Test : 3h avec Mirror Edge Catalyst, retour gagnant ?

Court Faith, court !
Court Faith, court !

Test effectué à partir d’une version commerciale fournie par Kinguin.net. Captures d’écran maison.

En 2008, le studio DICE sortait un jeu assez atypique, Mirror’Edge : un FPS mâtiné de plateforme-parkour à la DA remarquable et avec un niveau de body-awareness très poussé. Malgré ses défauts et des ventes décevantes, il a pu se construire une fan base solide avec les années (et les soldes). Par conséquent, un nouvel épisode était de plus en plus réclamé. Quand un nouvel opus est annoncé en 2013 et qu’on apprend qu’il serait en monde ouvert, les espoirs les plus fous sont alors permis. En effet, casser le côté linéaire du premier semblait une évolution logique pour que la licence puisse enfin exploser. Pari réussi? C’est ce que nous allons voir…

Une DA transfigurée par le Frostbite3

On le voyait déjà dans les divers trailers : le jeu bénéficie d’un nouvel aspect visuel très différent du premier. Là ou le jeu de 2008 jouait la carte de la sobriété, Catalyst se démarque immédiatement en affichant moult effets à la monde : reflets, lens flare, particules. On reconnaît bien l’apport de du moteur maison de DICE et les premières minutes sont assez grisantes. Une question se pose néanmoins : quels ont été les moyens humains alloués au développement du jeu? On sait depuis cette année que Battlefield1 est en chantier depuis pas mal de temps et que StarWars Battlefront (sorti en fin d’année dernière) a du demander aussi une masse de travail non négligeable. Donc, on peut légitimement se dire que l’équipe chargée de Catalyst a du être assez réduite, comme le laissent penser les multiples reports. Et il faut avouer que le résultat s’en ressent. Textures qui s’affichent en retard, pareil pour les ombres et les effets de particules et de fumée, le moteur Frostbile3 n’est pas vraiment à la fête et ne semble pas très à l’aise avec ce pseudo monde ouvert. J’ai passé pas mal de temps dans les options pour trouver un équilibre entre fluidité et niveau graphique convenable, mais sans grand succès.

Pire, les cinématiques souffrent d’un gros problème de synchronisation. Le studio est au courant et a indiqué travailler sur le problème. Encore un bel exemple de finition bâclée qui me pousse à me demander dans quel était aurait été le jeu s’il était sorti en février comme prévu initialement… J’ai donc du zapper toutes les cinématiques alors qu’elle sont censées avoir été travaillées pour approfondir l’aspect narratif, très critiqué dans le premier épisode, car trop superficiel.

Bilan technique mitigé donc. On attendra les désormais habituels patches correctifs qui sont devenus la norme dans ce milieu…

Un monde ouvert qui l’est pas tant que ça…

On déchante très vite à ce niveau. On a tous imaginé une sorte de GTA du parkour avec des dizaines d’itinéraires possibles pour se rendre d’un point à un autre mais la réalité est tout autre. On est plus en présence de quartiers ouverts ce qui est encore acceptable, mais niveau itinéraires, on est très vite limité. Greffer un monde ouvert à l’univers de Faith semble être une bonne idée sur le papier, mais il s’avère très vite que c’est plus une source de problème qu’autre chose. On se rend vite compte que l’ajout du gps vient essayer d’atténuer la faiblesse du level design. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai voulu suivre un chemin qui me semblait valable, mais en fait non, c’était pas le cas. Le jeu précise que le chemin indiqué par le gps n’est pas le plus rapide, mais c’est tout de même le plus sûr. Lors d’épreuves chronométrées, il vaut mieux suivre le trajet tracé par le jeu pour ne pas perdre de précieuses secondes. Autre souci, c’est qu’un monde ouvert, il faut le rendre vivant. Alors oui je sais que la majeure partie du jeu se déroule sur les toits et qu’il faut donc pas s’attendre à tomber sur 3000 personnes au m². Mais la seule solution était-elle vraiment de placer des pnj statiques, des sacs à ramasser et autres collectibles? DICE a appliqué basiquement le cahier des charges de l’open world sans se demander si ça s’intégrait bien à cet univers. Comment ne pas rigoler quand un personnage en costard se tient sur un toit au détour d’un escalier pour vous demander d’aller récupérer un truc dont on se fiche complètement? Surtout qu’il n’a aucune interaction avec vous après avoir débité son discours. Ah si, il vous regarde. Niveau immersion, on a vu mieux.

