Test : 4h sur Call of Duty: Infinite Warfare, la guerre dans l’espace c’est plus classe

Hey ! Ce petit robot est plutôt attachant :) !
Hey ! Ce petit robot est plutôt attachant :) !
Product by:
Liquidashi

Reviewed by:
Rating:
4
On 22 novembre 2016
Last modified:22 novembre 2016

Summary:

Test effectué à partir d’une version commerciale PC achetée sur instant-gaming.com. Captures d’écran maison.

J’ai succombé à Call of Duty avec le 4, Modern Warfare sur Xbox 360 en 2007. Cette campagne solo explosive et ce multi immédiatement addictif m’ont fait passer des centaines d’heures sur cet épisode à tel point que j’ai zappé le suivant, World at War (2008) avant de replonger en 2009 avec le célèbre Modern Warfare 2 pour une grosse centaines d’heures supplémentaires… Ce schéma me convenait tout à fait et faisant de nouveau en 2010 après avoir faire l’impasse sur le premier Black Ops. Mais c’est sur l’opus suivant, le Modern Warfare 3, que l’alchimie s’est brisée. Le multi m’a fait fuir au bout de quelques dizaines d’heures. Je n’ai pas été le seul à pester à l’époque. Des mecs comme Diablox9 ont pété un câble sur cet épisode. J’ai donc lâché la série jusqu’en 2014 avec Advanced Warfare sur lequel j’ai également passé pas mal de temps… jusqu’à ce que les différents packs de maps ne pourrissent mon expérience. Je possédais toutes les maps et le matchmaking était incapable de trouver une seule partie. La seule chose que j’ai retenue de la campagne solo, c’est que l’antagoniste principal était incarné par Kevin Spacey et… C’est tout. Cette fois, j’avais vraiment décidé de plus jamais remettre le pad sur un jeu estampillé COD, mais pour Otakugame.fr, j’y retourne non sans une certaine appréhension.

Après la guerre dans un futur proche, qu’avons-nous?

iw7_ship-2016-11-08-22-26-22-71

Oui, on est bien dans Call of Duy et pas dans Independance Day

Simplement la guerre dans un futur lointain. En effet, cette fois « le monde ne suffit pas » et le conflit s’exporte dans tout le système solaire, carrément. La Settlement Defense Force est une faction qui cherche à écraser les terriens car ils ne se considèrent plus comme tel. Pourquoi ça pète et d’où vient leur révolte? Après plusieurs heures de jeu, je n’en sais toujours rien mais l’ASNU (lol) est bien décidée à leur faire payer leurs exactions. Le seul élément distinctif de ce nouvel ennemi à combattre est que leur leader est incarné par Kit Harrington (Jon Snow dans Game of thrones). La modélisation de « l’acteur » est bluffante, et les développeurs de chez Infinity Ward ont réussi à rendre parfaitement son jeu d’acteur creux et son regard de chien battu. Et ce n’est pas la cicatrice qu’il arbore qui va le rendre plus badass ou effrayant. Il enquille tirades et discours qui se veulent hallucinés mais on y croit pas une seconde. Il souffre de la comparaison face à la performance de Kevin Spacey mais on va faire avec.

 

iw7_ship-2016-11-08-22-22-26-33

Au-delà de ce choix discutable, les protagonistes, aussi incarnés par de vrais acteurs (ça doit se bousculer au portillon depuis la prestation de Kevin Spacey dans Advanced Warfare), sont assez clichés eux-aussi sont là : Reyes, le militaire exemplaire bombardé capitaine de vaisseau malgré lui, sa partenaire Salter, femme badass et d’un soutien indéflectible, Omar, le black bourru au début mais qui finit par devenir un bon pote au bout d’une mission. Finalement, dans tout ce fatras de clichés, seul Ethan unité robotique parvient à tirer son épingle du jeu (lol).
Faisant preuve d’un humeur certain, il est parvenu à me faire sourire plus d’une fois. Tout ce petit monde doit s’organiser pour aller botter des culs aux quatre coins du système solaire.

