Test : 2h avec The Order 1886, un hybride jeu/film

Test effectué à partir d’une version commerciale. Captures maison.

J’arrive un peu après la tempête, mais j’ai voulu avancer suffisamment dans le jeu pour avoir plus de choses à en dire.

Ready At Dawn entre dans la cour des grands avec fracas

The Order 1886 est le premier gros projet original de Ready At Dawn, habitué jusque là aux portages sur PSP (God of War : Chains of Olympus, Daxter, God of War : Ghost of Sparta) et Okami sur Wii. Ils ont toujours eu une réputation de techniciens affutés, même sur la console portable de Sony et sur la console de Nintendo malgré leurs limitations techniques. Mais après moult travaux sur des licences ne leur appartenant pas, RAD se lance enfin dans le grand bain, et sur PS4 en plus. Donc uchronie, Angleterre victorinne à tendance steampunk et DA néo-rétro. Tout a déjà été dit sur la direction artistique sans faille du jeu.

On va commencer par ce qui saute aux yeux quand on lance le jeu la première fois. Franchement, ça défouraille grave niveau visuel. RAD donne déroule son moteur maison avec une maestria de tous les instant. Textures, éclairages, animations, particules, tout transpire la classe et franchement, sur une console à 400 euros, c’est purement du génie. Pas une seule trace d’aliasing, framerate jamais pris au dépourvu… Ok, n’en jetons plus. C’est le plus beau jeu jamais sorti sur console. Mais, car il y en a toujours, il a fallu évidemment faire des concessions et dans plusieurs domaines. On se paye un jeu format 21:9 avec des barres noires en permanence. Le studio a maladroitement tenté d’expliquer la chose par la volonté de renforcer l’aspect cinématographique du jeu, mais personne n’est dupe. C’est clairement un artifice pour économiser de la ressource. Autant ça passe dans les cinématiques autant en jeu, ça peut gêner.

Le RAD Engine 4.0 a coûté un bras et il faut évidemment le mettre en avant, quitte à en faire (souvent) beaucoup trop. Ainsi, l’équipe de développeurs a mis en place un certain nombre d’artifices pour que le joueur se rende compte du travail titanesque accompli. Longues séquences de marche forcée, examen d’objets inutile mais obligatoire pour déclencher des scripts, un nombre effarant de cinématiques et cut-scenes regorgeant de QTE, sont autant de techniques qui poussent (ou forcent) la contemplation. Au début, on se laisse entraîner de bonne grâce, mais il faut admettre que l’overdose arrive très vite.

Sinon, c’est plus ou moins un TPS ce jeu non?

En effet, The Order 1886 est un TPS tout ce qu’il y a de plus classique et c’est cet aspect qui fait grincer des dents car on sent immédiatement qu’elle n’a pas bénéficié d’autant de soin que le reste. Level design basique avec murets et barils rouges bien visibles, IA des ennemis inexistante et absence totale d’enjeux et de tension durant les fusillades finissent par endormir le joueur lambda qui s’est infusé des TPS depuis des années. Niveau arsenal, on reste dans du très classique : armes de poing, fusils, fusils d’assaut, fusil à lunettes… Certaines armes valent tout de même le détour comme le M86 Thermite Rifle. Il permet d’enfumer une petite zone avec un gaz et d’enflammer le tout avec un projectile explosif. Dégâts garantis. Je trouve quand même qu’elles manquent de punch pour la plupart et si elles sont efficaces, j’ai retrouvé certaines tares que je ne pensais pas retrouver dans un jeu aussi ambitieux en 2015. Les ennemis semblent parfois intouchables durant certaines animations.

Rien de plus frustrant que d’avoir l’impression de tirer des balles en mousse. On retrouve aussi un défaut similaire lors des combats trépidants contre les lycans de base. Déjà que ces affrontements ne sont pas terribles vu qu’ils consistent juste à esquiver l’assaut de la bestiole avec une roulade (mouvement que le personnage oublie systématiquement durant toutes les autres phases de jeu) puis la plomber pendant qu’elle s’éloigne. Le problème, c’est que les balles ne semblent pas les atteindre. Aucune animation d’impact ou de cris de douleur ne permettent de se rendre que ce qu’on fait fonctionne. Du coup, j’ai pensé que ce n’était pas la chose à faire et pourtant si. On leur tire dessus et ils tombent d’un coup… Les game designers n’étaient clairement pas inspirés. Quant aux phases d’infiltration qui ont fait tant couler d’encre numérique, je crois que je pourrais rien dire de plus à part être d’accord sur le fait que c’est un des plus gros ratages du jeu.

Et qu’est-ce-que ça raconte?

L’Ordre, qui est un organisme qui perpétue l’héritage de la Table Ronde, combat le mal dans l’Angleterre de 1886. S’ils affrontent des rebelles qui semblent être contre la monarchie, le gros de leur tâche consiste à traquer et éradiquer les lycans, hybrides homme-loup assez voraces. Pourtant il semble que des sombres desseins soient ourdis dans l’ombre et les chevaliers auront fort à faire pour réussir à lutter sur tous les fronts. Je n’en sais pas plus pour le moment mais j’avoue que c’est un peu ce qui me pousse à continuer. Pas de rebondissements pour l’instant, mais je sens la tension monter.

