Test : Death Stranding, la nouvelle histoire d’Hideo Kojima…

Share
Test de : Death Stranding
Développeur :
Kojima Production
Version :
PS4
Prix :
69.99

Testé par :
Note :
5/5
Le 17 novembre 2019
Modifié le :4 décembre 2019

Résumé :


Test réalisé sur PS4 Pro en 4K à partir d'une version commerciale, fournie par Sony. Vidéos maison, captures d'écran éditeur. Temps de jeu : environ 50 heures.

Je viens de terminer Death Stranding, le premier jeu de Kojima Productions ! Et que vous dire, si ce n’est que ce jeu m’a fait passer par toutes les émotions, et que je pense qu’il est une des plus grandes oeuvres de Kojima ! Je vais tenter de vous expliquer cela, en évitant les spoilers. D’ailleurs, exceptionnellement, mon let’s play se trouve à la fin de ce test… A la place, voici mon expérience des 2 premières heure de jeu que j’avais écrit il y a 1 semaine ^^ !

Techniquement bluffant

Je vais expédier toutes la partie technique dans ce premier paragraphe pour me concentrer plus tard sur ce que Death Stranding fait de mieux : sa narration !

Techniquement, Death Stranding utilise le Decima Engine, le même moteur que celui de Horizon Zero Dawn. Ce moteur est juste fantastique : Death Stranding est peut être le plus beau jeu de la PS4. Entre les textures photoréalistes, les sols avec énormément de reliefs, on a droit à un monde cohérent. Mieux encore : la motion capture atteint un niveau que je n’avais jamais vu auparavant dans un jeu, et les expressions faciales des différents protagonistes sont criantes de vérité. C’est bien simple : on se croirait tout simplement en train de regarder un film, avec d’excellentes performances des acteurs, dont on retiendra la présence de Norman Reedus, Mads Mikkelsen et Léa Seydoux. On a même droit à la présence du réalisateur Guillermo del Toro en tant que Deadman tout au long du jeu ^^ !

Et ce ne sont pas que les expressions faciales qui sont réussites : les animations de marche du héro sont elles aussi bluffantes. Que ce soit lorsqu’il dévale une pente à pied en tentant de garder l’équilibre, qu’il s’assoit (voir même s’endort) pour reprendre son souffle, le soucis du détail des développeurs de Kojima Productions fait plaisir à voir !

Et encore… Je ne vous ai même pas encore parler de la transformation du monde qui s’opère dès que des échoués vous attrapent. Le monde se liquéfie alors sous vos pieds, engloutissant les arbres des environs et faisant ressortir de nombreuses carcasses et bâtiments flottant au milieu des montagnes… La première fois, je peux vous garantir que ça fait son effet !

Je n'ai jamais vu des visages aussi bien modélisés dans un jeu.
Je n’ai jamais vu des visages aussi bien modélisés dans un jeu.

Mais, ce moteur n’est pas non plus exempt de défaut. Le moteur physique est totalement à la ramasse. Combien de fois ma moto s’est-elle arrêtée instantanément par un cailloux de 30 cm alors que j’étais lancé à pleine vitesse ? Ou bien encore ces armes à feu capricieuses à contrôler ou de la façon ridicule que nage Sam, en étant incontrôlable ? Si visuellement, le jeu est inattaquable, on ne pourra pas en dire autant en terme de gameplay, surtout dans un tel monde ouvert… Entre les colis à rééquilibrer toutes les 30 secondes sur de longues distances (enfin, vous pouvez aussi marcher en appuyant sur L2+R2 pour éviter ça), les rivières galères à traverser, et les séance d’escalade aléatoires, les premières heures de jeu risquent d’être difficile…

La conduite en tout terrain est dégueulasse. Voilà, c'est dit !
La conduite en tout terrain est dégueulasse. Voilà, c’est dit !

On a également un placement produit immonde pour Monster Energy Drink, beaucoup trop mis en avant (et superbement modélisées au passage). Ah… J’ai faillit oublier : au bout de 2 heures de jeu, vous en aurez déjà marre de ces animations recyclées à tout va pour les remises de colis, les entrées ou sorties de notre chambre privées ou les connexions au réseau Chiral. Mais heureusement, l’intérêt de Death Stranding ne se trouve pas ici ^^ !