En guerre contre la linéarité

iw7_ship-2016-11-19-13-15-47-40

La linéarité est un des gros reproches faits à la série depuis plusieurs d’années et cette fois, Infinity Ward a décidé de prendre ça au sérieux et ça se voit. Il semble que les développeurs soient fans de Mass Effect parce que les similarités sont nombreuses. En effet, après une débâcle sur Terre, on rejoint le Retribution, un lourd vaisseau de guerre dont le capitaine a trépassé. On peut se promener dedans, interagir (toute proportion gardée évidemment) avec l’équipage et choisir l’ordre de ses mission sur une carte du système solaire. On a donc des missions « classiques » au sol, des missions de dogfight avecc les chasseurs jackal, obligatoires ou optionnelles. On est toujours accompagné par une petite équipe, ce qui fait regretter l’absence de coop malgré l’ouverture de certains niveaux. Mais j’imagine que si 4 joueurs équipés de jetpacks faisaient les fous en courant partout sur les murs, l’IA aurait vite été débordée. Maybe next time… Les missions à pied sont assez convenues. Entre assauts frontaux ou approche en mode furtif qui finit toujours par une évacutation en catastrophe, on est en terrain connu. On arrive, on tue des gens, on fait un truc, puis on fuit pendant que tout explose. Celles en vaisseau sont pas trop mal même si elles sont très répétitives et assez faciles à plier une fois qu’on a compris le système de lock et de leurre. L’effet est tout de même à saluer. Les niveaux dans lesquels on évolue sont assez larges pour qu’on ait pas trop l’impression d’être dans une bulle.

iw7_ship-2016-11-20-07-35-17-91

On se surprend quand même à pencher la tête et à flipper un peu quand des missiles nous prennent pour cible. Les ennemis opposent vraiment peu de résistance et seul leur nombre fait que ces séquences durent un minimum et il semble que ce soit le joueur qui soit obligé de déglinguer tous les pilotes ennemis. J’ai testé un peu quand il en restait qu’un et au bout d’un minute sans tirer, la coéquipière du héros n’avait toujours pas réussi à l’abattre et par conséquent, j’ai du m’en charger. Rien de grave, mais bon, un peu de challenge aurait été appréciable. Il est à noter qu’il existe malgré une toute petite notion stratégique avec le ravitaillement en pleine bataille. En effet, quand votre jackal se retrouve à court de munition, un module se pointe et il faut y aller afin de faire le plein. Je n’ai pas pu voir si ce dernier peut être détruit par l’ennemi.

 Mais c’est que c’est joli à regarder tout ça

iw7_ship-2016-11-19-13-22-37-39Il faut reconnaître que depuis quelques épisodes, les équipes en charge de la série ont su se retrousser les manches pour fait évoluer le jeu au niveau visuel. J’avais trouvé Advanced Warfare vraiment pas mal à certains moments et cet épisode aussi bénéficie de la hausse de niveau. Et l’espace est le prétexte tout trouvé pour faire mumuse avec des décors dignes d’un space opéra. J’ai vraiment apprécié la mission sur Titan avec ces éclairages crépusculaires. Le dépaysement est vraiment au rendez-vous et on se souvient plus du décor que du contenu de la mission elle-même ce qui est déjà pas mal quand on y pense. On échappe pas aux sempiternelles bases, entrepôts et autre usines, mais partir sur des planètes lointaines semble être une bonne idée pour renouveler quelque peu les environnements qu’on a déjà vus et revus.

Petite mention à spécial à la BOn composée par la sublime Sarah Schachner, qui a récemment officié sur la Assassin’s Cree Unity. Son travail nous change des thèmes assez répétitifs de Hans Zimmer et harry Gregson-Williams qui ont officié sur plusieurs des épisodes précédents.

Du multi toujours aussi énervé

iw7_ship-2016-11-14-23-26-40-81Vu mon passif sur la série, je pensais que je pourrais me replonger sans trop de soucis dans le multi de celui-ci… Monumentale erreur! J’ai eu l’impression d’être un vrai noob même si j’ai fait quelques frags. Il est évident que je devrai m’impliquer plus pour retrouver en partie mon niveau d’avant… Mais j’étais sur console… La customisation est dans la droite lignée des épisodes précédents. Armes principales, armes secondaires, combinaises, capacités, accessoires, tout ou presque peut être personnalisé. On peut donc se faire son avatar à sa sauce ce qui est toujours un plus très appréciable.

iw7_ship-2016-11-14-23-22-47-91Je n’ai pas encore pu tester toutes les maps mais vu la direction prise par les précédents avec les exo, on peut se dire que le level design fera la part belle à la course murale, comme dans le solo. J’ai noté par contre que le matchmaking était un peu lent à rassembler des joueurs sur les quelques parties que j’ai faites. Des tests supplémentaires s’imposent pour voir si c’était un souci temporaire. Ils ont fait aussi un effort pour introduire ce mode avec la présence d’un supérieur dispense des informations sur les rudiments des différents modes multijoueurs.