Il reste quoi? Ah oui le gameplay…

La clé de voûte de la licence est heureusement toujours présente. Mais elle a subi aussi les attaques du jeu vidéo d’action moderne. Et ce qui en résulte est anti-immersif au possible. On a droit au désormais incontournable arbre de compétences. Si c’est pas une mauvaise idée en théorie, dans la pratique, c’est vraiment pas terrible. Exemple, Faith débute le jeu sans savoir faire de roulade à la réception. Oui je sais, ça semble débile quand je le dis et ça l’est dans le jeu. Dans le premier, on incarnait une héroïne en pleine possession de ses moyens dès la fin du tutoriel mais pas cette fois. Alors oui, l’aspect combat a clairement été étoffé et c’est une bonne chose. Mais pourquoi ne pas avoir réservé l’upgrade de compétences à ce domaine? D’une ça aurait été plus logique parce que cette fois, Faith ne peut plus utiliser d’armes à feu (bon point) et doit son salut à ses facultés martiales. Mais c’est oublier qu’avant d’être une combattante, c’est une messagère. Et de deux, ça rend les premières missions vraiment bancales, la roulade étant remplacée temporairement par une sorte d’atterrissage amorti vraiment nul qui casse le flow.

Il y a des aspects positifs (si, si). La réalité augmentée du système Pulse qui affiche en temps réel des éléments visuels par-dessus les décors est vraiment bien trouvée. Elle surcharge un peu le HUD dépouillé et sobre du précédent, mais on peut régler tout ça dans les menus. Je parlais plus haut dans l’aspect combat plus étoffé. Et bien, en trailer, il rend super bien. Voir Faith courir sur un mur, frapper un garde qui est projeté sur un autre et qui basculent dans le vide, c’est super. Dans les faits, les sensations sont un poil décevantes. Dans les arènes larges, on fait face à des mecs attardés qui sont incapables de nous garder dans leur champ de vision tellement on se déplace vite. Dans les couloirs, on affronte des statues qui attendent juste qu’on les bolosse à tour de pied dans la mâchoire et qui ont des animations de chute risibles. Il en existe de différents types et selon qu’ils attaquent en solo ou en groupe, il faudra évidemment user de la mobilité de Faith pour s’en sortir. Mais il faudra s’accrocher pour que ça soit aussi chorégraphié que dans les trailers. Il est à noter que j’ai joué au pad Xbox One en grande partie car j’estime que le duo clavier/souris ne rend pas bien niveau immersion. Les vibrations aussi sont un plus dans ce genre de titre.

Verdict ?

Après ces 3H de jeu, je peux déjà dire que je suis globalement partagé. Alors que je m’attendais à rempiler oklm dans la peau de Faith, tous les bugs de finition et les différents ajouts discutables de ce nouvel opus m’ont plus faire rager qu’autre chose. J’espère vraiment que les développeurs vont patcher efficacement le jeu parce qu’en l’état, pas mal de joueurs sont touchés par les baisses de framerate, les textures floues ou qui s’affichent à la bourre, les cinématiques qui rament… On se demande à quoi ont servi les reports et on comprend vite que le discours formaté qui veut qu’on retarde le jeu afin de proposer la meilleure expérience possible, c’est que du pipeau. Malgré tout, je suis content que Faith soit de retour et j’espère que ce reboot sera vraiment un nouveau départ pour cette licence qui a failli rester à jamais dans les limbes. Le jeu aurait pu bénéficier d’un niveau de finition plus poussé, mais on sent quand même que les développeurs ont fait des efforts pour tenter de relancer Mirror’s Edge. Donc à moins d’être un hardcore gamer et avoir la chance d’être épargné par les soucis techniques, je ne peux que vous recommander d’attendre encore un peu avant de vous lancer dans l’aventure.