Vous êtes un livreur Amazon Prime

Avant de lire ce test, je suppose que vous avez vu un peu partout que Death Stranding est un jeu où vous devez faire des livraisons. Une simulation de Fedex donc. Ce n’est pas faux – à la différence prêt qu’ici, on est dans un monde totalement détruit. Détruit par le Death Stranding, sans que l’on sache vraiment ce que c’est… Ni ce que ça engendre. Et c’est bien ça, l’envie d’en savoir plus sur ce monde, qui vous poussera à continuer votre métier jusqu’au bout… Tout comme Sam en fait, qui n’est en réalité pas plus enthousiaste que cela à l’idée de continuer ce boulot !

Vous allez courir... Même devant les "Mules" ;) !
Vous allez courir… Même devant les « Mules » ;) !

On commence l’aventure avec Sam, un livreur esseulé et endurci, qui fera rapidement la connaissance de Fragile. Je me souviens encore du début du jeu, ma première rencontre avec Fragile et la façon dont je percevais ce monde, à la fois minuscule et immense. Amie ? Ennemie ? Qui est-elle ? Et que me veut-elle ? Impossible de savoir si je peux me fier à elle lors de mes premières heures. On est dans un monde où rien n’est tout blanc ou tout noir, où l’on se demande constamment quel est le rôle de chacun. Et surtout… Qu’est-ce qu’il s’est passé pour que la planète devienne ainsi ?

La nature semble avoir repris ses droits.
La nature semble avoir repris ses droits.

Impressionants au premier abord, les échoués, des créatures du monde des morts qui n’ont cesse de nous poursuivre, ont forcé les humains à rester chez eux, à vivre reclus dans des abris en restant bien en sécurité. Ce qui explique que seuls les livreurs continuent d’errer à l’extérieur pour exercer leur profession et maintenir le contact avec les humains isolés, en échange de… Likes. Une façon très amusantes de dénoncer la course à la popularité sur les réseaux sociaux, sachant que Hideo Kojima est ironiquement le créateur de jeu vidéo le plus suivi sur Twitter et Instagram ! C’est également, pour moi, une façon imagée de représenter le réseau Internet, qui nous permet à tous de rester connecter sur Terre. C’est ce parallèle qui rend ce jeu si particulier à mes yeux.

Connectez les humains... C'était le credo de Nokia non ?
Connectez les humains… C’était le credo de Nokia non ?

Avec la série des Metal Gear, Hideo Kojima dénonçait les méfaits de la guerre, qui l’a d’ailleurs beaucoup marqué lorsqu’il était plus petit. Death Stranding y fait également référence à de nombreuses reprises, mais on a dit : pas de spoil ! Sinon, le jeu vous forcera à faire des milliers de choix. Constamment en fait. Vais-je passer par la montagne ou remonter ce cours d’eau ? Construire une tyrolienne ou utiliser un véhicule ? Et quel véhicule ? Un camion ? Une moto ? Vais-je en augmenter l’autonomie ou en prendre une que je pourrais charger de matériel ? Vais-je partir avec des armes, quitte à m’alourdir, ou vais-je partir « à poil » ? Ou alors, peut-être devrais-je prendre une dizaine d’échelles pour prendre des raccourcis… Ce côté stratégique rend chaque livraison passionnante, malgré le fait de ne faire, au final, que des missions Fedex… Mais chacune de ces missions est une façon de reconnecter ce monde, et la satisfaction d’en réussir une est toujours… gratifiante.

La connexion à notre monde…

Death Stranding n’est pas pour autant un jeu difficile, même si cela représente un certain challenge de terminer le jeu. Alors non, vous n’êtes pas obligé de tapoter tout le temps R2 et L2 pour équilibrer votre marchandise (inutile à moto au passage, je dis ça, je dis rien), cela dépendra de votre équipement et surtout… de la façon dont vous avez fait évoluer votre personnage ! Vous pourrez construire de nombreux éléments pour vous faciliter la vie, que ce soit au niveau de votre sac à dos (avec même un stabilisateur justement), des exosquelettes pour aller plus vite ou porter des charges, mais également des tyroliennes, des ponts et… des routes, vous permettant de vous déplacer sans dépenser d’énergie (et dieu sait que l’autonomie c’est important, on ne roule pas de Tesla dans ce jeu) et surtout sans vous cogner toutes les 5 secondes sur ces immondes rochers ! J’en viens même à me demander si la physique immonde des véhicules n’est pas faite pour nous forcer à construire ces fameuses routes…

