Test : Unruly Heroes sur Nintendo Switch, quand le Roi Singe rencontre Guacamelee et Trine !

Share
Test de : Unruly Heroes
Développeur :
Magic Design Studios
Version :
Nintendo Switch
Prix :
19€99

Testé par :
Note :
4/5
Le 28 jan­vier 2019
Modifié le :28 jan­vier 2019

Résumé :

Malgré ses défauts qui n'en font pas un hit incon­tour­nable, Unruly Heroes tire son épingle du jeu, d'autant plus dans cette ver­sion Nintendo Switch vrai­ment réus­sie ! S'il n'a pas l'aura d'un Rayman Legends dans ses phases de pla­te­forme, celle d'un Guacamelee dans ses phases de com­bat ni celle d'un Trine dans ses énigmes, le titre nous pro­pose tout de même un game­play agréable qui oscille entre ces 3 titres, pour un résul­tat éton­nant et empreint de la culture asia­tique… Comment pour­rais-je ne pas don­ner mon appro­ba­tion pour ce titre, d'autant plus qu'il est pro­po­sé à petit prix !


Test réa­li­sé sur Nintendo Switch à par­tir d'une ver­sion com­mer­ciale envoyée par EvolvePR. Vidéo mai­son, cap­ture d'écran édi­teur.

En voi­là une jolie sur­prise pour le mois de jan­vier 2019 ! Entre sa date de sor­tie annon­cée lors Indie Highlights de Nintendo et sa date de sor­tie, il ne se sera écou­lé que quelques minutes… Un record ! Quoique non, ça me rap­pelle un cer­tain Fortnite, tou­jours sur Switch, tiens. Notez que le jeu est éga­le­ment dis­po­nible sur Xbox One et PC ^^ ! Unruly Heroes est un titre qui m'a mar­qué lors de la Gamescom 2018 car il m'a gran­de­ment rap­pe­lé visuel­le­ment Rayman Legends, sachant que je suis un grand fan de la série ! Mais plus j'y joue, et plus je me rends compte qu'en réa­li­té, mes réfé­rences sont trou­blées par l'aspect esthé­tique du titre… Je m'explique !

Un jeu rendant hommage aux légendes chinoises…

Sans ren­trer dans les détails, je pen­sais que ce Unruly Heroes avait été réa­li­sé avec le UbiArt Framework, vous savez, ce moteur gra­phique qui avait per­mis Ubisoft de nous sor­tir ses der­nières petites perles 2D que sont les Rayman Origins & Legends. Et le moteur a su mon­trer sa sou­plesse via Child of Light et Soldats Inconnus, et même prou­vé sa légè­re­té en fai­sant une incur­sion sur smart­phone, où on a pu le retrou­ver dans Rayman Fiesta Run et Rayman Adventures ! Et pour­quoi je vous donne autant de détails ? Tout sim­ple­ment parce que ce n'est pas ce moteur qui est uti­li­sé pour Unruly Heroes, mais bel et bien Unity, qui nous prouve encore une fois sa capa­ci­té à se plier à toutes sortes de contraintes. En effet, Unity est un moteur gra­phique adap­té à des petits pro­jets (comme celui-ci ou bien encore Robbie Swifthand) mais éga­le­ment de plus gros pro­jet (Recore a été réa­li­sé sous Unity tout de même). Mis entre les mains de Magic Design Studios, un stu­dio de jeux vidéo situé à Montpellier et com­po­sé de vété­rans ayant tra­vaillé chez Ubisoft, on retrouve tout de suite cette ambiance gra­phique unique qui peut nous faire pen­ser qu'il s'agit là d'un clone de Rayman… Et c'est une énorme erreur de ma part d'avoir pen­sé cela !

Osez dire que vous n'avez pas pensé à Rayman en voyant ce gif !

Osez dire que vous n'avez pas pen­sé à Rayman en voyant ce gif !

En effet, Yang Lu, Le direc­teur créa­tif du jeu, a vou­lu créer un uni­vers fan­tas­tique et peu connu en occi­dent : celui des légendes chi­noise. Unruly Heroes s'inspire du d'un roman chi­nois inti­tu­lé "La Pérégrination vers l’Ouest" et écrit par Wu Cheng En au 16ème siècle der­nier. Chez nous, on le connaît le plus sou­vent sous "La légende du Roi Singe", enfin du moins, je crois, je vous avoue ne pas avoir fait beau­coup de recherches à ce niveau. On retrouve donc natu­rel­le­ment 4 héros issus de la légende :

  • Wukong le roi singe,
  • Sanzang le moine endor­mi,
  • Kihong le cochon gour­mand,
  • Sandmonk la brute au coeur gros