Ready At Dawn devrait faire attention à ne pas devenir le nouveau Crytek. Ce studio s’est spécialisé dans la production de vitrines graphiques qui ne tenaient jamais la route très longtemps quand on grattait un peu sous la (très épaisse) couche de vernis. Il semblerait qu’une suite soit dans les tuyaux. J’espère qu’ils tiendront compte des griefs des joueurs à l’encontre de cette série qui n’a pas besoin de grand chose pour devenir un jeu marquant. Je l’ai acheté « en toute technique d’arrosage » comme dirait Karadoc et j’ai vraiment envie de croire que RAD pourra transformer l’essai et devenir un studio qui compte aux côtés de Guerrilla, Santa Monica et de Naughty Dog. On peut déjà dire que visuellement en tout cas, ils ont déjà mis une claque à tous leurs confrères. Il faut bien commencer par quelque chose.

Classe B

Un bon jeu, sans être exceptionnel.

Points positifs

Points négatifs

Tellement beau que tu sanglotesOverdose de cinématiques
Tellement bien animé que tu chialesOverdose de QTE inutiles
 Tellement bien éclairé que tes yeux coulentGunfight sans grand intérêt
 Tellement classe que t’en bafouilles Combats contre les lycans soporifiques
 Game design et level design aux fraises

 

 

Visitez notre boutique de jeux vidéo !

Share

Ecrit par

J’ai commencé avec l’Amstrad 6128+, puis je suis passé sur la NES, puis la SuperNES, puis la PS1, puis la Saturn, puis la Dreamcast, puis la Xbox, suivie par la Xbox360, puis la PS3 et la PSVita. Depuis 2012, je suis revenu dans le monde de la masterrace et aussi sur PS4 et One depuis peu. De la wallayebillayerie à foison

Sur la même thématique

10 commentaires

  1. Aeons dit :

    Au vue des screens, tu viens de faire la quêtes du dirigeable, le chapitre perceval donc en gros …
    le rebondissement et « surprise » de l’histoire sont encore à venir 😉

    Ha oué fun et interet 5/10 quand même, pas tendre toi avec les nouvelles Ip qui sortent des jeux vu et revus type mario / assassins creed & co 😀
    comme quoi ce jeux partage vraiment les joueurs, et les testeurs

  2. SuzuKube dit :

    Niveau fun, j’avoue partager l’avis de Fabien (je n’y ai pas joué, je l’ai vu joué, et je n’ai pas eu envie de prendre la manette, mention spéciale au crochetage de serrures…), niveau intérêt je pense qu’il faut attendre un peu plus loin dans le jeu pour voir si l’histoire se grave dans les mémoires :mrgreen:

    Mais grossièrement, oui en terme de TPS pure, il est à des années lumières d’un Gears of War, graphiquement il est juste parfait, n’ayons pas peur des mots. Mais pour le fun, il y a beaucoup de zones « vides », sans ennemis, et un rythme de jeu pas toujours maitrisé….

    Mais il y a là de quoi faire un hit en puissance. Peut être que le jeu a manqué d’un chouïa de temps de développement O.o

    En tous cas c’est bien LE JEU à acheter sur PS4 en ce début d’année avec Bloodborne, mais il ne plaira pas à tous les publics. Ça dépend des attentes de chacun en terme de Gaming…

  3. SuzuKube dit :

    Magnifique la séquence du dirigeable au passage 😉

  4. Aeons dit :

    BLood préco !!!
    en coop ca va le faire salement ! ;D

  5. Jean Franco dit :

    Bonjour !
    J’adore les jeux qui sont réalisés par le studio Ready At Dawn. D’ailleurs, j’attendais la sortie du jeu The Order 1886 et je ne le quitte plus !
    Bon jeu.

  6. Liquidashi dit :

    ça y est, j’ai eu droit au premier rebondissement après la séquence du dirigeable. Et aussi à la fameuse scène « Où est cette femme indienne?! »

  7. marko dit :

    Tiens, un nouveau rédacteur?

  8. Liquidashi dit :

    J’ai fini le jeu en traînant bien pour qu’on m’accuse pas de l’avoir rushé et je pense que si c’était possible, je retirerais un point de plus à la note du Fun et aussi à l’intérêt général. Un truc pareil ne mérite pas de vivre. Avoir 2 chapitres d’affilé qui ne sont constitués que de cinématiques plutôt longues, c’est juste pas possible. Et le combat final est vraiment honteux. Autant que l’épilogue. Le staffroll dure presque plus longtemps que la phase de gameplay la plus longue du jeu entier.

  9. SuzuKube dit :

    Moi je pense qu’au prix ou je l’ai eu (30€) c’est une bonne expérience. A ce prix là, c’est une classe B assurée 🙂 ! Il devient assez bon, après j’aime bien les jeux comme Until Dawn ou Beyond 2 Souls, alors au final… Je valide quand même ^^ !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *