Aperçu : Judgment, quand Yakuza rencontre L.A Noire ?

Share
Preview réalisé à partir d'une PS4 Pro sur une version commerciale fournie par Koch Media. Vidéo maison, captures d'écran éditeur.

Vous n'êtes pas sans savoir que j'adore la série des Yakuza. Je me suis réga­lé sur Yakuza 6, même si, au final, j'ai trou­vé que les sous-titres en anglais demandent un effort sup­plé­men­taire pour com­prendre le jeu, et met une petite bar­rière à l'immersion. Avec Judgment, cette bar­rière est bri­sée : le jeu est sous-titré en fran­çais, avec les dia­logues en japo­nais ! Et le résul­tat est juste… Parfait !

Un Yakuza en français ?

Personnellement, cette tra­duc­tion fran­çaise est ce qui m'a le plus mar­qué dans ce jeu pure­ment japo­nais. Quel bon­heur de pou­voir s'attarder sur le scé­na­rio très riche du jeu, sans pro­blèmes de tra­duc­tions ! Ça m'a même don­né envie de deman­der à SEGA si une petite tra­duc­tion de Yakuza Kiwami 1 et 2, et de Yakuza 0, 5 et 6 ne serait pas au pro­gramme via une mise à jour, car ça serait l'occasion de tous les res­sor­tir sous une méga-com­pile PS4 !

Et croyez moi, la VOSTFR n'est pas de trop pour comprendre cette histoire sordide...
Et croyez moi, la VOSTFR n'est pas de trop pour com­prendre cette his­toire sor­dide…

On incarne donc ici Takayuki Yagami, un avo­cat au pas­sé lourd, qui a la répu­ta­tion de pou­voir défendre n'importe qui en jus­tice… Bon ou mau­vais d'ailleurs. Au point de dégou­ter Yagami du métier d'avocat, qui ira jusqu'à démis­sion­ner. Enfin du moins offi­ciel­le­ment – offi­cieu­se­ment, il ne peut s'empêcher de ten­ter de résoudre des énigmes. Chassez le natu­rel, il revient au galop…

En vrai, Takayuki Yagami, c'est trop un beau gosse !
En vrai, Takayuki Yagami, c'est trop un beau gosse !

On se retrouve ain­si très vite mêlé à des his­toires avec des Yakuza, avec cette ambiance propre aux jeux du stu­dio Ryu Ga Gotoku ! Et même si les simi­li­tudes avec les jeux Yakuza se font vite res­sen­tir (il s'agit du même quar­tier Kamurocho de Tokyo), le fait d'incarner un homme externe aux clans de Yakuza apporte énor­mé­ment de fraî­cheur. Cela per­met de redé­cou­vrir la "série" sous un autre angle, et per­son­nel­le­ment, j'ai énor­mé­ment d'empathie pour Takayuki Yagami, qui est quelqu'un de bon, mais pas tou­jours per­çu ain­si par les habi­tants de la ville… Et ce para­digme est intel­li­gem­ment uti­li­sé dans le jeu, jusqu'aux mini-jeux qui vous deman­de­ront "d'aider" les habi­tants de la ville pour gagner leur confiance ^^ !

Moi je veux être ami avec toute la ville !
Moi je veux être ami avec toute la ville !

Un "L.A. Noire" au Japon ?

Autre point fort de Judgment, c'est que la sen­sa­tion de par­ti­ci­per à une véri­table enquête. Le jeu n'hésite pas à nous mettre dans toutes sortes de situa­tions aux­quels sont confron­tés les détec­tives, à savoir de l'infiltration, de l'espionnage (par contre, j'ai détes­té le cro­che­tage dans ces phases), de la fila­ture, des courses-pour­suites (à pied hein) et même du pilo­tage de drones ! C'est juste cap­ti­vant, et il est dif­fi­cile de poser la manette avant la fin du pre­mier cha­pitre.

Chut ! Je suis en filature !
Chut ! Je suis en fila­ture !

Sachez cepen­dant que la recherche d'indice n'est pas aus­si scru­pu­leuse que ce que l'on trouve dans un L.A. Noire. Elle est ici très scrip­tée, et sert juste de pré­texte (ou d'intermède) entre 2 scènes d'actions. On est vrai­ment face à un spin-off de Yakuza, avec ses phases de bas­tons ultra fun et déli­rant, avec une touche Ace Attorney qui sert prin­ci­pa­le­ment à impli­quer le joueur dans le scé­na­rio du jeu.

Un "GTA" au Japon ?

Comme je vous le disais, Judgment se déroule dans le quar­tier Kamurocho à Tokyo. Vous vous y dépla­ce­rez à pied, et la sur­face de jeu n'est pas très grande, mais elle est très vivante avec une modé­li­sa­tion soi­gnée. C'est simple : On se sent au plein cœur de Tokyo !

La ville est modélisée avec un très grand soin.
La ville est modé­li­sée avec un très grand soin.

Le jeu pro­pose de nom­breuses acti­vi­tés, le ren­dant par­ti­cu­liè­re­ment immer­sif et addic­tif. Par exemple, on retrouve dans les salles d'arcades des bornes réel­le­ment jouable. A vous les par­ties de Space Harrier, Virtua Vipers ou même car­ré­ment Motor Raid, jouable pour la pre­mière fois sur une console ! Vous pou­vez même jouer à une excel­lente ver­sion de Puyo Puyo et car­ré­ment à Virtua Fighter 5 Final Showdown (ver­sion com­plète ! ), qui pour­raient à elles seules jus­ti­fier le prix du jeu :p ! Il faut dire que SEGA a tout fait pour ne pas faire d'anachronismes, sachant que le jeu se déroule… Le 10 décembre 2018 ! Oui, c'est un jeu très contem­po­rain, et ça se res­sent dans les bornes d'arcades (Il y a même un "House of the Dead"-Like qui devrait vous éton­ner gra­phi­que­ment).

Comme tou­jours dans la série Yakuza, vous pour­rez vous rendre dans les innom­brables res­tau­rants qui peuplent ce quar­tier. L'occasion de décou­vrir les repas japo­nais, même si, tout comme dans Yakuza 6, ils ne sont repré­sen­tés que via des pho­tos… Bref, vous l'aurez com­pris : Il y a de quoi faire dans Judgment, jamais vous ne vous ennuie­rez 😉 !

Et niveau technique, ça donne quoi ?

Le Dragon Engine, déjà uti­li­sé dans Yakuza 6, fait tou­jours des mer­veilles sur PS4 Pro. Outre la ville, la modé­li­sa­tion des visages est criante de réa­lisme, avec des ani­ma­tions faciales cré­dible et une syn­chro labiale vrai­ment top. Avec l'excellent jeu des acteurs, on croi­rait tout sim­ple­ment regar­der un polar japo­nais… Un régal !

POLICE ! VOICI MA PLAQUE ! Ah bah non.
POLICE ! VOICI MA PLAQUE ! Ah bah non.

L'ambiance sonore n'est pas en reste, avec des dou­blages japo­nais juste par­faits, et un sound desi­gn léché , com­pre­nant des musiques POP japo­naises qu'on entend au coin de la rue pour notre plus grand bon­heur. Mention spé­ciale au thème musi­cal prin­ci­pal, "Arpeggio" du groupe Alexandros qui devrait plaire aux ama­teurs de Rock 😉 !

On arrive plus à le lâcher !

Au final plus proche d'un GTA que d'un L.A. Noire, Judgment reste fidèle à la série des Yakuza. Et comme aucun des épi­sodes de la série n'est dis­po­nible en occi­dent en fran­çais, c'est le jeu idéal pour décou­vrir cet uni­vers pas­sion­nant, pour peu que vous ado­riez la culture japo­naise… Ou pas ! Ce sera alors l'occasion de décou­vrir un peu plus nos amis nip­pons. Notez que pour les plus cou­ra­geux d'entres-vous, la démo japo­naises du cha­pitre 1 est dis­po­nible ici ^^ ! Pour les autres, il fau­dra patien­ter jusqu'au 25 juin 2019 (c'est long) pour sa sor­tie dans nos maga­sins fran­çais, sachant que si vous l'achetez en pré­com­mande sur le Playstation Store, vous pour­rez y jouer dès le 21 juin !

Prix : EUR 49,99
Ancien prix : EUR 59,99

En tant que Partenaire Amazon, nous réa­li­sons un béné­fice sur les achats rem­plis­sant les condi­tions requises.

SuzuKube

Gamer depuis 1984, je suis un grand passionné de jeux vidéos. Adepte de la team Nintendo Switch et fier fondateur d'Otakugame.fr !

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'inscrire  
Notification de