite de l'orphelinat jusqu'à la pri­son dans laquelle ils se sont per­dus de vue.

On en atten­dait tel­le­ment de ce jeu et hon­nê­te­ment, il est géné­reux, mais il fait ce qu'on attend de lui et guère plus. Après un départ trop calme, la mon­tée en puis­sance est pal­pable, mais la der­nière par­tie fai­blit vrai­ment avec des choix de game desi­gn (momies explo­sives) étranges et des idées plu­tôt sau­gre­nues (secouer la manette pour ral­lu­mer la lampe torche). Ce méca­nisme tar­dif se mani­feste avec une bête icône de manette qui s'agite à l'écran. Comme s'il fal­lait nous rap­pe­ler qu'UC4 n'était qu'un jeu, quitte à bri­ser l'immersion. Ce sont par des petits détails comme ça qu'on res­sent que les chan­ge­ments internes qui ont été opé­rés en interne ont impac­té le déve­lop­pe­ment du jeu. Les ses­sions de jeu avec le duo Nate-Sam res­tent les plus savou­reuses. Et quand Sully s'en mêle, ça confine au sublime. La VF est d'une jus­tesse rare­ment vue… enfin, enten­due. Et en par­lant de l'aspect audio, grand cham­bou­le­ment au niveau des musiques vu que le com­po­si­teur atti­tré de la série Gred Edmonson est ici rem­pla­cé par Heny Jackman, qui com­mence à se faire un nom dans le monde du ciné­ma. Il a tra­vaillé sur les BO de films comme Kick-Ass, X-Men First Class, Les mondes de Ralph, Captain America Winter Soldier, Civil War et Les Nouveaux héros. Et il ne fait aucun doute que son expé­rience gran­dis­sante dans le ciné­ma apporte à cet épi­sode d'Uncharted un souffle épique qui contri­bue à cette impres­sion de vivre une aven­ture extra­or­di­naire.

Le mul­ti­joueur répond pré­sent une fois de plus, mais sans les mis­sions coop cette fois… dom­mage. Il n'y a pas grand chose à rajou­ter à ce que j'en avais dit dans la pre­view sur la bêta.

Verdict

Il ne révo­lu­tionne pas le genre, mais la maes­tria de ND fait que le niveau du AAA a été rele­vé de plu­sieurs crans et les autres auront fort à faire pen­dant long­temps pour les rat­tra­per. Dans une indus­trie où les titres à gros bud­get sortent de plus en plus dans un état déplo­rable, voi­là une bonne leçon de peau­fi­nage dont devraient s'inspirer de nom­breux édi­teurs qui mettent la pres­sion à leurs stu­dios "parce qu'on pour­ra tou­jours cor­ri­ger avec des patches". Malgré son scé­na­rio pré­vi­sible et peu sur­pre­nant, des petits défauts et un rythme très inégal, cet épi­sode mérite tout même lar­ge­ment sa place au pan­théon des incon­tour­nables de la géné­ra­tion. Rejouer les séquences explo­sives sur l'écran de 150cm du salon fera son petit effet.

Classe S

Incontournable ! Vous devez avoir ce jeu dans votre biblio­thèque !

Points positifs

Points négatifs

 Du bon­bon pour les yeux et pour les oreilles Quelques séquences d'escalade trop éti­rées
 Un voyage dépay­sant Un sché­ma qui se répète et qui ne sur­prend plus au bout d'un moment
 Une mise en scène et des séquences qui te décrochent la mâchoire Des énigmes assez pauvres
 Le niveau de Madagascar On ne se sent jamais en dan­ger
 Une bande son qui dépote un max

En tant que Partenaire Amazon, nous réa­li­sons un béné­fice sur les achats rem­plis­sant les condi­tions requises.

 

Liquidashi

J’ai commencé avec l’Amstrad 6128+, puis je suis passé sur la NES, puis la SuperNES, puis la PS1, puis la Saturn, puis la Dreamcast, puis la Xbox, suivie par la Xbox360, puis la PS3 et la PSVita. Depuis 2012, je suis revenu dans le monde de la masterrace et aussi sur PS4 et One depuis peu. De la wallayebillayerie à foison

Vous aimerez aussi...