 

Classe C

Un jeu honnête, sans plus.

Points positifs

Points négatifs

Faith is back dans une Glass City magnifique… … surchargée d’effets en tout genre pas vraiment utiles
ça promet de jolies captures… … quand ça s’affichera correctement
Le Frostbite3 arrache bien… … mais pas quand il est programmé par des stagiaires
Un terrain de jeu open world… … mais vide et quasi sans intérêt
 Un gameplay étoffé… … mais un arbre de compétences dont on se serait passé

Liquidashi

J’ai commencé avec l’Amstrad 6128+, puis je suis passé sur la NES, puis la SuperNES, puis la PS1, puis la Saturn, puis la Dreamcast, puis la Xbox, suivie par la Xbox360, puis la PS3 et la PSVita. Depuis 2012, je suis revenu dans le monde de la masterrace et aussi sur PS4 et One depuis peu. De la wallayebillayerie à foison

Vous aimerez aussi...

4
Poster un Commentaire

avatar
4 Fil des commentaires
0 Réponse à la discussion
0 Followers
 
Les commentaires avec le plus de réactions
Le commentaire le plus populaire
2 Commentaires de l'auteur
Dossier : Attendre la Xbox One Scorpio ? Pour quoi faire ? - Otakugame.frPromo : Mirror Edge Catalyst sur PC à 3€99 seulement chez Amazon ! - Otakugame.frAeonsSuzuKube Commentaires récents de l'auteur

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'inscrire  
Notification de
SuzuKube
Admin

Très bon test. Personnellement, je ne suis pas un fan absolu de la série, loin de là, je n’ai jamais terminé le premier épisode. J’ai aussi la chance de n’avoir eu aucun bug sur le jeu, si ce n’est que je ne pouvais mettre des paramètres personnalisés (graphiques) au début…

J’ai joué environ 9H, et j’adore les environnements. Il faut dire que j’aime le concept du Parkour et que j’ai grimpé dans des tours tellement immenses… L’ivresse des hauteurs m’a beaucoup plu !

Je déteste l’aspect monde ouvert du jeu – je le zappe en me téléportant directement aux QG. Mais j’adore les phases en intérieur, et ce Mirror Edge est un véritable jeu de plateforme – Très agréable au demeurant !

Graphiquement, j’aime beaucoup la patte graphique – très moderne et design. Alors c’est vrai, cela demande beaucoup de ressource pour un aspect au final clean, mais les effets de lumières sont travaillés, tout comme ceux de particule. En 900p, ça fonctionne plutôt bien sur ma 960m 🙂 !

Par contre, je commence vraiment à m’essouffler dans le jeu. Les décors et les missions commencent à toutes se ressembler, après 8h de bonheur, j’ai l’impression d’avoir déjà dépassé le climax du jeu… Dommage. Mais je pense que d’autres surprises devraient m’attendre dans le jeu ^^ ! J’ai hâte de le continuer.

Bref, de mon côté, ça serait plus un classe B – Un bon jeu, mais avec des défauts lié au choix du monde ouvert le rendant pas toujours agréable. Si vous êtes fan du premier, foncez (et si vous avez peur des soucis techniques, prenez le sur console… Même si de mon côté, R.A.S) 😉 !

Aeons
Habitué

ton test reflète assez bien les différents retours.
Un terrain de jeu open world… … mais vide et quasi sans intérêt

tellement bien résumé.
et un open world où son monde a 0 intérêt, c’est un gros fail pour moi.
désinstallé après 5h de jeu…

trackback

[…] vous le conseiller (sinon je n’aurais pas écrit cette news) ^^ ! Si le jeu vous intrigue, lisez tout simplement mon test, disponible en cliquant ici […]

trackback

[…] graphiquement. Des jeux avec de nouveaux type d’intelligence artificielle à la place des poireaux qui nous servent d’ennemis sur Mirror Edge Catalyst. Des jeux avec des moteurs physiques dépassant ce que l’on connait jusque […]