Y'a de quoi pleurer des larmes de cent après 15 min de moto à la montagne...
Y’a de quoi pleurer des larmes de sang après 15 min de moto à la montagne…

Et c’est là qu’entre en jeu le génie de Kojima : en plus de reconnecter les USA virtuellement, le jeu se permet de nous reconnecter nous, entres joueurs ! Car les constructions des autres joueurs sont mutualisées, et dès que vous activez le réseau Chiral, elles apparaissent dans votre partie ! Cela va des échelles, cordes jusqu’aux infrastructures les plus énormes, tels que des ponts ou des routes ! Mieux encore : vous pouvez participer vous aussi à la reconstruction de ce monde, qui sera dans un premier temps vide, très « naturel », avant de se remplir de constructions humaines, rendant vos livraisons de plus en plus facile, mais également ce monde de plus en plus organique. Même en jouant seul, chacun sur notre écran, on ressent que l’on fait parti d’un tout, et on s’entraide, entre joueurs, de façon asynchrone. Peut être une façon de nous rappeler que nous, humains, avons toujours besoin d’être connectés les uns aux autres pour réussir nos tâches. Une poésie que j’ai rarement ressenti dans un jeu, le tout sublimé par les musiques de l’OST, divine, qui se déclenchent souvent lorsque vous êtes perdu au milieu de ces décors montagneux… Une véritable balade virtuelle qui durera une quarantaine d’heures… Si vous avez la patience de passer du temps dans cet univers !

Verdict

Death Stranding est un véritable poème nous rappelant à quel point il est important de ne pas s’isoler dans notre monde. La vie est fragile, et nul ne devrait la passer sans avoir de connexions avec ses semblables sur Terre… et ailleurs ! Un grand merci à Hideo Kojima pour cette grande aventure qui fut une de mes plus belles expérience de ce que j’appelle le 9ème art : le jeu vidéo…

Classe S
Incontournable ! Vous devez avoir ce jeu dans votre bibliothèque !

J’ai adoré

  • Les graphismes quasi photoréalistes.
  • La motion capture bluffante des visages.
  • L’ambiance juste incroyable du jeu.
  • Les protagonistes, tous les attachants les uns que les autres.
  • La durée de vie, exemplaire (60h)
  • La connexion aux autres joueurs, intelligente.
  • Les rebondissements et la narration de façon globale.

J’ai détesté

  • La physique dégueulasse des véhicules.
  • Le côté répétitif des livraisons et leur monotonie. Encore et encore des colis à livrer…
  • Cet épisode 3 interminable…
  • Les animations ultra répétitives…
  • Le manque de variété des décors.

En tant que Partenaire Amazon, nous réalisons un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises.

SuzuKube

Gamer depuis 1984, je suis un grand passionné de jeux vidéos. J'adore particulièrement les jeux japonais et je suis le fier fondateur d'Otakugame.fr !

Vous aimerez aussi...

Un zeste de publicité...

4
Poster un Commentaire

avatar
1 Fil des commentaires
1 Réponse à la discussion
1 Followers
 
Les commentaires avec le plus de réactions
Le commentaire le plus populaire
2 Commentaires de l'auteur
SuzuKubeNindo64 Commentaires récents de l'auteur

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'inscrire  
Notification de
Nindo64
Invité

Très bon test l’ami. Par contre désolé de faire mon grammar nazi mais j’ai repéré quelques fautes d’ortho ça et là (on pleure des larmes de « sang » pas de « cent » xD). En tout cas je vois que tu l’as bien apprécié. Moi c’est pas encore dans mes plans de le faire mais il est sympa à mater en stream. J’essaie de pas trop me spoiler en revanche

Serena
Invité
Serena

Je l’ai acheté, j’en suis au chapitre 3 et je ne penserais pas que j’aimerais autant ce jeu ! C’est super poétique <3 ! Par contre, que c'est long… J'ai pris 20h pour en arriver là où j'en suis !

RogerRabbit75
Invité
RogerRabbit75

Wow ! Après presque 15 jours sur le jeu, je l’ai enfin terminé et… Si j’avoue ne pas avoir beaucoup aimé parcourir l’aventure, le scénario est juste grandiose ! Kojima devrait en faire une série Netflix ! En tous cas, je le conseille à tous les amateurs de série et de film de SF.

%d blogueurs aiment cette page :