8
Poster un Commentaire

avatar
5 Fil des commentaires
3 Réponse à la discussion
0 Followers
 
Les commentaires avec le plus de réactions
Le commentaire le plus populaire
4 Commentaires de l'auteur
TanakaAeonsAlex974SuzuKube Commentaires récents de l'auteur

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'inscrire  
Notification de
SuzuKube
Admin

Excellent test. Je vais reve­nir sur les défauts de ce jeu (qui n'entache en rien la classe S du jeu hein), j'aimerais bien avoir des Gun Shot un peu plus consis­tant. Quand je com­pare à Rise of The Tomb Raider, j'ai sou­vent l'impression de faire face à des sac à PV… Le pire, c'est quand on tire dans la tête d'un enne­mis et que son casque tombe en ayant visé son visage !

Mais Uncharted n'a pas pour voca­tion d'être un Cover shoo­ter ou un TPS. Et j'admets avoir beau­coup appré­cié les phases de pla­te­forme – même si, je dois l'avouer, celles-ci était un peu trop facile à mon goût.

Au final, je pense qu'on tient là l'un des hits de la PS4 (pour ne pas dire LE hit). Maitrisé du début à la fin (enfin presque… Le pas­sage dans les grottes avec des momies explo­sives là m'a vrai­ment saou­lé), gra­phi­que­ment ultra impres­sion­nant (sur­tout la végé­ta­tion qui bouge avec le vent) et nar­ra­ti­ve­ment agréable, même s'il est curieux d'avoir mis le cli­max de l'aventure à Madagascar au milieu du jeu !

Cela contri­bue d'ailleurs à être "déçu" de la fin, qui est bien plus clas­sique et moins enga­geante que le début… On frise donc la per­fec­tion, et ça laisse de la marge pour The Last of Us 2 ?

Alex974
Invité

Je vien de lire en entier le test et… C'est une blague ? Comment le jeu peut avoir une classe S (c'est la note maxi­male du site si j'ai bien com­pris ?) alors qu'il est moins bon qu'Uncharted 2 selon le tes­teur ?

Déjà, je com­prends pas qu'un jeu puisse avoir la note maxi­male. Mais en plus, ici, on dit bien que la fin est nulle, les gun­shot au paque­rettes et que l'escalade est bof, que l'histoire est moyenne, il reste quoi ? Des gra­phismes ? ET une Classe S ?

Enfin, exclue Sony, ove­rhy­pée comme d'hab. Prochaine classe S : Horizon n'est ce pas…

SuzuKube
Admin

Je tiens à cla­ri­fier un point : L'échelle d'appréciation des jeux sur Otakugame indique un niveau d'intérêt (et de recom­man­da­tion) pour le jeu. Tu peux voir très clai­re­ment la signi­fi­ca­tion de chaque classe ici : http://otakugame.fr/le-systeme-de-notation-dotakugame-fr/

Voit cela comme un sys­tème de récom­pense +/- fortes et de sanc­tions. Pour reprendre ton exemple : Uncharted 2 a eu sa Classe S lors de mon test d'Uncharted Collection : http://otakugame.fr/test-uncharted-remastered-the-nathan-drake-collection-indispensable/

D'une part, ce n'est pas le même tes­teur, donc les appré­cia­tions peuvent très bien être dif­fé­rentes – je ne muselle pas @Liquidashi. D'autre part, ce n'est pas parcequ'Uncharted 4 serait hypo­thé­ti­que­ment moins bon (et encore, ça se dis­cute, pour moi c'est le meilleur épi­sode) qu'il fau­drait "moins le recom­man­der" et lui mettre une Classe A (qui signi­fie que le jeu aurait des défaut mineur nui­sant à l'expérience vidéo­lu­dique). Plusieurs jeux peuvent avoir une Classe S, ce n'est pas une nota­tion à la "19/20 pour Uncharted 2, et 18/20 pour Uncharted 4". Honnêtement, ça ne se quan­ti­fie pas manette en main ça !

J'espère t'avoir éclai­ré au niveau du test 🙂 ! Sinon mer­ci pour ton com­men­taire ^^ !

Tanaka
Invité
Tanaka

Franchement la nota­tion c'est une très bonne idée. Au lieu de don­né des points qui ne veulent abso­lu­ment rien dire. Je pré­fère de loin ce clas­se­ment aux clas­se­ments clas­sique de tout les sites. C'est beau­coup plus clair et orien­té inté­rêt du jeu.

