Test : The Inpatient, une expérience PS VR indispensable ?

The Inpatient tentera de vous faire frémir avec le PS VR !
The Inpatient tentera de vous faire frémir avec le PS VR !
Test de : The Inpatient
Ecrit par :
SuzuKube
Prix :
39€99

Testé par :
Note :
3
On 5 février 2018
Last modified:29 mai 2018

Résumé :

Ah… The Inpatient. J’ai vu ce jeu dans deux salons de jeu vidéo (à la Gamescom 2017 et à la Paris Games Week 2017) et chaque fois, je n’ai pas eu le temps d’y jouer… Et pour cause : Les stands PS VR ont un succès monstre ! Je ne m’étais pas intéressé au jeu jusqu’à ce que Sony me contacte pour le tester… J’ai donc directement découvert le jeu avec le casque sur la tête !

Until Dawn VR ?

The Inpatient est réalisé par Supermassive Games, les créateurs d’Until Dawn et de son Spin Off Until Dawn : Rush of Blood ! J’avais déjà vraiment adoré à l’époque Until Dawn, qui était certes plutôt un jeu narratif, mais bien ficelé, quand à Rush of Blood, il reste une des meilleures expériences VR disponible à l’heure actuelle ! Pour rappel, il s’agit grossièrement de montagnes russes à la sauce Until Dawn, et le studio a démontré qu’il avait un certains savoir faire en la matière !

The Inpatient sur PS VR envoi du lourd niveau ambiance...

The Inpatient sur PS VR envoi du lourd niveau ambiance…

On commence le jeu en jouant avec… On ne sait pas qui. En effet, le personnage que l’on incarne est amnésique, et le but est d’essayer de comprendre pourquoi l’on est ici (visiblement un asile) et surtout qui l’on est… Dès le début du jeu, on est confronté à un docteur qui nous pose un tas de question. Et là, première surprise : Le jeu supporte la reconnaissance vocale ! Chaque question donne le choix entre 2 réponses, sachant que l’on peut les dicter vocalement. On a rarement vu mieux niveau immersion ! Surtout que le jeu est entièrement en VF ! Regardez mon let’s play pour voir la qualité de celle-ci ^^ !

Une petite chose concernant le let’s play : Celui-ci ne retransmet par du tout les graphismes du PS VR. Il faut savoir que le PS VR permet la stéréoscopie, c’est à dire l’action d’envoyer une image par œil. Du coup, le monde dans lequel on est en entièrement en 3D, et l’on se sent comme projeté au milieu du jeu, avec une sensation d’immersion qui n’a aucune mesure avec ce que l’on connait avec un écran classique (même un écran 4K HDR hein) ! Alors certes, niveau polygones ou résolution, on a vue mieux mais niveau “présence au sein d’un jeu”, il n’existe rien qui surpasse la VR dans ce domaine !

Mais c’est comme Resident Evil VII non ?

Alors là, pas du tout. J’ai lu plusieurs fois que le jeu était un survival horror alors que non. Il serait plutôt un point & click narratif avec la possibilité d’influer sur l’histoire via nos choix. Un peu comme un jeu TellTale par exemple, où bien encore Until Dawn justement, sauf qu’ici, on ne peut pas mourir. Non, jamais. Car ici, Supermassive Games a décidé de tout miser sur l’ambiance !

Tragique. Vraiment tragique.

D’ailleurs, le jeu est plutôt beau graphiquement, il exploite l’Unreal Engine. Alors attention, cela reste un jeu PS VR, mais il y a certaines effets de lumière (je pense par exemple aux Flashback où l’on est inondé de lumière du soleil) qui sont vraiment somptueux avec le casque sur la tête ! Et que dire de l’ambiance, on arrive à se sentir angoissé de voir jour après jour l’asile se dégrader et s’assombrir jours après jours…

Elle m'a pas donné son Snapchat. Ouais ce soir faudra que j'l'épate.

Elle m’a pas donné son Snapchat. Ouais ce soir faudra que j’l’épate.

Là où le jeu rejoint Resident Evil VII, c’est au niveau de son ambiance malsaine. En fait, au cours du jeu, il n’y a que 2 ou 3 scènes “Jumpscare” où l’on va vraiment sursauter ! Mais on se sent juste tout le temps mal à l’aise. On se demande si notre personnage devient fou, s’il entend des voix, si tout ceci est bien réel… Et le sound design du jeu est tellement réussi qu’il contribue fortement à notre peur ! Le casque est donc obligatoire pour cette expérience 😉 !

Un excellent jeu donc ?

Oui, c’est une excellente expérience, mais certaines choses reste assez moyenne. Je pense notamment à la reconnaissance de mouvement des mains, pas très précise et intuitive. Heureusement, ces phases sont plutôt rares et n’apporte pas grand chose au jeu, me rappelant un peu The Order pour ma part, mais un peu plus d’interactions aurait été la bienvenue !

Je suis sûr que la scène du sandwich vous hantera à tout jamais...

Je suis sûr que la scène du sandwich vous hantera à tout jamais…

En fait, le gros soucis de The Inpatient, c’est son prix. Car on peut terminer le jeu en 2h (ce qui n’est pas gênant pour un jeu PS VR), mais le tarif est assez élevé (compter 40€) et la rejouabilité n’est pas géniale, car même si nos réponses donnent des situations différentes (un peu comme Hidden Agenda de la gamme PlayLink), on peut grossièrement voir la majorité des embranchements du scénario en seulement 2 sessions…

Pas de Motion Sickness sur ce jeu pour ma part, cependant, je recommande des sessions d’une demi heure (4 sessions d’une demi heure donc) pour terminer le jeu 🙂 !

Verdict

Préquelle de Until Dawn, the Inpatient aurait pu être une excellente surprise. Si ça durée de vie plutôt courte est au final assez adapté au PS VR, difficile de justifier de dépenser 40€ pour une expérience de 2h. D’autant plus que l’on a tendance à être plutôt spectateur qu’acteur dans ce jeu, et qu’une fois qu’on a compris que l’on ne peut pas mourir, difficile d’avoir “vraiment” peur comme dans un Resident Evil VII par exemple… Un jeu agréable à parcourir au PS VR, sans non plus qu’il ne soit indispensable donc.

Classe C

Un jeu honnête, sans plus.

Points positifs

Points négatifs

La stéréoscopie et le travail sur les visages en 3D. Un peu cher (40€)
Le doublage entièrement en français. Un peu court (2 heures)
La reconnaissance vocale pour les réponses. La maniabilité à la manette ou au PS Move discutable.
L’ambiance, malsaine à souhait. Un petit manque d’action et une action assez lente…
L’effet papillon et l’influence de nos réponses sur l’aventure.

Gamer depuis 1984, je suis un grand passionné de jeux vidéos. Adepte de la team Nintendo Switch et fier fondateur d’Otakugame.fr !

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'inscrire  
Notification de
%d blogueurs aiment cette page :