Nos héros partent donc à la recherche des restes de leur par­che­min, bri­sé en une dizaine de mor­ceaux par une enti­té malé­fique… Ce qui, bien enten­du, répan­dra les ténèbres sur leur monde, enva­hit de vilaines bes­tioles un peu par­tout… Enfin, vous connais­sez déjà la chan­son. Le scé­na­rio étant du coup sim­pliste à l'extrême, et lar­ge­ment plon­gé au second plan durant notre pro­gres­sion, on va donc se concen­trer sur la mania­bi­li­té du jeu. Et c'est là qu'on se rend compte que le jeu emprunte pas mal de simi­li­tude à un Beat'em'all comme Guacamelee ! En fait, les enne­mis sont plu­tôt résis­tants, dis­po­sant par­fois même de bou­cliers obli­geant à faire des esquives pour les tou­cher, ce qui est assez inha­bi­tuel pour un simple jeu de pla­te­forme ! On dis­pose éga­le­ment d'une barre de "Super" qui se recharge en frap­pant les enne­mis, per­met­tant de déclen­cher une super attaque en appuyant sur ZL et ZR ! Les com­bos sont certes répé­ti­tifs, mais le tout reste suf­fi­sam­ment varié pour que cela soit plai­sant, même s'il en va autre­ment pour les enne­mis, qui ont ten­dance à ne pas être variés dans un même niveau…

Et croyez moi : les boss vont vous donner du fil à retordre !

Et croyez moi : les boss vont vous don­ner du fil à retordre !

Si le côté beat'em'all est assez réus­si, pour le côté pla­te­forme, on est mal­heu­reu­se­ment loin d'un Rayman Legends… A la manière d'un Ori, notre per­son­nage dis­pose d'un double saut (dans la plu­part des cas, car Sanzang, elle, peut flot­ter à la place) mais ceux-ci sont assez "flot­tant" dans l'ensemble, ren­dant les phases de pla­te­forme plu­tôt lent. On remar­que­ra éga­le­ment quelques approxi­ma­tions sur cer­taines pla­te­formes. Lorsque l'on pense s'accrocher sur leur bord, il arrive que l'on passe à tra­vers celle-ci et qu'on se retrouve au fond d'un pré­ci­pice ! Rageant… Même si au final, ça nous per­met­tra de bien nous sor­tir de la tête que non, ce Unruly Heroes n'est pas un Rayman-Like !

Ceci n'est PAS un jeu de plateforme !

Ceci n'est PAS un jeu de pla­te­forme !

Enfin, le jeu pos­sède éga­le­ment un petit côté "Trine", plus pro­non­cé qu'on pour­rait le pen­ser. Chaque per­son­nage dis­pose de ses propres apti­tudes. Par exemple, Wukong peut rendre son bâton énorme (pas celui auquel vous pen­sez bande de coquins), alors que Kihong, lui, peut s'emplir de… d'Helium je sup­pose, pour se mettre à flot­ter dans les airs et atteindre des pla­te­formes en hau­teur. Cela donne lieu à des énigmes où l'on doit jouer avec un per­son­nage pré­cis pour la résoudre et pas­ser à la suite ! Notez que c'est éga­le­ment un bon pré­texte pour jouer jusqu'à 4 en coopé­ra­tif 😉 !

Pour finir, sachez que le jeu fait tout sim­ple­ment réfé­rence à de nom­breuses séries. De mon côté, j'ai ado­ré le clin d'oeil à l'Exode D'Abe, avec le contrôle d'un loup (ou d'une arai­gnée) qui pour­ra à son tour don­ner des ordres à d'autres loups… Une belle façon de varier le game­play en sur­pre­nant le joueur ^^ !

Graphiquement, c'est l'extase !

Ce qui m'impressionne le plus dans ce Unruly Heroes, et vous l'aurez com­pris avec mon intro­duc­tion, ce sont les gra­phismes du jeu ! Si au départ, je n'appréciais pas spé­cia­le­ment le cha­ra­de­si­gn du jeu, une fois que j'ai com­pris le contexte et l'Hommage au Roi Singe, je me suis sur­pris à appré­cier un peu plus la direc­tion artis­tique du titre ^^. Car oui, chaque par­tie du décors semble issu d'une esquisse à l'aquarelle, peint à la main, et sur­tout, les déve­lop­peurs ont su nous retrans­crire un uni­vers vivant de par la mul­ti­tude de ses ani­ma­tions !

Cette... Euh... Geisha ? devrait vous énerver vous aussi ! ARGH !

Cette… Euh… Geisha ? devrait vous éner­ver vous aus­si ! ARGH !

Mentions spé­ciales aux sprites (mais est-ce vrai­ment des sprites), par­ti­cu­liè­re­ment bien ani­mé et fai­sant hon­neur aux décors du jeu… Et les déve­lop­peurs nous ont gâté au niveau des envi­ron­ne­ments, très variés, ce qui repré­sente un gros point fort du jeu ^^ ! Oui, ce jeu est une grande réus­site visuel­le­ment, d'autant plus dans cette ver­sion Nintendo Switch qui reste fluide en toutes cir­cons­tances, même si les plus poin­tilleux note­rons de très légère baisses de fra­me­rate, imper­cep­tibles dans le feu de l'action. En un mot comme en 100 : bra­vo pour cette opti­mi­sa­tion sur cette ver­sion Nintendo Switch du jeu ^^ !