SuzuKube
Admin

Je me pose la ques­tion si on ne devrait pas faire un test ou un retour sur le mode mul­ti­joueur par contre ? Il semble être appré­cié de pas mal de joueurs ! 😀

Aeons
Habitué

Il est plus "the last of us"isé je trouve.
Moins de gun­fight , plus de "marche / explo­ra­tion".
la fin est d'une mol­lesse par contre, et ce end boss .… une blague sans nom quand même >_<

sinon, j'ai été assez vite sou­lé par les long jump où tu t'accroches à une cor­niche et à chaque fois, proche de tom­ber etc. avec le cuts­cène qui va avec…
1x ok
2x ok bon ok
3x en 1mn30 bon c'est bon là 😀

j'ai aimé les 3 sur ps3, j'aime celui-ci. ils ont un peu dif­fé­rents les uns des autres mais ont tous leur point forts.

ils ont annon­cé le fin de drake, moi je vois clai­re­ment une porte ouverte via sa pro­gé­ni­ture pour une suite .… si le jeux car­tonne à blinde (ce qui est le cas …) on ne sait jamais, si ND se pre­nait au jeu de faire un "reboot" avec la fille d'Helena et Drake 😀
car elle est clai­re­ment dans le trip, rien qu'en voyant qu'elle fait des covers de maga­sines etc.

Tanaka
Invité
Tanaka

Elena pas Helena x).

Et sinon d'accord avec le test. Ce jeu est beau et ryth­mé. Point. Rien de plus. Quand j'étais dans la baraque de Nathan et que je vois le reflet de nathan dans le robi­net ok, ouai c'est énorme.

Quand je vois "l'ia anor­ma­le­ment attar­dé la je retombe un peu xD fran­che­ment ce jeu mais niveau pure gra­phisme et mise en scène c'est de la claque mais sévère. Dès que tu lui applique des gra­phismes d'un jeu com­mun mais c'est de la bouuuuuse aha­ha­ha fran­che­ment c'est pas ter­rible quoi, c'est d'un ennuie pas croyable, ça m'a vrai­ment soûle de faire le pla­tine de ce jeu après les 3 pre­miers. C'est tout le temps la même chose. Des tré­sors mais obvious de chez obvious. Des mise en scène tel­le­ment pré­dic­tible que t'ouvre une ligne télé­pho­nique pour pré­dic­tions astro­lo­gique fin c'est chaud quoi xD

L'ia conne de nos potes pareil comme tu le dis xD le gars oklm il passe ni vu ni connu, l'ennemie le voit mais bon c'est pas drake donc vazy frère passe ton che­min aha­ha­ha

Et les phases scrip­tés… mais mon dieu les phases scrip­tés … Quand tu te bat mains nue par exemple au tout début avec la black… mais j'ai juste rien à dire, plus scrip­té que ça c'est hea­vy rain… Ils abusent un peu. Dans les autres épi­sodes tu pou­vais au moins faire des contres à la bat­man et tout. Mais la rien, tu te prend un coup parce que c'est comme ça et voi­la.

Dans leurs vidéos avant le lan­ce­ment du jeu ils par­laient beau­coup du côté puis­sance de la ps4 comme quoi ils ont uti­li­sé des math ultra com­plexe machin et tout… nada, ça change stric­te­ment rien, nathan est tou­jours aus­si agile que les autres unchar­ted, tout est aus­si scrip­té que les autres unchar­ted, l'ia est encore plus conne que dans les autres unchar­ted. C'est juste une grosse blague ^^

Si on s'arrête au niveau des gra­phismes et mise en scène c'est génial. Si on est un gamer c'est de la bouse.

Mais bon, le plus impor­tant de tout.
IL NE FAUT RIEN DIRE!! Uncharted 4 c'est le meilleur jeu du monde!!

Sinon niveau his­toire même Drive Club m'as plus sur­pris que Uncharted 4…

SuzuKube
Admin

"le gars oklm il passe ni vu ni connu, l’ennemie le voit mais bon c’est pas drake donc vazy frère passe ton che­min aha­ha­ha"
J'avoue tu m'as décro­ché un fou rire ! C'est exac­te­ment ça xD ! "Y'a Elena qui passe devant nous… Faut qu'on fasse comme si on la voyait pas pour mieux sur­prendre Drake" xD !

Par contre en temps que gamer, je ne suis pas d'accord. Le jeu a réus­si a me diver­tir pen­dant 15h… Bon a part les 2 der­nières heures ou j'avais hâte que ça se finisse, c'est clai­re­ment une expé­rience que je recom­man­de­rais à tout pos­ses­seur d'une PS4 🙂 !

Classe S ample­ment méri­tée, mal­gré ses défauts 😉 !