 Qui veut du bizon? heu du zombie?

iw7_ship-2016-11-20-13-02-03-48

Il reste à parler de l’indécrottable mode zombie qui ne m’a jamais trop attiré. A part celui d’Advanced Warfare, j’en ai pratiqué aucun. Si les protagonistes de cet ancien épisode étaient des acteurs connus, cette fois, on est dans la peau de personnages lambda, à l’image d’un Left4dead. On est lâché dans un parc d’attractions ambiance 80s dirigé par un réalisateur fou qui voient les vagues incessantes de zombies comme des scènes d’un film. On a évidemment droit aux couleurs fluo flashy typiques de cette période, à la synthwave en bande sonore (suis ultrafan) et à moult références au ciné et à la télévision. Plutôt fun, ce mode me perturbe cependant par son manque de patate quand on tire sur les zombies. Cette impression de tirer des billes en caoutchouc me gênait déjà avant et est encore présente. Quelques animations de zombies qui reculent sous l’impact des balles auraient été un plus très appréciable. Cela dit, il est toujours jouable à quatre et semble parti pour occuper les fans pendant encore de longues heures.

Verdict

Je n’étais pas super emballé à l’idée de rempiler pour une énième campagne où tout explose. Mais le fait de ne pas faire tous les épisodes chaque année me préserve de la lassitude encore cette série. Le nouveau cadre est vraiment pas mal, même s’il sert que de prétexte et que la base même du jeu reste rigoureusement la même. Pour ceux qui, comme moi, ont décroché, cet opus peut être un bon investissement. Comme d’habitude, il faut savoir si on passera du temps sur le multi ou le mode zombie une fois la campagne solo pliée.

Classe B

Un bon jeu, sans être exceptionnel.

Points positifs

Points négatifs

L’espace, c’est toujours plus classe.Qu’est-ce-que Jon Snow fout là dedans?
Plutôt dépaysant pour du CODDes protagonistes clichés à l’extrême
Missions en jackal sympathiqueQuelques bugs par ci par là
Ethan est vraiment coolDéroulement des missions assez ennuyeux, même quand tout pète
Assez bien optimisé pour tourner sans trop de heurts sur ma GTX 760 2Go
Photo du profil de Liquidashi
J’ai commencé avec l’Amstrad 6128+, puis je suis passé sur la NES, puis la SuperNES, puis la PS1, puis la Saturn, puis la Dreamcast, puis la Xbox, suivie par la Xbox360, puis la PS3 et la PSVita. Depuis 2012, je suis revenu dans le monde de la masterrace et aussi sur PS4 et One depuis peu. De la wallayebillayerie à foison

Vous avez aimé ? Ces articles sont pour vous !

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Test : 4h sur Call of Duty: Infinite Warfare, la guerre dans l’espace c’est plus classe"

Notification de
avatar
Aeons
Habitué

Parler de test sur un jeu à dominante multi en 4h c’est un peu déplacé quand même …
Comme annoncé le test d’un Zelda, ou Destiny en 30mn de jeu.
Cela fait très titre à click comme certains site FR dont je tairais le nom 😀

SuzuKube
Admin

C’est surtout honnête. J’ai un des rare blog où j’indique le nombre de temps joué, et c’est plus un avis général sur le jeu qu’un test approfondi sur la chose. Et pour le titre, je ne sais pas pourquoi ça fait titre à click, quasi tous mes titres sont comme ça ! La guerre dans l’espace, c’est classe, ça veut pas dire que c’est un hit plus ultra qui explose tout, juste que la guerre dans l’espace, bah ça a la classe. Même mon test de Halo 5 aurait pu avoir le meme titre 🙂 ! Le « Titre à click » c’est plutôt le mot test, mais je suis obligé. Avant c’était écrit « critique » puis « avis », mais personne ne lisait…

Cela dit, le nombre d’heure jouer permet de savoir l’expérience qu’à eu le testeur et d’en tenir compte dans cet avis. On a pas les moyens de faire des centaines d’heures sur le jeu pour donner un avis au bout de 100h (et honnetement, j’en vois pas l’intérêt, ça serait comme écrire un test d’Overwatch aujourd’hui que j’ai plus de 200h dessus). Par contre, si ça vous intéresse, on pourra faire des retours sur certains jeux à très longue durée de vie 🙂 !

Zelda ou Destiny, je fais des tests à 4/5h de jeux également, FFXV, si j’écris un test, ça sera avant de le terminer : J’ai horreur de rusher un jeu juste pour écrire un test, ça biaise l’avis sur celui-ci, et c’est un problème d’ailleurs dans la presse actuelle. Prendre son temps d’apprécier, c’est bien, j’encourage mes rédacteurs dans ce sens 🙂 !

wpDiscuz