Tout n'est pas parfait…

Je n'ai pas envie d'être CE mec, mais non, le jeu n'est pas par­fait. Mais atten­tion, tout est rela­tif : Le jeu a été conçu par une petite équipe, et est ven­du moins de 20€ ! Pour ce tarif, on aura droit à 29 niveaux (si je ne dis pas de bêtises, il y a peut être des niveaux cachés que j'ai raté), qui peuvent se par­cou­rir, en ligne droit, en une dizaine d'heures. Comptez une ving­taine d'heures en ten­tant de récu­pé­rer le par­che­min secret, la médaille d'or et les 100 pièces d'or par niveau. En par­lant de médaille d'or, il y a éga­le­ment un aspect "sco­ring" dans cha­cun des niveaux via ce sys­tème (Bronze, Argent, Or… Non, pas de Diamant ici, on est pas sur Overwatch), qui dépend de nos per­for­mances pour ter­mi­ner le niveau ^^ ! On a donc une durée de vie plus que cor­recte, sur­tout à ce prix, même si, comme tou­jours, on aurait aimé en avoir plus ^^ !

Les décors sont très variés !

Les décors sont très variés !

Au niveau des brui­tages, rien à redire, c'est du bon bou­lot, en revanche, j'ai trou­vé les musiques très dis­crètes, même si elles collent bien à l'action. Comme je vous le disais, les phases de pla­te­forme manquent de pré­ci­sion, mais ce n'est pas le coeur du jeu, qui reste cen­tré sur les com­bats, car au final, le jeu par­tage bien plus de son ADN avec un Guacamelee qu'un Rayman Legends… Et de l'héritage de Trine, on retien­dra le mode 4 joueurs en coopé­ra­tif, mais celui-ci souffre d'énigmes beau­coup trop basiques pour être inté­res­santes, en plus d'une camé­ra qui fait un peu la fofolle si tout le monde ne se déplace pas de façon coor­don­née… On note­ra éga­le­ment un petit mode "com­bat", per­met­tant de jouer contre vos amis dans un "Brawler" à la Smash Bros, sans pré­ten­tions. Un ajout vrai­ment sym­pa que j'ai appré­cié pour ma part ^^ !

L'ambiance du jeu est vraiment magique.

L'ambiance du jeu est vrai­ment magique.

Je ter­mi­ne­rais avec deux petites remarques qui m'ont affec­té, même si je pense qu'on ne sera pas tous logé à la même enseigne à ce niveau. Tout d'abord, pour chan­ger de per­son­nage, on uti­lise uni­que­ment la touche "L" et non les touches "L" et "R". Ce qui veut dire que dans le feu de l'action, ce n'est pas tou­jours évident de sélec­tion­ner le per­son­nage que l'on veut sachant que l'on ne peut choi­sir que le per­son­nage sui­vant, et jamais le per­son­nage pré­cé­dent. Et le bou­ton R, lui, sert à déclen­cher son attaque spé­ciale… Les pre­mières heures, je me suis retrou­vé à déclen­cher sans faire exprès mon attaque spé­ciale, et, au final, je me suis sur­pris à ne pra­ti­que­ment jamais chan­ger de per­son­nage, sauf lorsque cela était néces­saire pour une énigme. Et c'est dom­mage, car chaque per­son­nage dis­pose de tout un panel de com­bos dif­fé­rents, et que j'ai l'impression d'être pas­sé à côté de tout un pan du jeu en ne maî­tri­sant un seul per­son­nage (le Roi Singe dans mon cas) alors que les autres per­son­nages sont tout aus­si riches en terme de game­play. Mais c'est aus­si, peut-être, une excuse pour refaire le jeu en mul­ti­joueur 😉 !

Verdict

Classe A

Un excellent jeu, vous devez au moins l'essayer !

Malgré ses défauts qui n'en font pas un hit incon­tour­nable, Unruly Heroes tire son épingle du jeu, d'autant plus dans cette ver­sion Nintendo Switch vrai­ment réus­sie ! S'il n'a pas l'aura d'un Rayman Legends dans ses phases de pla­te­forme, celle d'un Guacamelee dans ses phases de com­bat ni celle d'un Trine dans ses énigmes, le titre nous pro­pose tout de même un game­play agréable qui oscille entre ces 3 titres, pour un résul­tat éton­nant et empreint de la culture asia­tique… Comment pour­rais-je ne pas don­ner mon appro­ba­tion pour ce titre, d'autant plus qu'il est pro­po­sé à petit prix !

J'ai ado­ré :J'ai détes­té :
  • Graphiquement, c'est juste sublime !
  • C'est l'occasion de décou­vrir les mythes chi­nois.
  • La tra­duc­tion VOSTFR de qua­li­té
  • Le côté Beat'em'all, assu­mé.
  • Jouable à 4, pour 4 fois plus de fun !
  • Des niveaux variés et colo­rés
  • Le petit prix : 19€99 seule­ment ^^ !
  • La phy­sique en pla­te­forme, pas très rigou­reuse.
  • Les enigmes, trop simples.
  • J'aurais aimé des musiques plus pré­sentes.

SuzuKube

Gamer depuis 1984, je suis un grand passionné de jeux vidéos. Adepte de la team Nintendo Switch et fier fondateur d'Otakugame.fr !

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'inscrire  
Notification de