Avis #7 : Octopath Traveler sur Switch, l'hommage aux JRPG de l'ère SNES !

Share

Avis réa­li­sé à par­tir d’une ver­sion com­mer­ciale, ache­tée sur Amazon. Captures d’écran et vidéos mai­son.

J'avais com­men­cé à écrire une série d'avis en début d'année que je n'ai pas conti­nué depuis le mois d'avril der­nier ! Ce n'est pas que je n'y tiens pas, mais sim­ple­ment que j'ai eu beau­coup de retard au niveau de mes tests, et qu'en plus, je suis par­ti à l'E3, où j'avoue n'avoir pas fait que tra­vailler… Et aujourd'hui, en jouant à cette petite perle qu'est Octopath Traveler, j'ai vou­lu vous en par­ler, mais sans écrire le test qu'il méri­te­rait, mais je manque cru­cia­le­ment de temps…

Ce que j’ai aimé dans Octopath Traveler

  • La mise en scène visuelle - Alors oui, c'est encore une forme de pixel art… Mais le fait que celui-ci s'intègre dans un uni­vers 3D, lui donne une patte gra­phique unique ! C'est un peu à l'image du tra­vail qui avait été fait sur les superbes Bravely Default et Bravely Second, et c'est juste superbe ! De mon côté, c'est sur­tout les magni­fiques effets de lumières (avec ges­tion des ombres en 3D) et de pro­fon­deur de champs qui m'ont le plus impres­sion­né, appor­tant au titre de la moder­ni­té. Cet uni­vers rétro est si par­ti­cu­lier (on dirait un livre ani­mé) qu'il ne pour­ra vous lais­ser indif­fé­rent !
  • Les musiques ambiance rétro - Quand je sif­flote les musiques d'un jeu, c'est bon signe ! Très tra­vaillées, les musiques de com­bat et d'exploration res­tent dans la tête et ont vrai­ment cette sono­ri­té "Octopath Traveler". Une excel­lente chose, tant il est aujourd'hui dif­fi­cile de se démar­quer sur ce point ! Notez au pas­sage que cer­tains pas­sages sont dou­blés en japo­nais et en anglais, avec une excel­lente qua­li­té !
  • Des com­bats pas­sion­nants - Octopath Traveler vous pro­pose d'incarner 8 per­son­nages dif­fé­rents, avec cha­cun leurs apti­tudes ! Du pro­fes­seur à la prê­tresse, en pas­sant par la mar­chande, vous pour­rez appré­hen­der les com­bats de dif­fé­rentes manières ! Préférez vous scan­ner vos enne­mis pour décou­vrir leur failles ? Leur voler des objets à uti­li­ser contre eux ? Recruter des vil­la­geois pour com­battre à votre place ? Tout cela est pos­sible ici ^^ !
  • Le sys­tème nar­ra­tif - Octopath tra­ve­ler raconte les che­mins de la vie de 8 héros (d'où le nom) qui se croisent sur la même carte ! Ils ont cha­cun leur objec­tifs et sont indé­pen­dants les uns des autres, leurs ren­contres n'étant du qu'au hasard (même si tech­ni­que­ment le jeu vous pousse à aller vers cer­tains héro via le niveau des enne­mis envi­ron­nant) ! Du coup, le sys­tème nar­ra­tif est assez spé­cial : à chaque fois que vous ren­con­trez un nou­veau héro, vous com­men­cez à faire le pre­mier cha­pitre de sa quête. Une fois faite, le héro est inclus à votre groupe, et c'est à vous de choi­sir quel seront les pro­chains objec­tifs, selon vos propres affi­ni­tés ! Allez vous conti­nuer à croi­ser d'autres héros, ou ter­mi­ner les cha­pitres du nou­veau venu ? Notez que l'on voit dès le départ sur la carte l'emplacement de tous les héros, évi­tant les sur­prises ^^ !

Ce que je n’ai pas aimé dans Octopath Traveler

  • Les his­toires pas tou­jours très pas­sion­nantes – Qui dit 8 his­toires sans liens entre-elles dit éga­le­ment his­toires pas for­cé­ment pas­sion­nantes… Entre le pro­fes­seur à la recherche d'un livre per­du, de la mar­chande qui veut se ven­ger des pirates qui pillent son vil­lage ou de la prê­tresse qui fait son pèle­ri­nage, cha­cune des his­toires est très banale. Si on aime le côté "8 JRPG en 1", on appré­cie moins le manque de rebon­dis­se­ment de cha­cun de ces "mini-RPG". D'autant plus qu'il y a pas mal de bla­bla à lire !
  • Le fra­me­rate blo­qué à 30fps / 720p – Si le jeu est magni­fique, je n'en dirais pas la même chose pour sa flui­di­té… Réalisé en Unreal Engine 4, le jeu uti­lise beau­coup de res­sources sur la Nintendo Switch. Le jeu étant un RPG au tour à tour, la vitesse d'affichage n'est jamais gênante, mais on aurait aimé avoir un jeu de base tour­nant à 60 fps plu­tôt que 30… Ca lui don­ne­rait un cachet encore un peu plus old school, avec le fee­ling des jeux 60Hz de la SNES ! Surtout que le jeu tourne, en mode "dock", en 720p, ce qui lui donne un aspect un peu flou sur un écran 4K… Et le comble, c'est qu'en mode por­table, le jeu passe en 1024×576, ce qui fait que là encore, le jeu n'est pas aus­si fin qu'il aurait dû l'être !

Verdict

Si vous avez connu Final Fantasy jusqu'à son 6 eme épi­sode, Secret of Mana ou bien tout sim­ple­ment la série des Bravely Default, n'attendez pas une seconde de plus et filez ache­ter cet Octopath Traveler ! Si l'on excepte que le jeu ne tourne pas aux réso­lu­tions native de la Switch (c'est à dire 1080p en dock et 720p en por­table), son seul véri­table défaut serait à mon sens son prix… Une qua­ran­taine d'euros serait plus judi­cieux au lieu des 60€ deman­dés actuel­le­ment ! Cela dit, plu­sieurs de nos par­te­naires le vendent à moins de 50€ 😉 ! Bref, une très bonne sur­prise pour ma part pour conti­nuer cet été déjà bien enta­mé !

SuzuKube

Gamer depuis 1984, je suis un grand passionné de jeux vidéos. Adepte de la team Nintendo Switch et fier fondateur d'Otakugame.fr !

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'inscrire  
Notification de